Sayfadaki görseller
PDF
ePub

Appliquées à l'astronomie. Ibid. 188.
Note sur le même objet. Ibid. 481.
Rhythme. Ibid. 8o.
Entretien sur la partie morale de la musique. III, 86.
Pourquoi elle n'opère plus les mêmes prodiges qu'autrefois. Ibid.

87.
Ce qu'il faut penser des effets de la musique sur plusieurs peuples.

Ibid. 88.
Opinion de Platon sur la musique. IV, 535 et 337.
En violant les règles de convenance, elle entretient et fortifie la cor-

ruption. III, 109.
Sur la corde nommée Proslambanomène. Ibid. 480.
Sur le nombre des trétracordes introduits dans la lyre. Ibid.
Sur le nombre des notes de l'ancienne musique. Ibid. 481.
Harmonies dorienne et phrygienne; leurs effets. Ibid. 482.
Caractère de la musique dans son origine. Ibid. 483.
Sur une expression singulière de Platon. Ibid.

Sur les effets de la musique, par Tartini. Ibid. 484.
Mycale en Ionie, promontoire célèbre par un combat entre les Grecs

et les Perses. I, 247.
Mycale (mont), près du promontoire de ce nom (Samsoun). Poly-

crate , tyran de Samos , y fut attaché à une croix par ordre d'un

satrape du roi de Perse. VI, 268. Bois sacré au-dessous de cette montagne, ou s'assemblaient les dé

putés des douzes villes grecques qui formaient la confédération

des Ioniens. Ibid. 180. Mycènes, ville de l'Argolide ( Carvathos, village et ruines ), détruite

par ceux d'Argos; conservait les tombeaux d'Atrée, d'Agamem

non , d’Oreste et d'Électre. IV, 309 et 310. Ses habitans se réfugient en Macédoine. Ibid. 310. Mycone île, l'une des Cyclades à l'est de Délos , peu fertile , n'est re

nommée que par ses mines et ses figuiers. VI, 530. (Atlas, pl. 39.) La rigueur du climat en rend les babitans chauves. Ibid. 331. Mylasa, ville de Carie, dans l'Asie mineure, qui avait un riche terri

toire et quantité de temples. VI, 204. Myllias, de Crotone, pythagoricien célèbre. VI, 278. ( Voy. Ti

mycha ). Myndus, ville grecque de la Carie dans l'Asie mineure, sur la mer Ica

rienne. Ibid. 190. ( Myndes , village et ruines.)

1

Mot de Diogène sur la grandeur excessive de ses portes. III,

120.

MYRON , sculpteur célèbre. II, 218.
Son groupe de trois statues sur une même base dans l'ile de Samos.

VI, 257.
Myron de Priène , historien des guerres de Méssénie. IV,

,471. MYRONipès , général athénien s'empare de la Phocide et de presque

toute la Béotie. I, 260. Myrtis, femme célèbre par ses poésies, donna des leçons à Corinne

et à Pindare. III, 283. Mysie, province de l'Asie mineure, qui s'étendait de la Propontide å

la mer Égée. (Liva de Karasi , et partie de celui de Kodaven

dikiar). V, 147 Myson de Chen, un des sages de la Grèce. I, 98. Mystes, ou Initiés aux mystères d'Éleusis. V, 467. (Voy. Éleusis.) MYTHOLOGIE. Système religieux des anciens Grecs, mélange confus de

vérités et de mensonges , de traditions respectables et de fictions

riantes. I, 62 et suiv. Myus , ville d'Ionie, dans l'Asie mineure, à l'embouchure du Méandre.

(Détruite depuis long-temps, il n'en existe pas de vestiges). VI, 190.

N.

NAISSANCE

AISSANCE d'un enfant (le jour de la), chez les Barbares , était un

jour de deuil pour la famille. III, 3. Naissance distinguée. Sous quel rapport on la considérait à Athènes.

II, 107. Naples. (Voy. Parthénopé). NARCISSE (fontaine de), en Béotie. III, 262. NATURE (la) ne fait rien d'inutile ; ses effets sont infiniment va

riés ; agit partout avec une sagesse et par des voies qui la conduisent à ses fins; passe d'un genre et d'une espèce à l'autre par

des gradations imperceptibles. V, 353. Fait quelquefois des exceptions à ses lois générales. Ibid.

Voyez le chapitre lxiv. Naucratis, ville d'Égypte sur l'une des embouchures du Nil, colonie

grecque (ruines ). II, 43. NAUPacte, ville du pays des Locriens Ozoles, célèbre par un temple

de Vénus. Les veuves venaient y demander un nouvel époux. III, 562---363. (Lépante.)

Nauplie, ville et port de l'Argolide près de Tirynthe (Napoli de Ro

manie ). IV, 313. Nausiclès, Athénien, oblige Philippe de suspendre ses projets.

V, 99.

Député auprès de ce prince. Ibid. 160. Nausithoüs, philosophe pythagoricien, instituteur de Philippe de

Macédoine. II , 93. Naxos (île de), la plus grande des Cyclades ( Naxia); sa fertilité; pro

duit des figues excellentes, et les meilleurs vins de Grèce. VI,

356. (Atlas, pl. 39. ) Ses habitans se distinguèrent contre les Perses dans les batailles de

Salamine et de Platée , et furent enfin assujettis par les Athéniens.

