Sabine: Gertrude de Chanzane; deux nouvelles

Ön Kapak
 

Kullanıcılar ne diyor? - Eleştiri yazın

Her zamanki yerlerde hiçbir eleştiri bulamadık.

Seçilmiş sayfalar

İçindekiler


Sık kullanılan terimler ve kelime öbekleri

Popüler pasajlar

Sayfa 58 - Quand on voit le style naturel, on est tout étonné et ravi; car on s'attendait de voir un auteur, et on trouve un homme. Au lieu que ceux qui ont le goût bon, et qui en voyant un livre croient trouver un homme, sont tout surpris de trouver un auteur : Plus poetice quarn humane locutus es.
Sayfa 286 - Celui qui a dit : Venez à moi, vous tous qui êtes travaillés et chargés, et je vous soulagerai.
Sayfa 277 - Courage, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de choses, je t'établirai sur beaucoup : entre dans la joie de ton seigneur.
Sayfa 33 - Elle jette souvent des rayons de lumière Dans mon obscurité. Elle m'apprend quelle est la richesse suprême D'un cœur vaillant et fort : Le travail, le devoir, le sacrifice même, Le généreux effort. Elle me montre en moi cette source profonde Qui ne saurait tarir, Et dans mon âme seule elle me donne un monde Grand comme mon désir. Oui, j'aime à t'écouter, car ta voix me révèle Ce que je porte en moi DR rêves et d'espoir dont je sens frémir l'aile, Et d'amour et île foi.
Sayfa 32 - A l'heure où je suis triste et lasse, où sur ma voie Ne tombe aucun rayon. Quand mon âme se meurt faute d'un peu de joie Et d'un libre horizon ; Quand mon cœur s'engourdit comme si toute vie Allait s'éteindre en lui, Et quand pèse sur moi la tristesse infmie De n'avoir point d'appui ; Quand je me sens trop seule, hélas!
Sayfa 33 - Et je ne suis plus seule, et je ne suis plus lasse, Et j'espère, et je crois. Mon cœur s'élance libre et joyeux dans l'espace, Jeune comme autrefois. Car l'âme cherche l'âme, et chacune reflète D'une autre le rayon. La tienne est mon foyer, ô rêveur, ô. poète, Qui ne sais pas mon nom.
Sayfa 32 - De n'avoir point d'appui ; Quand je me sens trop seule, hélas! et trop lassée De marcher tout le jour Sans qu'un souffle du ciel m'ait jamais caressée, Sans espoir, sans amour; Lorsqu'on moi tout se tait, alors je prends ton livre...
Sayfa 285 - J'en suis bure, vivre pour soi, même à deux, c'est se condamner à la misère morale, c'est perdre sa vie.
Sayfa 258 - Nous nous sommes dit adieu comme si nous devions nous revoir le lendemain, et pourtant que de pensées poignantes traversent le cœur quand on se sépare dans des jours comme ceux-ci.

Kaynakça bilgileri