Sayfadaki görseller
PDF
ePub

Notre ruine et anéantissement entier en auroient été la suite inévitable et même bien gratuitement, comme nous l'avons démontré. Le seul moyen qui nous restoit pour nous y soustraire, étoit celui de se confier dans la générosité Française.

Vous justifierez, Citoyens Consuls, comme nous osons nous en flatter, par le retour de votre amitié et de votre bienveillance, cette confiance que la sévérité peu méritée du Directoire n'a même pu entièrement effacer dans nos ánies, et nous espérons qu'après avoir dans votre sagesse, tout mûrement pesé, vous ne balancerez plus à faire cesser les mesures sévéres que le Direcloire a pris et ordonné contre cette ville.

Recevez en même temps l'hommage de notre profond respect.

Donné sous le sceau ordinaire de notre ville ; ce 16 Décembre 1799.

Bourguemestres el Sénat de la ville libre et impériale d'Hambourg,

T. A. WAGNER,

Licencié et Premier Président. Bonaparte, Premier Consul de la République, aur Bourgue

mestres et Sénat de la ville libre et impériale de Hambourg. Du 9 Nivóse, an 8.

Nous avons reçu votre lettre, Messieurs, elle ne vous justifie pas. Le courage et les vertus conservent les Etats : la lacheté et les vices les ruinent.

Vous avez violé l'hospitalité. Cela ne fût pas arrivé parmi les hordes les plus barbares du désert. Vos concitoyens vous le reprocheront à jamais.

Les deux infortunés que vous avez livrés meurent illustres : mais leur sang fera plus de mal à leurs persécuteurs, que n'auroit pu le faire une armée.

Le Premier Consul, (Signé) BONAPARTE.
Par le Premier Consul.

Le Secrétaire d'Etat, (Signé) H. B. MARET.

1800.)

(Moniteur, No. 116.) Le Ministre de Relations Extérieures de la République

Françoise, au Lord Grenville, Ministre des Affaires Etrangeres. Paris, le 5 Nivôse, an 8 de la République.

Mylord, J'expédie, par l'ordre du Général Bonaparte, Premier Consul de la République Françoise, un courier à Londres. Il est porteur d'une lettre du Premier Consul de la République, pour Sa Majesté le Roi d'Angleterre. Je vous prie de donner les ordres nécessaires pour qu'il puisse vous la remettre sans intermédiaire. Cette démarche annonce d'elle-même l'importance de sou objet. Recevez, Mylord, l'assurance de ma plus haute considération.

CH. MAU. TALLEYRAND. D

République Françoise.--Souveraineté du Peuple.Liberté.

Egalité. Bonaparte, Premier Consul de la République, à Sa Majesté le Roi de la Grande-Bretagne et d'Irlande. Paris, le 5 Nivóse, an 8 de la république.

Appelé, par le væu de la nation Française, à occuper la premiere magistrature de la République, je crois convenable en entrant en charge, d'en faire directement part à votre Majesté.

La guerre qui, depuis huit ans, ravage les quatre parties dų monde, doit-elle être éternelle ? N'est-il donc aucun moyen de s'entendre ?

Comment les deux nations les plus éclairées de l'Europe, puis. santes et fortes plus que ne l'exigent leur sûreté et leur indépendance, peuvent-elles sacrifier à des idées de vaine grandeur le bien du commerce, la prospérité intérieure, le bonheur des familles ? Comment ne sentent-elles pas que la paix est le premier des besoins, comme la premiere des gloires ?

Ces sentimens ne peuvent pas être étrangers au cæur de Votre Majesté qui gouverne une nation libre, et dans le seul but de la rendre heureuse.

Votre Majesté ne verra dans cette ouverture que mon désir sincere de contribuer efficacement, pour la seconde fois, à la pacification générale, par une démarche prompte, toute de confiance, et dégagée de ces formes, qui, nécessaires peut-être pour déguiser la dépendance des états faibles, ne décelent dans les états forts que le désir mutuel de se tromper.

La France, l'Angleterre, par l'abus de leurs forces, peuvent long-temps encore, pour le malheur de tous les peuples, en retarder l'épuisement; mais j'ose le dire, le sort de toutes les nations civilisées est attaché à la fin d'une guerre qui embråse le monde cntier. De votre Majesté,

BONAPARTE. Réponse du Lord Grenville, au Ministre des Relations Exté.

rieures, à Paris.

