Sayfadaki görseller
PDF
ePub

octo

mées de l'esprit de saint Vincent de Paule, elles les adoptèrent arec la ferveur de la jeunesse, quoique toutes soient âgées et plusieurs infirmes. Le mercredi 9 bre, jour de saint Denis, M. l'abbé d'Astros leur a rendu leur ancien costume religieux, dont leur extrême pauvreté les avoit privées jusqu'à présent; une petite quête a suffi pour leur procurer ces modestes vêtemens. La simplicité de cette cérémonie, le dénuement de la maison et de la petite chapelle avoient quelque chose de bien touchant. Le pieux spectateur, lisant dans l'avevir, voyoit déjà sortir de ce pauvre réduit des apôtres de la foi, qui, en formant des enfans soumis et des mères chrétiennes, rameneront dans nos campagnes les moeurs avec la religiou. La veille on avoit reçu deux poslulantes, décidées à se consacrer à celle bonne oeuvre. L'intérêt qu'elle inspire à tous ceux qui la connoissent, donne lieu d'espérer que bientôt beaucoup de sujets se présenteront. Après deux ans de noviciat, les nouvelles Filles de la Croix seront envoyées, par leur supérieure, pour exercer leur apostolat dans les endroits où elles seront demandées; et quand leur âge ou leurs infirmités exigeront du repos, elles rapporteront dans la maison de Paris les leçons de l'expérience, pour former de nouveaux sujets. L'établissement, qui étoit autrefois culde-sac Guémenée, est maintenant Place-Royale, uo. 24.

- Le 18 octobre, M. l'abbé des Galois de la Tour, nonimé à l'évêché de Moulins, assislé de M. l'abbé de Quélen, vicaire général de la grande aumônerie, a installé les nouveaux aumôniers de la maison royale de Saint-Denis. M. l'abbé de Quélen a prononcé à celle occasion un petit discours, et M. Pabbé Rauzan un autre. L'un et l'autre ont donné des éloges au zèle et aux talens de M. l'abbé Bernet, premier auinônier de la maison, qui leur a répondu avec beaucoup d'à pro

a immédiatement après ouvert une mission dans dablissement. Les Missionnaires, ayant à leur tête M. Pabbé Rauzan, se proposent d'y passer huit jouis,

pes On

3

et on attend les plus heureux effets de leurs exhortations insinuautes et réitérées.

- M. Vinson n'a point paru å l'audience de vendredi, où son affaire a été jugée. Il a seulement fait demander par son frère et par son avocal, d'abord la remise de la cause au mois prochain, ensuite la publicité de l'audience. La cour ayant prononcé négative, ment sur l'un et l'autre point, le défenseur s'est retiré sans vouloir plaider au fond. La cour, après avoir entendu le ministère public, a confirmé le premier jugement. Toutefois la clause qui autorisoii M. le procureur du Roi à s'entendre avec les supérieurs ecclésiastiques, n'est pas reproduite dans l'arrêt.

Lyon. Un de nos vicaires généraux résolut, il y a quelques mois, de dédier à saint Louis la belle chapelle de Bourbon , fondée et dotée dans l'église primatiale, par le cardinal de Bourbon, archevêque de cette ville. C'est la première à droite dans la nef droite, près de la petite sacristie. On la fit réparer en entier dès le mois de juillet dernier; et le jour de la fêle de saint Louis, on y fit une station au retour de la procession générale. Au-dessus de l'autel est un tableau qui représente saint Louis recevant la couronne d'épines. Audessus on a peint à fresque l'écusson de France. A droite du tableau est représenté saint Louis le jeune, évêque de Toulouse, et petit-peveu du saint Roi, et à gauche la B. Isabelle de France, soeur de saint Louis. Au-dessous est la sainle Vierge, sur un médaillon en marbre blanc d'un beau travail, avec cette inscription : Da pacem, serva lilium. En face de l'autel est un tableau de la mort du saint Roi. Pour compléler ces ornemens M. l'abbé Courbon fit dépaver la chapelle pour y pratiquer une mosaïque. On y travailloit, le 27 septembre, lorsqu'on a découvert un caveau renfermant le cercueil du cardinal Charles de Bourbon, nommé à l'archevêché de Lyon en 1446, et mort en 1488. Ce cercneil est en chêne et recouvert en plomb. Il étoit supporté par denx

[ocr errors]
[ocr errors]

traverses en fer, à deux pieds d'étévalion au-dessus du Bul. Au pied du cercueil est l'écusson du cardinal avec les trois fleur's de lis, et sur le cercueil une plaque en cuivre, où on lit, en caractères romaius, l'inscription suivante, en sept ligues :

Carolus cardinalis, ex Borboniorum ducum
regia fanuilia, sanctitatis et munificentiæ
exemplum, pontifex Lugdunensis, sunimo sui
desiderio omnibus mortalibus relicto, corporis
ergastulum dimisil in terris anno ab exor.
ta sakule M. CCCC. LXXXVIII primo idus sept.
heu!
quo

lumine orbis orbalus esi! On n'a pas découvert sans un sentiment de respect ce tombeau d'un prince de l'Eglise, et d'un membre de la famille de nos Rois. Ce monument antique a échappé aux dévaslations des protestans, et à celles des révolutionnaires, qui ont tant de fois violé l'asile des morts. Le plomb se détacboil du cercueil en plusieurs endroils, et laissoit à découvert le bois, qui est humide et tendre. On dit que l'on a pu apercevoir, à travers les jointures, des portions encore existantes de vêtemens pontificaux. Il a été rendu compte à S. Al. de cette découverte, plus intéressante encore dans la circoustance actuelle.

