Sayfadaki görseller
PDF
ePub

ERRATA.

54,

Pag. 15, lig. 7, instruit, lisez instruite. 36, 2, dans l'état. qui, lisez dans l'état, qui.

3, des femmes , lisez de femmes. 59,

5, sait, aussi bien , lisez sait aussi bien. 84, 16, qnaud, lisez quand. 102, 4, Charlemage, lisez Charlemagne. 18, 22, la discipline, lisez sa discipline. 175, 1, plus de lois, lisez plus de loi. 200, 2, même époque achève, lisez même

époque, achève. 207,

13, est dans le souverain, lisez découle

du souverain. 255, 11, de la déclaration du Pape, lisez de

la déclaration, du Pape. 305, 9, qu'il put, lisez qu'il peut. 306, 14, à leurs propres sens, lisez à leur

propre sens. 307,

7, incompatibles, lisez incompatible. 1bid. 17, chambre, lisez dans la chambre.

AVERTISSEMENT

DE LA TROISIÈME ÉDITION.

Les quatre premiers chapitres de cet ouvrage, publiés d'abord séparément, ont été réunis, dans cette nouvelle édition, aux six derniers , avec lesquels ils ne forment qu'un tout. Les questions qu'on y a traitées tiennent au fondement même de l'ordre politique et de l'ordre religieux. Ce qui se passe dans les Pays-Bas en offre une preuve de fait assurément bien digne d'attention. La religion catholique, persécutée par un Prince calviniste , en vertu des principes gallicans, et cette persécution louée, encouragée, dirigée peut-être par les révolutionnaires françois, dont elle sert les desseins : c'est là , certes, un sujet de réflexions profondes pour les politiques et pour les chrétiens, pour les peuples et pour les rois. L'avenir nous réserve d'autres instructions; car tout a son terme , et même la patience. On a vu jusqu'ici le mal en action : qui sait quel spectacle doit succéder à celuilà , et ce qu'à son tour la foi peut remuer dans la société, pour la défense du vrai et du bien, et pour le salut du monde ?

PRÉFACE.

On ne lit point aujourd'hui les longs ouvrages; ils fatiguent , ils ennuient: l'esprit humain est las de lui-même; et le loisir manque aussi. Tout se précipite tellement, depuis qu’on a mis la société entière en problème, qu'à peine est-il possible de donner un moment très court à chaque question, quelle qu'en soit d'ailleurs l'importance. Dans le mouvement rapide qui emporte le monde, on n'écoute qu'en marchant; et comment l'attention , sans cesse distraite par des objets nouveaux, pourroit-elle se fixer long-temps sur aucun? C'est ce qui nous détermine à publier seule la première partie de ce petit traité, tandis que certains souvenirs sont encore vivants. Dans trois mois on ne sauroit de quoi nous venons parler. Nous tâcherons de saisir , au milieu des évènements qui se préparent, l'occasion la plus favorable pour faire paroître la

penser. Mais

seconde partie. Il ne faut pas troubler indiscrètement les méditations des peuples éclairés qui ont entrepris de réformer l'Ruvre de la sagesse et de la puissance divine, ni les ramener trop brusquement de la bourse à l'autel, et de la rente à la religion. Nous n'ignorons pas que cet écrit, dicté

par une conviction profonde , choquera beaucoup d'opinions, à une époque où tant d'hommes ont un tact si fin sur ce qu'il est à propos

de cette considération n'a pas dû nous empêcher de dire ce que nous croyons vrai. On n'est point obligé de plaire, et ce n'est pas une des conditions que la Charte a mises au droit de publier ses opinions ; droit dont nous userons sans autre désir

que

celui d'être utile , sans autre espérance que de recueillir force injures et calomnies.

Personne n'est plus soumis que nous aux lois du

pays où nous vivons; nous le serions de même à Constantinople; nous l'eussions été de même à Rome, sous la république comme sous les empereurs , et par les mêmes motifs, et dans la même mesure. Une fausse liberté ne nous séduit pas, et nous sentons en nous quelque chose qui nous met

à l'abri de la servitude. Le christianisme a pour toujours délivré l'homme du joug de l'homme, et il n'est pas un chrétien qui ne puisse et ne doive, en obéissant, selon le précepte de l'Apôtre, répéter ces belles paroles que l'auteur de l'Apologétique adressoit aux magistrats romains : « Je reconnois xdans le chef de l'empire mon souverain, pourvu » qu'il ne prétende pas que je le reconnoisse pour

mon Dieu : car du reste je suis libre. Je n'ai ► d'autre maître que le Dieu tout-puissant, éternel, » qui est aussi le sien (1). »

Que si , examinant quelques unes des lois qui nous régissent, nous les avons jugées défectueuses à plusieurs égards, elles nous autorisent elles-mêmes à émettre le jugement que nous en portons. On ne nous contestera pas sans doute un privilége qu'on ne cesse, quel qu'il soit, de vanter avec tant d'emphase. De semblables discussions, sincères ,

(1) Dicam plane imperatorem dominum : sed quando non cogor , ut dominum , Dei vice , dicam. Cæterum liber sum illi. Dominus enim meus unus est Deus omnipotens et æternus , 'idem qui et ipsius. Apologet. adv. gentes , cap XXXVII.

« ÖncekiDevam »