Londres, Downing-Street, 4 Janvier, 1800. Monsieur, J'aireçu et remis sous les yeux de S. M. les deux lettres que vous m'avez adressées. Sa Majesté ne voyant point de raison pour se départir des formes depuis long-temps établies en Europe, au sujet des affaires qui se transigent entre les Etats, m'a ordonné de vous rendre, en son nom, la réponse officielle, qui se trouve incluse dans cette Note,

J'ai l'honneur d'ètre; avec une haute considération, Monsieur, votre très-humble et trè-obéissant serviteur,

GRENVILLE

Note au Ministre des Relations Extérieures, à Paris.

Downing-Street, 4 Janvier, 1800. La Roi a donné des preuves fréquentes de son désir sincere pour le rétablissement d'une tranquillité sûre et permanente en Europe. Il n'est, ni n'a été engagé dans aucune contestation pour une vaine et fausse gloire. Il n'a eu d'autres vues que celles de maintenir, coutre toute aggression, les droits et le bonheur de sessujets. C'est pour ces objets que, jusqu'ici, il a lutté contre une attaque non-provoquée; c'est pour les mêmes objets qu'il est forcé de lutter encore; et il ne sauroit espérer, dans le moment actuel, qu'il pût écarter cette nécessité, en négociant avec ceux qu'une révolution nouvelle a si récemment investis du pouvoir en France. En effet, il ne peut résuiter d'une telle négociation aucun avantage réel, pour ce grand objet si désirable d'une paix générale, jusqu'à ce qu'il paroisse distinctement qu'elles ont cessé d'agir, ces causes qui, originairement, ont produit la guerre, qui en ont depuis prolongé la durée, et qui, plus d'une fois, en out renonvellé les effets.

Ce même système, dont la France accuse à juste titre l'influ. ence dominante, comme la cause de ses malheurs présens, est aussi celui qui a enveloppé le reste de l'Europe dans une guerre longue et destructive, et d'une nature inconnue, depuis bien des andées, aux usages des nations civilisées. C'est pour étendre ce systême, et exterminer tous les gouvernemens établis, que, d'année eri agnée, les ressources de la France ont été prodiguées et épui. sées au milieu même d'une détresse sans exemple.

A cet esprit de destruction qui ne savait rien distinguer, on a sacrifié les Pays-Bas, les Provinces-Unies et les Cantons Suisses, @s anciens amis et alliés de sa majesté.

L'Allemagne a été ravagée; l'Italie, maintenant arrachée à ses envahisseurs, a été le théâtre de rapine et d'anarchie sans bornes. Sa Majesté s'est vue elle-même dans la nécessité de soutenir une lutte difficile et onéreuse, pour garantịr l'indépendance et l'existeoce de ses royaumes.

Et ces calamités ne se sont pas bornées à l'Europe seule; elles se sont étendues aux parties les plus reculées du nionde, et même jusqu'à des pays si éloignés de la contestation présente, tant par leur sitnation que pas leurs intérêts, que l'existence même de la guerre était peut-être inconnue à ceux qui se sont trouvés subitement enveloppés dans toutes ces horreurs.

Tant que dominera un système pareil, et que le sang et les tré. lors d'une nation populeuse et puissante peuvent être prodigués pour soutenir ce système, l'expérience a démontré qu'on ne pou. rait s'en garantir efficacement d'aucune autre maniere que par des hostilités ouvertes et fermes. Les traités les plus solennels n'ont fait que préparer la voie à de nouvelles aggressions. C'est uniquement à une résistance déterminée que l'on doit aujourd'hui la conservation de ce qui reste en Europe, de stabilité pour les propriétés, pour la liberté personnelle, l'ordre social et le libre exercice de la religion.

En veillant donc à la garantie de ces objets essentiels, sa majesté ne peut placer sa confiance dans le simple renouvellement de professions générales, annonçant des dispositions pacifiques. Ces professions ont été réitérativement proclamées par tous ceux qui ont successivement dirigé les ressources de la France, vers la destruction de l'Europe ; par ceux là mémes que les gouvernans actuels de la France ont déclaré depuis le commencement et daus tous les temps, être tous incapables de maintenir les rapports d'amitié et de paix. Sa Majesté ne pourra que ressentir un plaisir particulier, dès qu'elle s'appercevra qu'il n'existe plus réellement ce danger qui a si long-temps menacé et ses propres domaines, et ceux de alliés; dès qu'elle pourra se convaincre que la résistance n'est plus une nécessité; qu'enfin, après l'expérience de tant d'années de crimes et de malheurs, elle verra régner en France de meilleurs principes ; en un mot, quand on aura totalement abandonné ces projets gigantesques d'ambition, et ces plans inquiets de destruction, qui ont mis en problème jusqu'à l'existence de la société civile.

