Sayfadaki görseller
PDF
ePub

"

occupés sans cesse à activer les approvisionnements; qu'on avait tous les jours 72 inille bou hes à nourrir , et que cette corsommation extraordinaire mettait l'administration dans limpossibilité absolue de faire aucune réserve de farines et de biscuits pour les expéditions projetées.

Quelle était donc la cause de cette pénurie sans exemple , qui a tout paralysé ? Je la trouve principalement dans la fatale sortie de l'armée navale de 35 vaisseaux, partie de Brest le vo nivôse, an III, sus le commandement du vice-amiral Villaret, et sous la direction du représentant du peuple Trehouart. Les désastres que cette armée a essuyés sur l'océan, désastres qui l'ont forcée de rentrer totalement désemparée , n'ont plus permis au gouvernement de faire sortir de Vaisse aux pour protéger ' les arrivages de subsistances et autres approvisionnements. Une population maritime immense est restée oisive dans le port, consommant infructueusement le peu de denrées qu'on pouvait se procurer, dans les envirous, à force d'argent et d'efforts. Sous ce rapport, et sous plusieurs autres, la sortie de notre armée navale, au 10 nivôse, est un des évènements maritimes

1

les plus funestes qui ayent , jusqu'à présent, caractérisé notre guerre de mer. J'en dois dire un mot pour la vérité de l'histoire, et l'utile leçon de l'expérience.

Les fautes du 13 prairial ne nous avaient pas rendus

sages. On imagina de faire sortir dans le milieu de l'hiver , et de l'hiver le plus âpre, l'armée qui était mouillée dans la rade de Brest, au nombre de 30 à 35 vaissea:1x. On doit dire que plusieurs de ces vaisseaux avaient leurs mâts jumelés depuis le combat du 13 prairial, et que plusieurs autres faisaient de l'eau ou étaient hors d'état d'aller à la mer. On assure même que la plupart des vaisseaux n'avaient pas été délestés , ni visités depuis deux ans, c'est-à-dire, depuis l'origine du gouvernement révolutionnaire , et les nominations faites aux différentes places du port à cette époque fameuse. (1) J'écrivis à d'Albarade une lettre que je communiquai à quelques eapitaines, qui étaient comme moi en arrestation, et malades à Brest, à l'hospice militaire. Je lui marquais : » Si l'armée » met en mer, vous perdrez des vaisseaux; » toute votre armée rentrera délabrée; vous

1

(1) Un ex-moine , frère de l'accusateur près le tribunal révoJutionnaire, était inspecteur-général du port,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

» n'avez rien dans les magasins pour la
» réparer ; vous n'aurez point d'armée au
» printemps; les enneniis insulteront nos côtes
» impurément, et la république sera com-
» promise. » Point de réponse. A cette époque,
le nommé Duras, secrétaire des représentants
en mission près les Côtes de Brest, ordonne
de transférer à Paris le vice-amiral Morard
de Galles, et noi, comme compliqués dans
la prétendue conspiration de Quiberon, dont
le comité de salut public voulait lui-même
prendre connaissance; il reconnut notre par-
faite innocence, après un mûr examen.
· Me trouvant à Paris, j'insistai vivement
auprès de ce même comité pour que l'armée
ne sertît pas, et le représentant Bréard me
dit qu'on avait envoyé un courier pour em-
pêcher l'armée de mettre à la voile; mais la
commission de marine n'ayant point expédié
promptement le courier, et le courier ayant
employé onze jours à se rendre à Brest, dans
un temps où cette route était parfaitement
libre, les ordres arrivèrent trop tard et l'armée
était partie depuis 24 heures. Quelques per-

onnes disent que le courier arriva avant le départ de l'armée; mais qu'on passa sous silence les ordres qu'il avait apportés. Il n'est pas

[ocr errors]
[ocr errors]

permis de croire une pareille assertion. Quoi qu'il en soit, l'armée partit; on lui fit signal d'appareiller imprudemment au commencement d'un coup de vent. Le Républicain, vaisseau à trois ponts , fit naufrage au milieu du goulet, Le Redoutable pensa aussi périr. Le capitaine Moncousu , homme instruit, qui le commandait, pensa aussi périr, et fut obligé d'abandonner sa chaloupe et ses ancres pour sauver le vaisseau , en faisant route. Il faut convenir que l'armée ne pouvait appareiller sous de plus sinistres auspices.

Il y avait une belle opération à faire , puisqu'on voulait absolument sortir. Je l'indiquai, mais 'inutilement. Je proposai de conduire l'armée navale de la république à Lisbonne, de mouiller l'armée devant cette capitale, à une portée de fusil de la ville et du palais du roi; de la faire précéder par une frégate parlementaire, qui annoncerait que l'armée de la république ne vient pas pour nuire aux portugais, quoiqu’alliés et esclaves de l'Angleterre; mais qu'elle vient pour exiger que tous les magasins et vaisseaux anglais lui soient livrés sur-le-champ, sous peine deraser la ville de fond en comble. Cette opération procurait à la France 200 millions en numéraire ou en

[ocr errors]

marchandises anglaises; l'Angleterre recevait un échec terrible, qui y causait et des banqueroutes et une désolation générale. Notre armée, sans être fatiguée de la mer, revenait à Brest, comblée de richesses, couverte de gloire, et la France étonnait encore l'Europe par un nouveau triomphe.

On alléguait pour motif secret de cette sortie

que
l'on voulait protéger le passage

de 6 vaisseaux, qui allaient à Toulon renforcer l'armée de la méditerranée ; mais on sera étonné d'apprendre que tout était si mal combiné, que les 6 vaisseaux destinés pour Toulon, bien loin d'aller à leur destination, ont été obligés de rentrer à Brest avec l'armée navale, parce que ces 6 vaisseaux , qui avaient six mois de vivres, ont été obligés de les partager entre plusieurs vaisseaux de l'armée, qui étaient sortis de Brest avec moins de 15 jours de vivres et de bois à brûler. Peut-on voir un désordre plus complet! Enfin il arriva des évènements affreux : 3 beaux vaisseaux, le Neuf-Thermidor, le Scipion, le Superbe, de 80 et 74 canons, périrent en pleine mer et s'engloutirent dans l’abyme avec leurs apparaux, leur artillerie et une partie de leurs équipages. D'autres vaisseaux se

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« ÖncekiDevam »