Sayfadaki görseller
PDF
ePub

l'homme a pour centre de mouvement sous ce nom, dont la mer Noire et le l'Europe; mais l'Europe aux yeux du golfe d'Azof ne sont que la prolongation, geographe n'est pas proprement une et la mer Baltique au nord, avec ses deux partie du monde, c'est-à-dire une gran- golfes de Finlande et de Bosnie. de portion de la terre séparée de toutes Ces mers découpent en Europe quatre les autres par la nature.

grandes presqu'iles séparées et parcouIl suffit de jeter les yeux sur un globe rues par des chaines de montagnes. Trois terrestre pour se convaincre que l’Eu- sont au sud , savoir, en procédant de l'est rope n'est que la prolongation occiden- à l'ouest, la Turquie d'Europe, l'Italie tale du vaste continent de l'Asie. Voilà et l'Espagne; une seule au nord, la prespourquoi les limites de l'Europe, si bien qu'ile suédo - norvégienne. Au norddéterminées au nord, à l'occident et au ouest un détroit de 7 lieues sépare du sud, par la mer Glaciale, l'océan Atlanti- reste de l'Europe l'ile de la Grande-Breque et la mer Méditerranée, ne peuvent tagne, qui, à l'ouest, fait face à l'Irlande être définies vers l'orient, parce que, de ce et à d'autres iles de moindre importance; côté, rien ne sépare l'Europe d'une ma- les iles Orcades, Shetland, Feroēr, semnière tranchée du continent asiatique. Il blent vouloir continuer au nord les défaut donc, de toute nécessité, que les li- pendances de l'Europe jusqu'à l'Islande miles orientales de l'Europe soient en et la prolonger par le Greenland juspartie conventionnelles.

qu'en Amérique, comme les terres touDans l'embarras où devaient se trou- jours glacées du Spitzberg continuent la ter à cet égard les géographes, on peut population jusque dans la mer polaire à dire que les plus modernes ont, dans leurs 80° de latitude nord. Dans la mer Métraités, pris le plus mauvais parti. La diterranée, les iles Baléares, celles de chaine des monts Ourals, prolongée par Corse, de Sardaigne et de Sicile rapprola petite rivière Kara qui se jette dans la chent l'Europe de l'Afrique, dont elle mer Glaciale, présentait une ligne de dé- n'est séparée à son extrémité sud-ouest marcation sur laquelle tout le monde est que par le détroit de Gibraltar, plus restombé d'accord; mais parce que les Rus- serré encore que celui qui la sépare de ses ont fait sur l'empire persan des con- l'ile de la Grande-Bretagne. Une suite de qoètes récentes, nos géographes ont con- chaines de montagnes connues sous les tinué vers le sud la ligne de démarcation noms de monts Balkans, d'Alpes Dinapar le Volga, les rivages de la mer Cas- riques, Alpes Juliennes, Carniques, Helpienne et le Caucase. Ni l'histoire de véliques, etc., etc., puis les Cévennes et l'espèce humaine, ni la configaration du les Pyrénées, séparent du reste de l’Euglobe, ne permettent que la mer Cas- rope toute sa partie méridionale, la Turpienne et le Caucase cessent d'appartenir quie, l'Italie et l'Espagne, et le midi de en entier au continent de l'Asie. Il faut la France, et donnent à ces régions un donc tirer une ligne entre l'endroit où climat particulier et beaucoup plus chaud, le Volga se rapproche le plus du Don. qu'on pourrait désigner comme le climat Cette ligne partira de Sarepta sur le Vol. qui réunit la culture de l'olivier, de l'oga et ira joindre l'embouchure dans le ranger et de la vigne. A ce climat apparDon de la petite rivière de Karposka, tiennent nécessairement toutes les iles de dont le cours en déterminera la sinuosité; la Méditerranée. et ensuite le cours du Don et le rivage oc- D'autres montagnes moins hautes, les cidental de la mer d'Azof compléteront monts Karpathes , le Riesengebirg ou cette limite conventionnelle que nous Sudètes, l'Erzgebirg et les Ardennes bor

nent au nord une bande intermédiaire L'Europe, ainsi restreinte, se distin- de l'Europe, qui a au sud les chaines prégue de toutes les autres portions du globe cédemment nommées et qui comprend la par les nombreuses et profondes décou - Roumélie, la Valachie, la Hongrie, l’Aupures de ses côtes, produites par ses triche, la Bohême, la Suisse, le Wurdeux grandes mers méditerranées, celle teinberg, la Bavière et la France au nord qui, au sud, est particulièrement congue des Cévennes. Ces contrées intermédiaires

