Sayfadaki görseller
PDF
ePub

Paris

Imprimerie de G. GRATIOT, ruc

Mazarine, 30.

[blocks in formation]

39, NUK

DE L'UNIVERSITÉ

[blocks in formation]

LIVRE XUL.

Argument. Saint Augustin s'attache à établir dans ce livre

que la mort est pour les hommes une punition et une suite du péché d'Adam.

CHAPITRE PREMIER.

De la chute du premier homme et de la mort qui en a été

la suite.

Sorti de ces épineuses questions de l'origine des choses temporelles et de la naissance du genre humain, l'ordre que nous nous sommes prescrit demande que nous parlions maintenant de la chute du premier homme, ou plutôt des premiers hommes, et de la mort qui l'a suivie. Dieu, en effet, n'avait pas placé les hommes dans la même condition que les anges, c'est-à-dire de telle sorte qu'ils ne pussent pas mourir, même en devenant pécheurs; il les avait créés pour passer sans mourir à la félicité éternelle des anges, s'ils fussent demeurés dans l'obéissance, ou pour tomber dans la peine très-juste de la s'ils venaient à désobéir.

CHAPITRE II.

De la mort de l'âme et de celle du corps.

a

[ocr errors]

Mais il me semble qu'il est à propos d'approfondir un peu davantage la nature de la mort. L'âme humaine, quoique immortelle, a néanmoins en quelque façon une mort qui lui est propre. En ellet, on ne l'appelle immortelle que parce qu'elle ne cesse jamais de vivre et de sentir, au lieu que le corps est mortel, parce qu'il peut être entièrement privé de vie et qu'il ne vit point par lui-même. La mort de l'âme arrive donc quand Dieu l'abandonne, comme celle du corps quand l'âme le quitte. Et quand l'âme abandonnée de Dieu abandonne le corps, c'est alors la mort de l'homme tout entier, Dieu n'étant plus la vie de l'âme, ni l'âme la vie du corps. Or, cette mort de l'homme tout entier est suivie d'une autre que la sainte Écriture nomme la seconde mort, et c'est celle dont veut parler le Sauveur lorsqu'il dit : « Craignez celui qui peut faire périr et le corps et l'âme dans la géhenne de feu (Matth., X, 28).» Comme cette menace ne peut avoir son esset qu'au temps où l'âme sera tellement unie au corps qu'ils seront un tout indissoluble, on peut trouver étrange que l'Écriture dise que le corps périt, puisque l'âme ne le quitte point et qu'il reste sensible pour être éternellement tourmenté. Qu'on dise que l'âme meurt dans ce dernier et éternel supplice dont nous parlerons plus amplement ailleurs', cela s'entend fort

1 Voyez plus bas, les livres XX, XI et XXII,

« ÖncekiDevam »