Sayfadaki görseller
PDF
ePub

mencement d'une lettre, et que nous employons en différentes rencontres, il en est une qui mérite de l'attention. Au lieu de dire, Je vous salue, je vous dis simplement, Failes le bien!; c'est vous souhaiter le plus grand bonheur. Le même mot a désigne celui qui se distingue par sa valeur ou par sa vertu , parce que

le

courage est aussi nécessaire à l'une qu'à l'autre. Veuton donner l'idée d'un homme parfaitement vertueux, on lui attribue la beauté et la bonté 2 h c'est-à-dire, les deux qualités qui attirent le plus l'admiration et la confiance:

Avant que de terminer cet article, je dois vous parler d'un genre qui , depuis quelque temps, exerce nos écrivains; c'est celui des caractères 3. Voyez, par exemple, avec quelles couleurs Aristote a peint la grandeur d'âme 4.

Nous appelons magnanime celui dont l'âme, naturellement élevée , n'est jamais éblouie par la prospérité, ni abattue par les revers 5.

Parmi tous les biens extérieurs, il ne fait cas que de cette considération qui est acquise et

* Aristot. magn. moral. lib. 2, cap.4, t. 2, p. 149. — a sessos, qu'on peut traduire par excellent.

2 Aristot. ibid. lib. 2 , cap. 9, t. 2., p. 186, A. και Καλός κάγαθος, bel et bon. 3 Aristot. Theophr. et alii. - 4 Aristot. de mor. lib. 4 , cap. 7, t. 2, p. 49 id. eudem. lib. 3, cap. 5, t. 2, p.

223. - 5 Id. de mor. lib. 4, cap 71' t. 2, p. 50.

accordée par l'honneur. Les distinctions les plus importantes ne méritent pas ses transports, parce qu'elles lui sont dues ; il y renoncerait plutôt que de les obtenir pour des causes légères, ou par des gens qu'il mépriser.

Comme il ne connaît pas la crainte, sa haine, son amitié, tout ce qu'il fait, tout ce qu'il dit, est à découvert ; mais ses haines ne sont pas durables : persuadé que l'offense ne saurait l'atteindre , souvent il la néglige, et finit

par

l'oublier 2

Il aime à faire des choses qui passent à la postérité; mais il ne parle jamais de lui, parce qu'il n'aime pas la louange. Il est plus jaloux de rendre des services que d'en recevoir. Jusque dans ses moindres actions, on aperçoit l'empreinte de la grandeur; s'il fait des acquisitions, s'il veut satisfaire des goûts particuliers , la beauté le frappe plus que l'utilité 3.

J'interrompis Euclide : Ajoutez, lui dis-je, que, chargé des intérêts d'un grand état, il développe dans ses entreprises et dans ses traités toute la noblesse de son âme; que, pour maintenir l'honneur de la nation, loin de recourir à de petits moyens, il n'emploie que la fermeté, la franchise et la supériorité du talent ; et vous aurez ébauché le portrait de cet Arsame avec qui j'ai passé en Perse des jours si fortunés, et qui, de tous les vrais citoyens de cet empire, fut le seul à ne pas s'affliger de sa disgrâce.

50;

magn. moral.

I Aristot. de mor. lib. 4 , cap. 7 , t. 2 » P:

id. lib. 1, cap. 26, t. 2, p. 162. — * Id. de mor. lib. 4, cap. 8, p. 51.

3 Id. ibid.

Je parlai à Euclide d'un autre portrait qu'on m'avait montré en Perse, et dont je n'avais retenu que les traits suivans :

Je consacre à l'épouse d’Arsame l'hommage que la vérité doit à la vertu. Pour parler de son esprit, il faudrait en avoir autant qu'elle ; mais pour parler de son coeur, son esprit ne suffirait pas, il faudrait avoir son âme. .

Phédime discerne d'un coup-d’æil les différens rapports d'un objet ; d'un seul mot elle sait les exprimer. Elle semble quelquefois se rappeler ce qu'elle n'a jamais appris. D'après quelques notions, il lui serait aisé de suivre l'histoire des égaremens de l'esprit : d'après plusieurs exemples, elle ne suivrait pas celle des égaremens du coeur ; le sien est trop pur et trop simple pour les concevoir.....

Elle pourrait , sans en rougir, contempler la suite des pensées et des sentimens qui l'ont occupée pendant toute sa vie. Sa conduite a prouvé que les vertus, en se réunissant, n'en font plus qu'une ; elle a prouvé aussi qu'une telle verlu est le plus sûr moyen d'acquérir l'estime générale sans exciter l'envie.....

Au courage intrépide que donne l'énergie du caractère elle joint une bonté aussi active qu’inépuisable ; son âme, toujours en vie , semble ne respirer que pour le bonheur des autres.....

Elle n'a qu'une ambition, celle de plaire à son époux : si, dans sa jeunesse, vous aviez relevé les agrémens de sa figure, et ces qualités dont je n'ai donné qu'une faible idée, vous l'auriez moins flattée que si vous lui aviez parlé d’Arsame....

FIN DU CHAPITRE QUATRE-VINGT-UNIÈME.

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

Nouvelles Entreprises de Philippe ; Bataille

de Chéronée ( Atlas , pl. 25 ) ; Portrait d'Alexandre.

La Grèce s'était élevée au plus haut point de la gloire ; il fallait qu'elle descendit au terme d'humiliation fixé par cette destinée qui agite sans cesse la balance des empires. Le déclin, annoncé depuis long-temps , fut très-marqué pendant mon séjour en Perse, et très-rapide quelques années après. Je cours au dénoûment de cette grande révolution; j'abrégerai le récit des faits , et me contenterai quelquefois d'extraire le journal de mon voyage.

SOUS L'ARCHIONTE NICOMA QUE.

La 4.e année de la 109. olympiade.

(Depuis le 30 juin de l’an 341, jusqu'au 19 juillet de l'an 340

avant J. C.)

Philippe avait formé de nouveau le dessein de s'emparer de l'île d'Eubée par ses intrigues,

« ÖncekiDevam »