[ocr errors]

cherchons.

et centrales ne sont plus celles de l'oli-, Suède et la Norvège, par la mer Baltivier et de l'oranger, mais elles sont en- que, la mer du Nord et la Maoche. core celles de la vigne; c'est le climat Ces grands trails seuls doivent être intempéré de l'Europe, auquel appartient diqués dans un article général, où une aussi la presqu'ile de Crimée.

plus longue nomenclature serait fastiLe climat froid, où la vigne cesse de dieuse et ne pourrait être d'aucune uticroitre, est au nord et à l'est de cette lité qu'autant qu'elle serait accompabande intermédiaire, et, dans cette divi- gnée des développements qui nous sont sion, l'Europe va se refroidissant succes. interdits ici. sivement jusqu'aux neiges et aux glaces Ces mers intérieures, ces grandes éternelles du pôle nord. A ce climat ap- chaines de montagnes, ces nombreuses partiennent la Prusse, la Pologoe, le presqu'iles, ces grands fleuves qui coulent vaste empire de Russie, la péninsule dans des directions opposées, indépensuédo - norvégienne, l'ile de la Grande- damment de ce qu'ils produisent une plus Bretagne, l'Irlande et les îles plus au grande variété de sols et de climats que nord. Cependant la Grande-Bretagne et dans aucune des autres parties de la terre l'Irlande doivent à leur position insulaire d'une égale étendue, présentent aussi ces une température douce, mais inconstante, grandes diversités d'aspects et de scènes tandis que la Russie, à cause de ses vas- pittoresques ou sublimes qui cbarment tes plaines et du défaut de montagnes le voyageur ou excitent sa surprise et qui la protégent contre les vents du Nord, son admiration. Mais sous ce rapport et de la hauteur de ses plateaux, éprouve les chaines secondaires de montagnes, un froid aussi intense que celui de la Suè comme les fleuves ou les rivières rende : pourtant cette dernière contrée est fermés dans l'intérieur des grandes disituée à une latitude bien plus élevée vers visions que nous avons signalées, multile Nord.

plient encore, et diversifient à l'infini, les Le Danube parcourt dans une partie traits de la nature, et leur impriment les de sa longueur la division intermédiaire caractères qui signalent chaque contrée de l'Europe, ou le climat de la vigne. Le en particulier. Ainsi la partie orientale Rhin jusqu'à son confluent avec la Mo- de l'Europe à l'est du Riesengebirg et

à selle; puis la Seine, la Loire, la Garonne des monts Karpathes, à l'est de la Vistule, en France appartiennent à ce climat; le ne présente qu’un espace immense de Pó, le Rhône, l'Ebre, le Tage et les au- plaines sans fio, que n'entrecoupe aucune tres 'n agne, au climat méri- chaine de montagnes élevées, mais où le dional; le Vo' ', le Don, le Dnieper sol se bombe seulement en plateaux nomet la Vistule, au climat septentrional. més chaines Volkhonski, de Valdai et

Par rapport à ces grands fleuves, on Chemokhonski, qui fournissent les sourpeut considérer aussi que l'Europe est di- ces du Niemen, de la Duna, de l'Onega, visée par le Danube en partie méridio- du Volga, du Dnieper et du Don, et leur nale et en partie septentrionale; et que, donnent assez de pente pour couler dans par le Rhin et la Vistule, elle est divisée des directions différentes. De vastes plaid'une inanière encore plus nette en par- nes dont rien n'interrompt la communitie occidentale, centrale et orientale, cation, voilà donc le caractère propre de puisque le premier fleuve laisse à l'ouest la Russie et de toute la partie orientale de la France et l'Espagne, qui forment notre Europe; mais les nombreux lacs la partie occidentale; à l'est, jusqu'à qui sont au nord à l'entour du golfe de la Vistule, presque toute l'Allemagne , Finlande, avec lequel ils communiquent l'Autriche et la Prusse, qui compo- presque tous par des rivières et des désent la partie centrale; et ensuite la iroits, lui donnent un aspect particulier: Pologne et la Russie à l'est de la Vistule le plus considérable de ces lacs est celui formant la partie orientale. Les parties de Ladoga, auquel le voisinage de la ville orientales et occidentales de l'Europe de Saint-Pétersbourg imprime une grande se trouvent séparées des parties sep- illustration. tentrionales, qui sont l'Angleterre, la Dans la partie nord-ouest de l'Europe

