Sayfadaki görseller
PDF
ePub

agens et de ses conseils, connât tout; par l'initiative des lois fit passer toutes les acquisitions de l'expérience, toutes les lumières positives du gouvernement, dans le code de la république; par son irresponsabilité, fût un point fixe et immuable, autour duquel tout devient solide et constant; autour duquel rien ne pût s'agiter pour ébranler, et tout pût se mouvoir avec une haute assurance pour tout perfectionner.

Vous avez voulu que' le peuple n'eût pas un besoin dont il ne pût faire eutendre les cris; pas un sentiment de mépris et de blâme qu'il ne pût rendre redoutable par sa censure; pas un ressentiment légitime contre les ministres du pouvoir, qu'il ne pût porter devant la justice nationale; pas une vue neuve, puisée dans la philosophie de l'Europe, qu'il ne pût opposer devant la puissance législative aux vues pratiques et aux habitudes prises du gouvernement dé la France.

Vous avez pensé que la confection des lois ne devoit être confiée qu'à cette faculté de l'esprit humain, qui est toujours froide et calme, qui se recueille toujours et ne s'élance jamais, qui ne doit jamais s'agiter pour ne pas agiter ces balances où elle pese et les vérités et les erreurs, et les opinions communes dont la clarté soudaine frappe et trompe, et les découvertes récentes dont les preuves approfondies sortent à chaque instant davantage de l'obscurité où elles se dérobent d'abord: cette faculté de l'esprit humain, c'est le jugement; et vous avez institué un conseil législatif qui sera toujours en repos et en silence, qui écoutera tout pour tout juger, et ne parlera jamais que pour

énoncer les lois du fond de son sanctuaire.

Vous avez cherché à donner à votre nouvelle organisation sociale une stabilité, et pour ainsi dire, une perpétuité jusqu'à ce jour refusée aux choses humaines; et pour cela vous avez fait, du temps qui détruit tout, un principe de conservation; vous avez composé un sénat d'hommes arrivés à cet âge où tous les grand mouvemens s'arrêtent ou se moderent, où on n'espere plus rien à acquérir, et où on craint de tout perdre; vous avez comblé en eux toutes les ambitions vertueuses, et vous les avez mis dans l'impossibilité de concevoir même une ambition nouvelle; vous les avez placés, en quelque sorte, vivans hos de l'enceinte de la vie, pour que de là, comme des divinités tutelaires, ils surveillent les actes, ils conservent les lois d'un monde devenu étranger à leurs passions, et qui n'existe plus que pour leur raison et pour leur sagesse,

Vous avez appelé indistinctement tous les Français à l'exercice des droits de l'homme et du citoyen; vous n'avez pas consenti à resserrer des droits qui prennent leur source dans la nature, pour étendre les droits de la propriété qui ne s'établissent que dans l'ordre social; mais vous avez tellement disposé et dirigé trente millions d'hommes dans cet exercice sacré de leurs droits, que trop aisément ils peuvent exercer pour leur malheur; vous faites sortir tellement du milieu d'une population

Immense, et ceux qui pourront être élus, et ceux qui éliront, que nul n'étant exclu, il sera pourtant difficile qu'aucun soit mal choisi; que, par une direction presqu'aussi nécessaire que si elle étoit mécanique, les élections du peuple Français, si souvent égarées, iront tomber presque toujours sur quelque talent et sur quelque vertu.

*

Avec de telles vues et des lois concertées pour les remplir toules, pouviez-vous craindre d'interroger sur votre ouvrage le sentiment du peuple Français ? Vous n'obtiendriez pas seulement l'universalité des votes: les votes du peuple Français seront précédés et accompagnés de ses acclamations.

Ce succès éclatant que tout fait présager, vous est encore assuré davantage par cet homme extraordinaire à qui vous avez confié principalement les pouvoirs et les destinées de la république, et qui, dans le cours de ses destinées personnelles, ne rencontra des obstacles que pour obtenir des triomphes; eu l'élevant à cette fonction, la premiere du monde, et que son génie rendra plus éminente encore, vous l'avez installé où le portaient les vœux de la république et les besoins de nos circonstances. Celle influence que, par son nom seul, il exerce sur toutes les imaginations, sa gloire, en même temps qu'elle sera un puissant ressort de plus dans l'action du gouvernement, sera une limite et une barrière devant le pouvoir exécutif; et cette borne sera d'autant plus sûre qu'elle ne sera pas dans une charte, mais dans le cœur et dans les passions mêmes d'un grand homme. D'autres peuvent ambitionner "d'avoir toujours plus d'autorité sur un peuple. Buonaparte ne peut avoir d'autre ambition que celle de devenir toujours plus grand au milieu de tous les peuples et de tous les siecles.

