Sayfadaki görseller
PDF
ePub

ce sera un préservatif contre les dangers auxquels ils seront exposés. C'est un usage établi daniš Tes I maisons où l'on('élève la jenuesse, de terminer la Prière du matin et du soir par une lecture de piété : ce livre pourra servir à cet usage, et remplir l'année avec l'Instruction de la Jeunesse, par M. Gobinet. 11 seroit bon de ménager quelques instans, à la fin de chaque lecture pour interroger un ou deux élèves sur ce qu'on aura lu, afin de les éxciter à être attentifs. Plaise à la divine bonté de répandre sa bénédiction sur cet ouvrage, et de le rendre utile à ceux pour qui il

qaéta entrepris.

Les mêmes Libraires ont sous presses, en même format et caractères, deux autres Ouvrages du même auteur, sous ses titres : Histoire abrégée de l'Eglise , où l'on expose ses combats et ses victoires, dans les temps de persécutions, d'hérésies et de scandales , et où l'on montre que sa vation est une cuvre divine, ainsi établissement, in-12; et 'Histoire de la Religion avant la venue de Jésus-Christ, où l'on expose les premesses que Dieu a faites d'un Rédempteur ; les figures qui l'ont représenté, les prophéties qui l'ont annoncé, et la suite des évènemens tem, porels qui lui ont préparé les voies, etc. in-12.

conser-,

que son

DOCTRINE

EN FORME

DE LECTURES DE PIÉTÉ.

PREMIÈRE LECTURE PRÉLIMINAIRE.

Nécessité de s'instruire de la Religion.

1

Beatus homo quem tu crudieris , Domine, et de Lege tua docueris eum.

Heureux celui que vous avez instruit vous-mêino , Scigneur , et i qui vous avez enseigné rotre Loi. Ps. 93. LE PLUS GRAND INTÉRÊT de l'homme est de connoître la Religion, et son devoir le plus essentiel est de l'étudier. Vous en avez déjà appris les élémens, mon cher Théophile : ces premières leçons suffisoient à la foiblesse de l'enfance ; mais votre raison qui se développe, et votre jugement qui commence à se former, demandent une connoissance plus étendue et plus approfondie. On vous présente, dans cet ouvrage, la Doctrine Chrétienne sous une forme nouvelle , qui paroît plus assortie au goût de ceux de votre åge : on ne se contente plus de vous proposer les dogmes de la Foi, mais on vous met sous les yeux les raisons solides, décisives , convaincantes pour les quelles il faut croire ces dogmes. En vous exposant les règles que la Religion prescrit, on vous en fait

remarquer

la

sagesse et l'équité ; en vous montrant les trésors de grâces qu'elle vous ouvre, on vous en fait sentir le prix inestimable. Ce n'est pas que votre Foi, qui est un don de Dieu, ait besoin d'un nouvel appui : élevé dans le sein de l'Eglise, vous êtes docile à ses instructions : son autorité , la plus grande qu'il y ait dans l'univers, est une voie abrégée et très-sûre pour croire toutes les vérités qu'elle enseigne de la part de Dieu ; mais ce développement est nécessaire, ou du moins très-utile, pour vous prémunir contre les dangers auxquels vous serez bientôt exposé. Vous trouverez dans le monde, où vous allez entrer, des hommes impies qui blasphèment ce qu'ils ignorent , qui osent soumettre la parole de Dieu à l'examen de leur foible raison, qui traitent de préjugés populaires les vérités les plus certaines et les plus respectables. Vous devez sans doute éviter leur société ; mais si cela n'est pas possible, vous aurez du moins des principes à opposer à la séduction. Ce que je vous demande c'est de ne pas vous laisser éblouir par

les vaines subtilités de l'irréligion, c'est de ne point prendre des blasphèmes pour des raisons, ni des railleries pour des preuves. Vous devez alors vous rappeler les prin

cipes que vous aurez appris dans votre jeuinesse, et vous y affermir, en lisant les excellens ouvrages qui démontrent la vérité de la Religion , et où les sophismes qui l'attaquent sont réfutés avec autant de force que de lumière ( 1 ). Plus vous serez instruit, plus vous serez ferme dans la Foi; plus vous étudierez votre Religion, plus vous у

découvrirez de caractères de Divinité. Cette précaution est encore plus nécessaire pour vous garantir de l'illusion des passions ; bientôt vous en sentirez les mouvemens tumultueux. Le cour agité répand des nuages dans l'esprit , et en obscurcit les lumières. Nous jugeons mal de ce qui contrarie nos inclinations, et gène nos penchans. La Religion combat toutes les passions : ce que je vous demande', c'est que vous ne les -consultiez point dans une affaire si importante, et où la méprise a des suites si terribles ; c'est que le désir de les satisfaire ne vous détermine jamais à abandonner la vérité. Seroit-il sage , seroit-il prudent de les établir juges dans une cause où elles ont un intérêt si vif et si pressant ? Si vous êtes fidèle à suivre ces avis que je vous donne vous conserverez le don précieux de la Foi; car l'incrédulité vient toujours de ces deux sources, l'ignorance et la corruption du

[ocr errors]

(1) Existence de Dieu par Fénélon. Discours sur l'Hist. Universelle. Abbadie , Principes de la Foi. Fondemens do la Foi. ' Paris, chez Onfrog.

y auroit beaucoup moins d'inipies, si la Religion étoit mieux connue, et il n'y en auroit pas un seul, si les hommes étoient sans passions. L'on a beau vanter dans quelques incrédules l'étendue des connoissances, l'éclat des talens, et même la supériorité du génie ; il n'en est pas moins vrai que ces hommes, si habiles dans les sciences humaines , ne sont pas instruits dans celle de la Religion. La plupart n'en savent que ce qu'ils en ont appris dans ces premières leçons qu'on leur a données pendant leur enfance, dont ils ne conservent qu'un souvenir confus et superficiel. Dans la suite ils ont dédaigné cette sorte d'instruction comme fort au-dessous d'eux, et ils n'ont jamais donné une heure d'attention sérieuse à cette étude. Quelques-uns ne connoissent la Religion que par des écrits aussi licencieux qu'impies, où elle est indignement outragée et calomniée; ils ne savent que les blasphèmes que l'on a vomis contre elle, et ils ont appris à être incrédules avant que d'apprendre à croire. Non, ils ne la connoissent point cette Religion si belle , si digne de Dieu, si proportionnée aux besoins de l'homme, et si nécessaire à son bonheur ; ils ne connoissent pas ce plan admirable qui en lie toutes les parties, cette harmonie cet accord.parfait entre l'ancien et le nouveau Testament, qui la rend aussi vénérable par son antiquité, qu'elle est auguste

ceur. Il

« ÖncekiDevam »