[ocr errors]

d'est--dire dans l'ile de la Grande-Bre- | scènes les plus gracieuses et les plus su tagne et dans la presqu'ile Suédo-Norvé- blimes que l'oeil de l'homme puisse congienne, les montagnes se dirigent géné-templer. Les landes de Bordeaux, la stéralement du nord au sud. Dans cette rilité des grandes plaines de la Champadernière contrée, la chaine formée pargne et les hauteurs arides de la Bretagne,

les monts Koelen, Dovefield et Lang- forment aussi des oppositions singulières In field sépare du reste de la péninsule entre les différentes parties du sol de ce i cette longue bande de terre, découpée pays si riche et si cultivé.

sur les rivages en un pombre infini d'iles Dans la partie vraiment centrale, et d'écueils que l'on a nommés le royaume c'est-à-dire dans la subdivision interméde Norvège. Les grands lacs Weltern et diaire qui est entre le Rhin et la Vistule, Weper donnent un caractère grandiose les chaines de montagnes qui s'y trouvent a la partie méridionale de la Suède. Vis- renfermées se projettent et se contour

-vis cette presqu'ile suédo-norvégienne, nent dans tous les sens. Au nord l’Eifele au sud, en est une autre, le Jutland, gebirg, l'Erzgebirg, le Harz, le Brokenqui contraste singulièrement avec elle Berg, se montrent au sud de la Westphapar sa surface basse et plane. En s'éle-lie, de la Basse-Saxe, et de ce pays si vant vers le nord, cette presqu'ile, plat, si pauvre, et en même temps si risvee les iles de Fionie et de Seeland, che par l'industrie de ses habitants, que semble fermer la Baltique, dont le dé- l'on nomme la Hollande; conquète mer troit nommé le Sund forme la principale veilleuse du génie persévérant de l'homme Entrée.

sur les flots de la mer et les sables accuA côté de cette grande chaîne de mulés des fleuves qui s'y perdent plutôt montagnes de la presqu'ile suédo-nor- qu'ils n'y coulent. Le Taunus, qui fait suite Fégienne, les monts de l'Écosse, de l'An-au Hundsruck dans la division précégleterre et de l'Irlande, même en y com- dente, et à l'est du Taunus le Thuringerprenant le Ben Nevis, le plus haut de Wald et d'autres bauteurs au nord du tous, sont presque rabaissés au rang des Mein, diversifient les aspects et servent collines; et le lac Lomond, les lacs de quelquefois à limiter les divers états de la Lancashire et ceux d'Irlande, délices confédération Germanique, et potanıment des touristes anglais, auprès des lacs ce qui reste de possessions au roi de russes et suédois, sont à peine aperçus. Saxe. Le Schwartzwald et le Rauhe

Dans la partie intermédiaire de l'Eu- Alp, et le Frænkischer Landsrücken au rope, c'est-à-dire dans la patrie de la midi du Mein, assombrissent le Wurvigne, les montagnes particulières à cha-temberg, l'état de Bade et la Bavière par que contrée se dirigent dans tous les sens leurs grandes forêts de sapins. Le Bæhou cernent presque entièrement de vastes mer-Wald, le Zdarsky-Hory, avec l'Erzcontrées. Ainsi, en France, la chaine du gebirg et le Riesengebirg, découpent en Jura et celle des Vosges se dirigent du quelque sorte un carré sur la terre d'Eusud au nord, tandis que cette suite de rope pour y enfermer la Bohême; et les collines qu'on appelle la chaine Armo-monts Karpathes, en se reployant vers rique, qui divise la Bretagne, court de l'occident, achèvent de cerner" la Honl'est à l'ouest. Les hauts et majestueux grie vers le sud; comme un embranchesommets du Forez et de l'Auvergne, qui ment des Alpes Juliennes entre la Drave portent encore les traces nombreuses du et la Save semble former au sud-ouest, feu qui les a soulevées et embrasées, se dans la Styrie, la Croatie et l’Esclavonie, dirigent du sud-ouest au nord-ouest et une autre limite naturelle pour cette confont angle avec les Cévennes. La France trée. est dépourvue de lacs, et n'offre pas un C'est dans cette Hongrie que se trouvent très grand contraste dans ses aspects; les lacs Balaton et Neusiedel, qu'on compmais les Pyrénées au sud présentent dans te au nombre des plus grands d'Europe, leurs vallées, dans leurs pics élevés, dans mais bien inférieurs en beauté et même leurs cascades, dans leurs majestueuses en grandeur à ceux des régions alpides, forets, dans leurs gaves si limpides, les savoir: la Suisse, le pays des Grisons, lo

[ocr errors]