Elançons-nous donc avec toute confiance dans les nouvelles destinées préparées par nous à la république. Sous l'empire des nouvelles lois et de nouveaux pouvoirs, cette activité révolutionnaire, toujours prête à dévorer la France, va se répandre sur les sciences, sur les arts, sur le commerce, sur tous les genres de travaux qui entretiennent et multiplient les créations et les bienfaits de l'existence sociale. La France est toute coùverte de laves révolutionnaires; mais l'histoire de tous les siecles en est le présage et la preuve; aux premiers jours de l'ordre et de la paix, ces laves comme celles du Vésuve et de l'Etna, sont les principes les plus actifs de la fécondité; alors les campagues se couvrent de toutes les richesses de la nature, les cités se decorent de la splendeur des lumieres et de la magnificence des arts: annonçons cet avenir à la république; elle y touche.

(Moniteur, No. 86 et 87.)

COMMISSION DES ANCIENS.

Séance du 25 Frimairé.

Sedillez, au nom de la section de législation, en fait approuver une résolution du 23 Frimaire, relative à l'école politechnique.

En voici le texte:

Art. 1. L'école polytechnique est destinée à répandre l'intruction des sciences mathématiques, physiques, chimiques, et des arts graphiques, et particulièrement à former des éleves pour les écoles d'application des services publics ci-après désignés. Ces services sont: l'artillerie de terre, l'artillerie de la marine, le génie militaire, les ponts et chaussée, la construction civile et nautique des vaisseaux et bâtimens civils de la marine, les mines et les ingénieurs géographes.

2. Le nombre des éleves de l'école polytechnique est fixé à trois cents.

3. Tous les ans, le premier jour complémentaire, il sera ouverte un examen pour l'admission des éleves; il devra être terminé le 30 Vendémiaire. Cet examen sera fait par des examinateurs nommés par le ministre de l'intérieur, lesquels se rendront à cet effet dans les principales communes de la république.

4. Ne pourront se présenter à l'examen d'admission que des Français âgés de seize à vingt ans ; ils seront porteurs d'un certificat de l'administration municipale de leur domicile, attestant leur bonne conduite et leur attachement à la république.

5. Tout Français qui aura fait deux campagnes de guerre dans l'une des armées de la république, ou un service militaire pendant trois ans, sera admis à l'examen j'usqu'à l'age de vingt-six ans accomplis.

6. Les connaissances mathématiques exigées des candidats seront, les élémens d'arithmétique, d'algébre, de géometrie et de Hécanique, conformément au programme qui sera rendu public frois mois au moins avant l'examen par le ministre de l'intétieur, sur la proposition du conseil de perfectionnement.

7. Les examens d'admission seront publiés. Les administrations des lieux où ils se feront, chargeront un de leurs membres d'y assister.

8. Chaque candidat déclarera à l'examinateur le service public pour lequel il se destine; sa déclaration sera insérée au procèsverbal se son examen, et les éleves n'auront pas la faculté de changer leur destination primitive.

Les ministres indiqueront, avant l'ouverture des examens le nombre des éleves nécessaires pour remplir les besoins presumés des différens services pendant l'espace de l'année, afin qu'il soit assigné à chacun de ces services un nombre d'éleves au moins égal à celui indiqué par les ministres.

9. Le 6 Brumaire, au plus tard, les examinateurs se réuniront à Paris ; et concurremment avec les deux examinateurs de mathématiques, pour la sortie des éleves dont il sera parlé ci-après, ils formeront le jury d'admission.

10. Ce jury arrétera la liste par ordre de mérite de tous les candidats jugés en état d'être admis; et il l'adressera au ministre de l'intérieur, qui expédiera les lettres d'admission, suivant l'ordre de la liste, et jusqu'à concurrence des places à remplir.

11. Les éleves admis auront le grade de sergent d'artillerie; ils seront tenus de se rendre à l'école polytechnique pour le 1er Brumaire; ils recevront pour leur voyage le traitement de leur grade, marchant sans étape, sur une feuille de route qui leur sera délivrée par le commissaire des guerres de l'arrondissement de leur domicile, à la vue de leur lettre d'admission.

12. L'enseignement donné aux éleves, leurs études et leur tra vail auront pour objet les mathématiques, la géométrie descriptive, la physique générale, la chimie et le dessin.

