Sayfadaki görseller
PDF
ePub
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

PROPRIÉTÉ DE L'AUTEUR.

Imprimé par Charles Noblet, rue Soufflot, 18.

[blocks in formation]

TOUT CE QUI REGARDE LES CONCORDATS DE FRANCE ET DES AUTRES NATIONS,

LES CANONS DE DISCIPLINE, LES USAGES DU SAINT-SIÉGE,
LA PRATIQUE ET LES RÈGLES DE LA CHANCELLERIE ROMAINE,
LA HIÉRARCHIE ECCLÉSIASTIQUE, AVEC DROITS ET DEVOIRS

DES MEMBRES DE CHAQUE DEGRÉ,
En un mot, tout ce qui regarde les personnes, les choses et les jugements,

PAR.

M. L'ABBÉ ANDRÉ

VICAIRE GÉNÉRAL DE QUIMPER,
Chanoine de La Rochelle, Membre de la Société asiatique de Paris,
Membre correspondant de la Société des sciences historiques de l'Yonne, etc.,

Auteur du Cours de la Législation civile ecclésiastique.

TROISIÈME ÉDITION
ENTIÈREMENT REFONDUE ET CONSIDÉRABLEMENT AUGMENTÉE.

Nulli sacerdotum liceat canones ignorare nec
quicquam facere quod Patrum possit regults
obviare.

(Cælestinus, papa, Distinctio XXXVIII, can. 1. )

TOME DEUXIÈME

PARIS

CHEZ L'AUTEUR
ET A LA LIBRAIRIE CATHOLIQUE DE F. BOULLOTTE

RUE NEUVE-SAINT-PAUL, 10.

1860

[ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

On entend communément par cabaret tout lieu dans lequel on vend publiquement et à tous ceux qui se présentent, du vin ou toute autre liqueur, soit dans la maison même, soit dans un jardin contigu.

Les canons défendent aux laïques d'aller au cabaret, à plus forte raison aux clercs. Voyez CLERC, IRRÉGULARITÉ.)

Il n'est point permis aux clercs d'entrer dans les cabarets et cafés pour y boire ou pour y manger, excepté dans les cas de nécessité, comme pendant un voyage. Clerici, edendi vel bibendi causâ, tabernas non ingrediantur, nisi peregrinationis necessitate compulsi. (Ex conc. Laodicens., canon Non oportet, dist. 44; Ex concil. Carthag., can. Clerici, dist. 44.)

Il est à plus forte raison défendu aux clercs de tenir cabaret ou café: celui qui n'abandonnerait point cet indigne emploi, après en avoir été averti, devrait être puni par la déposition ou du moins par la suspense. Nulli clerico licet tabernam, aut ergasterium habere. Si enim hujusmodi tabernam ingredi prohibetur, quantò magis aliis ministrare in eâ ? Si quis verò tale quid fecerit, aut cesset, aut deponatur. (Ex synodo 6, can. Nulli, dist. 44.)

Plusieurs évêques de France ont déclaré que les clercs ne violaient pas la loi de l'Église, quand, invités par amitié ou par honnêteté, ils acceptaient à dîner chez un cabaretier, un aubergiste ou un maî

T. II.

4

« ÖncekiDevam »