Tyrol. Sous le rapport des cours d'eau, cun fleuve d'une dimension notable n'en on peut dire que cette dernière région est découle. Moins élevées encore sont les vraiment le cæur de l'Europe, et que c'est montagnes de la Morée; mais les montade là quedécoulent les plus grands fleuves gnes Blanches qui divisent l'ile de Canqui la parcourent:le Danube qui se dirige die offrent dans le mont Psitroliti , ou à l'est; le Rhin qui coule vers le nord; le l'antique Ida, de majestueux sommets. Rhône qui se précipite vers le sud, et Dans la péninsule hispanique, la pale Pô qui, au midi de la chaine, court ture se montre partout sous des traits vers l’est se perdre dans l’Adriatique. fortement prononcés. La chaîne ibéLe Rhin, vers ses sources, traverse le lac rienne , qui se dirige du nord au sud, de Constance, le plus grand des lacs d'Eu- n'est pas la plus élevée, quoiqu'elle fourrope; le lac de Genève, qui tient le se- nisse les sources du Duero, du Tage, de cond rang sous ce rapport, est traversé Ja Guadiana et du Guadalquivir, qui coupar le Rhône. Entre ces deux grands lent dans l'océan Atlantique, tandis que lacs sont tous les lacs de Suisse, également les monts de la Biscaye, prolongation situés au nord de la grande chaine des des Pyrénées, fournissent les sources de Alpes; tandis qu'au sud de cette chaine, lèbre, qui coule vers l'est dans la mer en procédant de l'ouest à l'est, les lacs Méditerranée. Au centre de la Péninsule, Majeur, de Côme, d'Iseo, de Garda, sont la chaine de Tolède, au sud du Tage, et formés par les affluents du Pô. La grande celle de Sommo-Sierra, contribuent touélévation des montagnes, les fleuves, les tes deux à former le plateau de Madrid lacs, les chutes d'eau, les neiges et les qui porte cette capitale à une élévation glaces perpétuelles, les contrastes d'une plus grande qu'aucune des capitales de nature tour à tour riante et désolée , ri- l'Europe. Des deux chaines de montagnes che et stérile, attrayante et terrible, qui forment le bassin du Guadalquivir, font de ces contrées une des régions les celle du nord est la Sierra-Moreoa; celle plus pittoresques et les plus magiques. du sud, la Sierra-Nevada, peu longue, a

Le revers septentrional des Alpes ap- des pics qui surpassent en hauteur les partient à la division intermédiaire ou au sommets les plus élevés des Pyrénées. climat de la vigne, et la pente méridionale Les Alpes sont les montagnes d'Euà la division du sud, c'est-à-dire à celle de rope qui présentent les plus hauts somla vigne, de l'oranger et de l'olivier. Une mets : le Mont-Blanc a 2,460 toises d'échaine de monts fait angle avec cette pente, lévation; le Cerro de Mulhaçen, qui, dans et, en conrant au sud, achève de dessiner la Péninsule hispanique, est un des somcette contrée que, selon la juste expression mets de la Sierra-Nevada, compte 1,823 d'un poèteitalien, les Alpes et la merentou. toises de hauteur; tandis que la Maladella, rent et que l’A penoid divise. Cette pres-le pic le plus élevé de toute la chaîne des qu'ile resserrée et si célèbre, l'Italie, qui Pyrénées, n'a que 1,787 toises; la plus élea la forme d'une boite, se trouve donc dé-vée des montagnes de l'intérieur de la coupée dans toute sa longueur par les France, le Puy de Sancy en Auvergne, monts Apennins, et les cours d'eaux qui n'a que 973 toises; l'ile de Corse, qui apen découlent dans des sens opposés ne partient à la France, présente dans le peuvent avoir une longueur plus grande. Monte Rotondo un sommet qui a 1,418 Le Tibre, qui se précipite vers le sud, les toises d'élévation. Mais la Sicile offre surpasse tous à cet égard comme en cé- dans l'Etna, dont nous n'avons point lébrité classique. Le Pô est un grand parlé, une hauteur de 1,700 toises : ce fleuve : il doit aux Alpes ses sources et volcan et le Vésuve près de Naples sont ses principaux affluents, et il n'en reçoit les seuls redoutables en Europe par leurs des Apennips qu'un nombre plus petit et éruptions ou les tremblements de terre de moins considérables.