13. Les éleves augmenteront leurs connaissances de toute l'analyse nécessaire à l'étude de la mécanique; ils feront un cours de mécanique rationelle; ils recevront une instruction étendue, tant orale que graphique, sur la géométrie descriptive pure; enfin ils feront des cours d'application de la géométrie descriptive aux travaux civils, à la fortification, à l'architecture, aux mines, aux élémens des machines, et aux constructions navales.

14. Les éleves feront chaque année un cours de physique générale, un cours de chimie élémentaire, un cours de minéralogie et chimie appliquées aux arts; enfin ils seront exercés aux mauipulations chimiques.

15. L'instruction embrassera tous les genres propres à former la main, l'intelligence et le goût des éleves.

16. Toutes ces études se feront dans l'espace de deux années; leur répartition, l'emploi du tems, les développemens des diverses parties, seront déterminées par un programme fait chaque année par le conseil de perfectionnement.

17. Les éleves porteront un habillement uniforme avec bouton portant ces mots: Ecole polytechnique.

18. Les éleves seront partagés en deux divisions; la premiere, composée des éleves nouvellement admis; la seconde, des éleves anciens.

19. Tous les éleves de la seconde division seront tenus, à la fin de leur cours, de se présenter à l'examen pour celui des services publics auquel ils se seront destinés. Ceux qui s'y refuseraient se relireront de l'école.

20. Ceux des éleves qui n'auront pu être admis dans les services publics, seront tenus de se retirer de l'école après leur troisieme année.

Pourra néanmoins le conseil de l'école leur accorder une quatrieme année, soit pour cause de maladie, soit pour raison du défaut des places dans les services publics, soit enfin en raison du

talent reconnu de ceux qui désireront augmenter leurs connais sances; mais, dans tous les cas, le nombre de ces éleves restans ne pourra excéder vingt.

21. Dans le cas d'inconduite de la part des éleves, ils pourront être renvoyés de l'école par le conseil d'instruction; mais ce conseil devra pour cela être composé de douze membres au moins, et il ne pourra prononcer le renvoi qu'après avoir entendu les éleves et qu'aux deux tiers des voix.

22. Les éleves qui auront quitté l'école pour quelque raison que ce soit, ne pourront y être reçus de nouvean qu'après l'intervalle d'une année, et suivant le mode déterminé pour la premiere admission.

23. Les éleves sortant de l'école, par l'effet des articles précédens, commenceront dès-lors leur premiere année de conscription, s'ils ont vingt ans accomplis.

Le directeur et l'administrateur seront tenus d'en iustruire les administrations locales d'où ressortissent ces éleves.

Les éleves qui, au 12 Prairial dernier, faisaient partie de l'école polytechnique, y seront maintenus pour y continuer leurs études; mais ils seront à la disposition du ministre de la guerre, comme le sont les éleves des ponts et chaussées, d'après les lois des 9 Mars et 16 Septembre 1793.

24. Il sera arrêté par le conseil de perfectionnement, sur la proposition du conseil de l'école, un réglement particulier, tant sur l'uniforme que sur les autres objets de police, et les peines de correction qui seront jugées nécessaires pour maintenir le bon ordre, l'assiduité des éleves, et assurer le bon emploi de leur

tems.

25. Les éleves de la premiere division subiront, à la fin de leurs cours, un examen régulier pour passer dans la deuxieme division. Ceux qui ne seront pas jugées capables d'y être admis pourront rester encore une année, après laquelle ils se retireront de l'école, si, par l'effet de l'examen, ils n'ont pas mérité de passer à la deuxieme division.

26. Les examens du concours pour l'admission dans les écoles de services publics, seront ouverts tous les ans à l'école polytechnique, le 1er Vendémiaire, entre les éleves de la deuxieme division, et ceux qui, étant sortis de l'école l'année précédente, pourront encore se présenter en concurrence pour cette fois seulement.

27. Les examens pour chacune des deux divisions se feront sur toutes les parties de l'enseignement de cette division, conformément aux programmes fournis aux examinateurs par le conseil d'instruction, et arrêtés par le conseil de perfectionnement.

L'examen pour chaque service sera public, et fait en présence d'un officier général ou agent supérieur de ce service, qui sera désigné chaque année par les ministres respectifs.

28. Chaque élevé, ou autre concurrent, subira trois examens; l'un, pour les parties mathématiques; le second, pour la géo

« ÖncekiDevam »