Mais la conviction d'un pareil changement, quelqu'agréable qu'il doive être au veu de Sa Majesté, ne peut résulter que de l'expérience et de l'évidence des faits.

Le garant le plus naturel et le meilleur, en même tenips et de la réalité, et de la stablité de ce changement, se trouveroit dans le rétablissement de cette race de princes qui, durant tant de siécles, sûrent maintenir au-dedans la prospérité de la nation Française, et lui assurer de la considération et du respect au-dehors. Un tel événement auroit écarté à l'instant, et dans tous les temps il écartera les obstacles, qui s'opposeraient aux négociations de paix. Il assurerait à la France la jouissance incontestée de son ancien territoire, et donneroit à toutes les autres nations de l'Europe, par des moyens tranquilles et paisibles, la sécurité qu'elles sont maintenant forcées de chercher par d'autres moyens.

Mais quelque désirable que puisse être un pareil événement, et pour la France, et pour le monde entier, Sa Majesté n'y attache pas exclusivement la possibilité d'une pacification solide et durable. Sa Majesté ne prétend pas prescrire à la France quelle sera la forme de son gouvernement, ni dans quelles mains elle déposera l'autorité nécessaire pour conduire les affaires d'une grande et puissante nation.

Sa Majesté ne regarde que la sécurité de ses propres Etats, de ceux de ses alliés, ainsi que celle de l'Europe en général. Dès qu'elle jugera que cette sécurité peut s'obtenir d'une maniere quelconque, soit qu'elle résulte de la situation intérieure de ce pays. là, dont la situation intérieure a causé le danger primitif, soit qu'elle provienne de toute autre circonstance qui mene à la même fin, Sa Majesté embrassera avec ardeur l'occasion de se concerter avec ses alliés sur les moyens d'une pacification immédiate et gé. nérale.

Malheureusement jusqu'ici, il n'existe point une telle sécurité; nulle garantie des principes qui doivent diriger le nouveau Gouvernement; nul motif raisonnable pour juger de sa stabilité.

Dans cette situation, il ne reste pour le présent, à Sa Majesté, qu'à poursuivre de concert avec les autres puissances, une guerre juste et défensive, que son zele pour le bonheur de ses sujets ne lui permettra jamais, ni de continuer au-delà de la nécessité à laquelle elle doit son origine, ni de cesser à d'autres conditions que celles qu'elles croira devoir contribuer à leur garantir la jouissance de leur tranquillité, de leur constitution, et de leur indépen

dance.

GRENVILLE.

(Moniteur, No. 122.)

CORPS LÉGISLATIF.

Présidence de Perrin, des Vosges. Réglement

concernant les Séances du Corps Législatif, et la Police de son Palais, adopté à la séance du 27 Nivóse, An 8.

Le Corps Législatif, après avoir entendu le rapport de sa commission, arrête :

Commission des Inspecteurs. I. Le Corps Législatif nomme, à la pluralité relative des suffrages, une commission composée de cinq membres. Elle est renouvelée, en partie, le premier de chaque mois.

Deux de ses Membres sortent à la fin du premier mois, trois à la fin du mois suivant, et ainsi successivement.

La premiere fois, les cinq membres tirent entre eux.

II. La commission s'assemble, les jours de séance, à onze heures du matin.

Elle est chargée de la police du palais.

Elle surveille l'emploi des fonds affectés aux dépenses du Corps Législatif.

Elle poime et surveille les huissiers et autres employés, néces. saires au service du Corps Législatif, qui en fixe le nombre et le traitement.

Disposition de la Salle. III. Les siéges sont distribués en quatre séries et numérotés dans chacune.

IV. Le premier jour du mois, chaque membre tire d'un vase placé sur le bureau, un bulletin contenant le numéro du siége et celui de la série qu'il est tenu d'occuper. Le Président tire les bulletins des absens.

V. Le résultat général du tirage est affiché le lendemain aus différentes entrées de la salle,

« ÖncekiDevam »