qu'ils occasionnent; car l'Hékla et les Dans la presqu'ile de la Turquie, partie autres volcans de l'Islande, presque touorientale de cette division, la chaine du jours enflammés, sont tellement éloignés Pinde, malgré la beauté poétique de son des côtes d'Europe que leur influence pom, mérite à peine une inention, et au- sur le sol européen est faible ou pulle. Il

en est de même, malgré leur rapproche- ses déserts de l'Afrique; ses plus grands ment du continent, des petits volcans du lacs ne présentent que de petites nappes petit archipel Lipari, de Santorin dans d'eau en comparaison de la mer Cas'Archipel, et aussi de ceux de l'archipel pienne, du lac Baikal, des grands lacs des Açores au sein de la mer Atlantique du Canada; le plus grand archipel d'Eu

L'étain et le mercure, métaux assez rope ne peut rivaliser, ni pour le nomrares partout, donnent seuls un caractère bre pi pour l'importance des îles, avec les particulier à la minéralogie européenne. archipels qui forment les Indes-OccidenLe premier de ces deux métaux se trouve tales, le grand archipel Malais, et les es abondance dans la presqu'ile de Corn- labyrinthes d'iles innombrables que renwall de la Grande-Bretagne, où, exploité ferme le Monde maritime ou l'Océanie. de toute antiquité, il attirait jadis les flot- Le plus grand nombre des habitants les phéniciennes. On en trouve aussi en même de l'Europe est étranger à cette Bohême; la Carniole, dans les états d'Au- partie du monde et lui est venu de triche, et la Manche, en Espagne, sont l'Asie et de l'Afrique. Du plateau de riches par leurs mines de mercure. Les l'Asie, du Turkestan, de la Boukharie, métaux précieux de se trouvent qu'en de l'Arménie, des contrées qui environpetite quantité; mais les autres, le fer, nent le Caucase , sont parties les émile cuivre, le plomb, etc., sont abon-grations qui ont formé les nations gerdants et exploités partout, ainsi que le maniques et belges, dans les régions charbon de terre. Les montagnes d'Eu- intermédiaires de l'Europe. Des émigrarope fournissent une grande variété de tions sorties des contrées qui environbeaux marbres; les pierres précieuses nent la mer Caspienne au nord sont déde s'y trouvent que rarement, et sont rivées les nations slavonnes, qui ont peuinférieures à celles que l'on doit aux plé les divisions orientales et septentrioastres parties du monde.

nales de l'Europe. Les émigrations sorties En général, l'Europe n'a presque rien de la Perse, de la Mésopotamie, de l'Aqui lui appartienne en propre, et chez sie. Mineure, de la Syrie, de l'Arabie, de elle les productions des trois règnes ont l'Égypte, de l'Afrique septentrionale, ont peu d'originalité, peu d'éclat, peu d'a- peuplé le midi de l'Europe et ont produit bondance. L'Europe ne se présente pas les nations grecque, étrusque et romaine. avec d'aussi grandes proportions que les Le grec, le latin, le teuton, le scandiaatres parties du monde, que chacune nave, le slavon, et les langues modernes des deux Amériques, que l'Afrique, que issues de ces langues anciennes, c'est-àl'Asie enfin, la plus immense de toutes, dire le russe, le polonais, l'allemand, le parce que l'Europe n'est pas réellement danois, le suédois, l'anglais, le français, un continent à part, une partie du monde, l'italien, l'espagnol, ont avec le sanscrit mais va appendice de l'Asie. Le riz, le et les anciennes langues de la Perse des froment, le cheval, le beuf, la poule, traits de ressemblance qui attestent une lui viennent d'Asie; ses toisons les plus commune origine. Les nations primitives fines de la Mauritanie; la pomme de de l'Europe étaient les Ibères au sud, terre d'Amérique; le cerisier de l'Asie- les Finnois au nord, les Celtes ou GauMioeure; le pêcher de la Perse; le ver à lois à l'ouest. Le finnois ou la langue de soie de l'Inde; de cette dernière contrée la Finlande, de la Hongrie, et des vallées elle tire les diamants et les brillants; des des monts Ourals; le basque des Pyrénées Moluques les épices; les bois précieux des françaises, de la Navarre, du pays de Laforêts américaines. La masse entière de bour et des Pyrénées espagnoles, de la l'Europe n'offrirait pas un bassin suffi- Biscaye; le gallois de la Bretagne et du sant au Nil, au Kiang, à l’Amazone; au pays de Galles, des montagnes d'Écosse, cune de ses chaines de montagnes n'é- de l'ancieone Irlande, nous montrent gale ni en longueur ni en hauteur l'Hi- encore les trois différents langages de malaya ni les Cordillères; toutes ses lan- ces trois grandes souches parlés par des et ses dunes réunies ne formeraient leurs descendants. Ces trois langues mèqu'une portion de l'étendue des immen- res, plus ou moins altérées, et for

« ÖncekiDevam »