Sayfadaki görseller
PDF
ePub

cviij.

cix.

2.

CX.

3. Ce prince s'empare des villes de la

Phocide, les détruit, et force leurs
habitans à s'établir dans les vil-
lages. .

346. Timoléon chasse de Syracuse le jeune

Denys, et l'envoie à Corinthe . . .343. 3. Naissance d’Épicure , le 7 gamélion (12 janvier).

342. Naissance de Ménandre vers le même

temps.
4. Apparition d'une comète vers le cercle
équinoxial

341.
3. Bataille de Chéronée, le 7 métagéitnion
( 2 août ).

338. Mort d'Isocrate, âgé de cent deux ans. 4. Timoléon meurt à Syracuse .

337. Mort de Philippe, roi de Macédoine 336. 2. Sac de Thèbes.

335. Passage d'Alexandre en Asie.

Combat du Granique. 4. Bataille d'Issus .

333 Prise de Tyr .

332. Fondation d’Alexandrie. 2. Éclipse totale de lune, le 20 septembre, à 7 heures du soir..

331. Bataille de Gaugamèle ou d'Arbeles,

le 26 boédromion (3 octobre).
3. Mort de Darius Codoman, dernier roi
de Perse.

330.

cxj.

1.

[ocr errors]

.

cxij.

1.

cxij. .

cxiij.

1.

2.

cxiv.

1.

[ocr errors]

2.

3 Commencement de la période de Ca

lippe, le 25 posidéon (20 décembre). 530. Philémon commence à donner ses comédies.

328. Défaite de Porus par Alexandre . 327. Mort d'Alexandre à Babylone, agé

de trente-trois ans huit mois, le 29
thargélion (1er juin).

324. Le même jour, Diogène le cynique

meurt à Corinthe, âgé de quatre

vingt-dix ans. Guerre lamiaque: Antipater est défait. 323. Aristote, après avoir enseigné treize

ans au Lycée, s'enfuit à Chalcis, et

y meurt.
3. Fin de la guerre lamiaque. Les Athe-

niens reçoivent la loi du vainqueur. 322. Demosthène, réfugié dans l'île de Ca

laurie, est forcé de se donner la
mort, le 16 puanepsion, qui répon-
dait au 12 novembre, selon le cycle
de Calippe, et d'après l'ordre des
mois attiques, indiqué dans la table
suivante.

FIN DE LA PREMIÈRE TABLE.

MOIS ATTIQUES.

Depuis Théodore Gaza, savant Grec de Thessalonique, mort à Rome en 1478 , jusqu'à Édouard Corsini, le plus habile chronologiste de notre siècle, on n'a cessé de bouleverser l'ordre des anciens mois de l'année attique. L'abbé Barthelemy seul, écartant toute idée systématique, a rétabli cet ordre, par rapport au quatrième et cinquième mois, et a mis les autres dans leur véritable place. Il en donne des preuves convaincantes dans ses notes sur le marbre de Choiseul". Ce qui nous a paru remarquable, et bien propre à confirmer son opinion, c'est l'accord parfait qui se trouve là - dessus entre lui et un écrivain grec anonyme. A la vérité, celui-ci ne vivait qu'au temps de la prise de Constantinople par Mahomet II; mais il cite des auteurs plus anciens , d'après lesquels il rapporte la suite des mois attiques dans le même ordre qu'adopte l'abbé Barthelemy. L'écrit de cet anonyme est resté manuscrit, et se trouve dans la bibliothèque du roi, Manus. cod. gr. in-8°, coté n.° 1630.

Rien ensuite n'était plus difficile que de fixer le jour de chaque fête. Appollonius et plusieurs anciens grammairiens avaient fait des ouvrages sur ce sujet; malheureusement ils ont tous péri , et on est réduit à un petit nombre de passages d'auteurs de l'antiquité, qui, la

a Dissertation sur une ancienne inscription grecque. Paris, 1792 , plupart, ne sont ni clairs ni bien décisifs. Quoique Corsini s'en soit servi avec succès, il n'a pourtant pas réussi à déterminer le jour d'un grand nombre de fêtes dont le nom nous est parvenu. Nous avons été plus loin, en faisant usage d'un fragment de calendrier rustique, conservé parmi les marbres d'Oxford, que ce savant avait négligé, et d'après quelques nouvelles observations.

page 88.

Le rapport de l'année des Athéniens avec notre année solaire ne devait pas entrer dans notre travail. On observera seulement que ce peuple, pour faire correspondre ces deux années, a employé plusieurs cycles. Au temps de Solon, il y en avait un de quatre ans. Cléostrate et Harpalus en imaginèrent d'autres. Ce dernier fit adopter son Heccædécaétéride, ou période de seize ans, qui précéda l'Ennéadécaétéride , ou période de dixneuf ans, de Méton. Celle-ci fut réformée par Calippe , vers la mort d'Alexandre. L'année était d'abord purement lunaire, c'est-à-dire, de trois cent cinquante-quatre jours; ensuite civile et lunaire, de trois cent soixante. Elle commençait, avant Méton, au solstice d'hiver, et après lui, au solstice d'été. Afin de rendre plus sensible ce qui résulte d'un pareil changement dans la correspondance des mois attiques avec les nôtres, on a ajouté deux Tableaux qui y sont relatifs. Sans doute que cette matière aurait encore besoin de grands éclairsissemens ; mais ils nous entraîneraient trop loin; et nous renvoyons aux ouvrages des différens chronologistes, entre autres à celui de Dodwell, De veteribus Græcorum Romanorumque cyclis. N. B. Dans cette II.e Table, on a ajouté les jours de séance de l'Areopage, d'après Julius Pollux; et on a rejeté au bas des pages les fêtes dont le jour ne peut être fixé.

[blocks in formation]

2

Myyos iscepévr. Mois commençant..

1 Néoménie, et sacrifice à Hécate. Eisiteries, sacrifice et repas en commun,

des ma-
3 gistrats et des généraux.
4
5 Bataille de Leuctres.
6
7 Jour consacré à Apollon. Connidées, en

l'honneur du tuteur de Thésée.
Fête de Neptune et de Thésée.
9

10

11 Première Ecclésie, ou assemblée générale. 12 Cronies en l'honneur de Saturne.

13

. Μηνός μεσάτος. Milieu du Mois.

14 Les petites Panathénées annuelles, consa-
15 crées à Minerve.
16 Métæcies, ou Synæcies, en mémoire de
17

la réunion des bourgs de l'Attique.
18
19
20 | Théoxénies en l'honneur des dieux étran-

gers.
22
23 Séances de l'Aréopage.
24)
25

21

Μηνός. φθίνονθος. Mois finissant.

26

27
28 Les grandes Panathénées quinquennales ,

en l'honneur de Minerve.
29 Androgéonies, fete expiatoire en mémoire
30 de la mort d'Androgée, fils de Minos.

Hécatombées, en l'honneur de Junon.
Haloades, en celui de Cérés.

« ÖncekiDevam »