Ibid. 358. Ils adoraient Bacchus sous plusieurs noms. Ibid. Naxos, ville grecque en Sicile ( Castel-Schisso ); ouvre ses portes à

Alcibiade. I, 321. Nécos, roi d'Égypte : expédition nautique qu'on lui attribue. III,

208. NectaNÈBB, roi d'Égypte, protégé par Agesilas, lui donne une forte

somme d'argent pour les Lacédémoniens. II , 423. Néda (la ), rivière qui sépare l'Élide de la Messénic ( Nédina). IV,

23. Nègres , esclaves éthiopiens par qui les riches Athéniens se faisaient

servir. II, 454. Némée, ville de l'Argolide, fameuse par les jeux qu'on y célébrait,

par

le lion qui périt sous la massue d’llercule. IV, 328. Némée (forêt de), près de la ville du même nom. IV, 328. Némée ( caverne du lion de), en Argolide, entre Argos et Corinthe

Ibid. Néobule. (Voy. Archiloque.) Néodames, ou affranchis chez les Lacédémoniens. IV, 227. NÉOPTOLÈMB, fils d’Achille; honneurs rendus à sa mémoire à Delphes.

II , 407. Neptune (promontoire et temple de), dans l'ile de Samos (cap et

église de Saint-Jean). VI, 251. Nestor, un des chefs de la guerre de Troie. I, 39. ( Voy. Py

los ). Nicanor: belle conduite de Philippe à l'égard de ce Macédonien, qui

ne cessait de blâmer ses actions. V, 120.

et

[ocr errors]

Nicanor de Paros. (Voy. Peinture encaustique.)
Nicée, place forte en Phocide, près du détroit des Thermopyles. V,

158.
Livrée à Philippe de Macédoine. Ibid. 188.

Et donnée par lui aux Thessaliens. Ibid. 195.
Nicias, un des premiers et des plus riches particuliers d'Athènes. I,

307.
S'oppose vainement à la résolution de porter la guerre en Sicile; est

nommé général. Ibid. 316.
Sa mort. Ibid. 326.
Nicoclès , roi de Chipre : somme considérable qu'il donne à Isocrate

pour un discours que lui avait adressé cet orateur. II, 139.
NICOMAQUE , père d'Aristote ; sa profession. Ibid. 117.
NICOSTRATE, général thébain ; sa manie d'imiter Hercule. V, 108.'
Nil (le), fleuve d'Egypte. Les anciens croyaient que le Nil, par ses

atterrissemens, avait formé toute la basse Égypte. V, 331. L'historien Éphore avait rapporté diverses opinions sur le déborde

ment de ce fleuve. Ibid. 384.
Nisko , ville et port de la Mégaride, sur la mer Saronique ( les Douze

Eglises, village). I, 93. III, 364.
Niskus , frère de Denys le jeune, et tyran de Syracuse. V, 199.

Meurt dans un cachot. Ibid. 201.
Nom , donné à un Athénien après sa naissance. III, 6.
Avec quelles cérémonies il était déclaré et inscrit dans le registre de

la curie. Ibid. 12.
NOMBRES ( sciences des ) : ses abus. ( Voy. Pythagore.)
NOMS-PROPRES usités parmi les Grecs. V, 395 et suiv.
Tirés des rapports avec les animaux, et de la couleur du visage.

Ibid.
Du dévouement à quelque divinité. Ibid. 396.
De la reconnaissance pour cette divinité. Ibid.
De la descendance des dieux. Ibid. 397.
Les noms rapportés par Homère sont la plupart des marques de

distinction. Ibid.
Les particuliers à qui ils étaient accordés les ajoutaient à ceux qu'ils

avaient reçus de leurs parens. Ibid. 398. Ils les ont transmis à leurs enfans. Ibid. 399. On ne trouve dans Homère presque aucune dénomination flétris. sante. Ibid. 400.

[ocr errors][merged small]

Noms de ceux qui se sont distingués dans les lettres et dans les arts,

depuis l'arrivée de la Colonie phénicienne en Grèce jusqu'à l'établissement de l'école d'Alexandrie. VII, tables v et vi, p. 185.

et 225. Nonacris, petite ville d'Arcadie, près de laquelle le Styx prend sa

source (Naukria , village ). IV, 282. Notables. On peut entendre par ce nom tous ceux qui, parmi les

Athéniens, formaient la première classe des citoyens. On y comprenait tous ceux qui se distinguaient par leurs richesses, ou par leur naissance, ou par leurs vertus, ou par leurs talens. II,

107 Cette classe n'avait aucun privilége, et ne formait pas un corps par

ticulier. Ibid. 108. Numúnius d'Héraclée, auteur grec qui a écrit sur l'art de la cuisine. II,

465. Nypsius, de Naples , général de Denys le jeune , s'empare de la cita

delle de Syracuse et pille la ville. V, 66. Est battu par Dion et forcé de se retirer. Ibid. 70.

0.

Ocellos de Lucanie, philosophe pythagoricien , auteur profond.

IlI, 140. Admettait l'éternité du monde. V, 309. Ocha, montagne qui domine sur toutes celles de l'Eubée (Mont Saint

Élie, ou de Caristo ). II, 71. Marbre qu'on en tire. Ibid. 74. On y trouve aussi une pierre dont on fait une toile incombustible.

Ibid. ODÉUM, édifice public à Athènes. II , 233, 437, 488, 492 et

493. OEdipe , fils de Laïus , roi de Thèbes. I, 31 et suiv.

Démêle les piéges de Sphinge. ( Voyez Sphinge.) OETA, en Thessalie , qu'il sépare de la Phocide ; mont sur lequel on

recueille l'ellébore. III , 305. ( Coumaïta. ) DETÉENS , peuples de Thessalie ; habitaient le mont OEta. III ,

« ÖncekiDevam »