Œuvres complètes de l'abbé H. R. Casgrain ...

Ön Kapak
Typ. de C. Darveau, 1873
 

Kullanıcılar ne diyor? - Eleştiri yazın

Her zamanki yerlerde hiçbir eleştiri bulamadık.

Seçilmiş sayfalar

Diğer baskılar - Tümünü görüntüle

Sık kullanılan terimler ve kelime öbekleri

Popüler pasajlar

Sayfa 71 - Je vous dis en vérité, personne ne quittera, pour moi et pour l'Évangile, sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres , 30.
Sayfa 71 - C'est la saison où tout tombe Aux coups redoublés des vents; Un vent qui vient de la tombe Moissonne aussi les vivants : Ils tombent alors par mille, Comme la plume inutile Que l'aigle abandonne aux airs, Lorsque des plumes nouvelles Viennent réchauffer ses ailes À l'approche des hivers.
Sayfa 26 - Vous avez été longtemps méconnus, mes anciens frères du Canada ! Vous avez été indignement calomniés. Honneur à ceux qui ont réhabilité votre mémoire ! Honneur, cent fois honneur à notre compatriote, M. Garneau, qui a déchiré le voile qui couvrait vos exploits ! Honte à nous qui, au lieu de fouiller les anciennes chroniques si glorieuses pour notre race, nous contentions de baisser la tête sous le reproche humiliant de peuple conquis qu'on nous jetait à la face à tout propos ! Honte...
Sayfa 68 - De ce grand jour quand verrai-je l'aurore ? " Dis-moi, mon fils, ne paraissent-ils pas ? " Qui nous rendra cette époque héroïque " Où, sous Montcalm, nos bras victorieux, " Renouvelaient dans la jeune Amérique " Les vieux exploits chantés par nos aïeux ? " Ces paysans qui, laissant leur chaumière, " Venaient combattre et mourir en soldats, " Qui redira leurs charges meurtrières ? " Dis-moi, mon fils, ne paraissent-ils pas?
Sayfa 80 - Partez de ce monde, âme chrétienne, au nom de Dieu le Père toutpuissant qui vous a créée; au nom de Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant, qui a souffert pour vous; au nom du Saint-Esprit qui...
Sayfa 68 - Pensez-vous quelquefois à ces temps glorieux Où seuls, abandonnés par la France, leur mère, Nos aïeux défendaient son nom victorieux Et voyaient devant eux fuir l'armée étrangère ? Regrettez-vous encor ces jours de Carillon, Où, sur le drapeau blanc attachant la victoire, Nos pères se couvraient d'un immortel renom, Et traçaient de leur glaive une héroïque histoire...
Sayfa 25 - Dors-tu content , Voltaire, et ton hideux sourire Voltige-t-il encor sur tes os décharnés? Ton siècle était , dit-on , trop jeune pour te lire; Le nôtre doit te plaire, et tes hommes sont nés. Il est tombé sur nous, cet édifice immense, Que de tes larges mains tu sapais nuit et jour. La mort devait t'attendre avec impatience, Pendant quatre-vingts ans que tu lui fis ta cour; Vous devez vous aimer d'un infernal amour.
Sayfa 68 - Des trois couleurs l'invincible puissance " T'appellera pour de nouveaux combats ; " Car c'est toujours l'étendard de la France, " Dis-moi, mon fils, ne paraissent-ils pas! " Pauvre vieillard, dont la force succombe, " Rêvant encor l'heureux temps d'autrefois, " J'aime à chanter sur le bord de ma tombe " Le saint espoir qui réveille ma voix. " Mes yeux éteints verront-ils dans la nue " Le fier drapeau qui couronne leurs mâts ? " Oui, pour le voir, Dieu me rendra la vue ! " Dis-moi, mon fils,...
Sayfa 21 - ... comme un moyen de garder leur liberté plus entière , n'y ayant rien de plus libre ni de plus Indépendant qu'un homme qui sait vivre de peu , et qui , sans rien attendre de la protection ou de la libéralité d'autrui , ne fonde sa subsistance que sur son industrie et sur son travail.
Sayfa 71 - Un seul, oui un seul, et celui-là n'était qu'une simple connaissance que j'avais rencontrée quelquefois en société, ayant eu vent de la ruine qui me menaçait, "s'empressa de me dire. " Nous avons eu des affaires ensemble ; voici, je crois, la balance qui vous revient ; compulsez vos livres pour voir si c'est correct. " II est mort depuis longtemps ; honneur à sa mémoire ! et que les bénédictions d'un vieillard profitent à ses enfants ! '; iCenx que M.

Kaynakça bilgileri