MAYENCE. M. l'évêque de Mayence, ayant été, ces jours derniers, á Darmstadt, pour faire sa cour à S. A. R. le grand-duc de Hesse, votre nouveau souverain, en Sut accueilli de la inanière la plus distinguée. Entr’auTres témoignages de bienveillance, qui honorent autant le souverain que l'évêque, son altesse daigna elle-même revêtir Mər. l’évêque de l'ordre du Mérile, dont elle le homma grand'-croix, en lui disant obligeamment: Monseigneur, le bien que vous avez fail dans votre diocèse m'appartient aujourd'hui en grande partie; c'est à moi à le récompenser. Eu honorant le chef du clergé catholique daus nos contrées, ce priuce a rempli de joie tous les amis de la religion, el nous donne les plus consolantes espérances.

NOUVELLES POLITIQUES. PARIS. M. le marquis de Marialva , ambassadeur de Porlugal, auprès de S. M., a pris congé d'elle avant de se rendre à Vienne en mission extraordinaire, 'S. Exc. reviendra ensuite à Paris.

S. M. a reçu l'amiral anglois, sir Georges Cockburn, qui a été présenté par l'ambassadeur d'Angleterre. On pense que l'amiral venoit entretenir le Roi de sa mission à SainteHélène. M. le maréchal duc de Raguse, qui n

n'avoit

pas encore prêté son serment, l'a fait hier entre les mains du Roi, et a reçu de S. M. un nouveau bâton de maréchal..

S. M. a rendu deux ordonnances en faveur des gardes nationales de la Côte-d'Or et du Bas-Rhin. Elles auront aussi une décoration ei des drapeaux..

-S. A. R. M. le duc de Kent a pris, le 18, congé Roi et des Princes. Il avoit en dernier lieu visité l'HôtelDieu et les Invalides. Il se rend au quartier-général de l'armée angloise.

D'après les intentions de MADAME, duchesse d'Angoulème, M. le ministre de l'intérieur a fait rémellre 1250 fr. i la Société de la Charité maternelle du Mans.

- M. de Montlivault, préfet de l'Isère, passe à la préfecture du Calvados, el M. de Berthier, préfet du Calvados, est nommé préfet de l'Isère. C'est

par erreur que M. Gravier avoit été annoncé d'abord comme député des Basses-Alpes. Ce député n'a pas l'âge requis par la Charle et par l'ordonnance du 5 septembre. Les voix se sont partagées, dans le collége électoral, entre M. Arnaud de Puymoisson et M. le baron de Vitrolles. Une vingtaine d'élecleurs s'étant retirés au second tour de scrutin, on renit au lendemain a continuer les opérations. Mais le lendemain le concierge de la préfecture annonça que la boîte qui contepoit les voles avoit été soustraite à la suite d'une escalade avec effraction d'une des croisées de la salle des séances. On dit que

l'on va instruire contre les auteurs de cet acte. - M. de Thiard, détenu à l'Abbaye, a été mis en liberté.

M. Chauvin de Bois-Savary, membre des deux dernières chambres, et président du collége électoral des Deux-Sèvres,

[ocr errors]

n'est pas mort, ainsi qu'on l'avoit annoncé, et il a écrit luimême pour

rectifier celte erreur. On a saisi au domicile du sieur Chaput, ci-devant officier des fédérés, et qui étoit encore major de la 5°. légion de la garde nationale, une caisse renfermant des cocardes tricolor, des aigles pour les retroussis d'habits et des galons tricolor. Tous ces objets ont été brûlés hier dans la cour de la mairie du 5o. arrondissement. Le sieur Chapat a ensuite été cassé de son grade.

- M. le marquis de Noailles, propriétaire de Maintenon, a fait remise à l'Etat de gooo francs, montant de sa taxe dans l'emprunt de 100 millions

- Charles Monnier, ex-adjudant du génie, condamné à mort pour un projet de s'emparer du château de Vincennes, devoii être exécuté le 21. Il a été amené le malin de Bicêire à la Conciergerie. On lui a appris le rejet de son pourvoi. Le condamné s'est ensuite entretenu assez long-temps avec un prêtre. Au sortir de l'entretien, il a demandé à faire des révélations. M. Dupaly, un des conseillers, est allé les recevoir. A six heures, un ordre de M. le chancelier a fait surseoir à l'exécution.

- Le sieur Thierry, ex-inspecteur du palais de Versailles, avoit été condamné aux travaux forcés à perpétuité par un jugement du conseil de guerre, qui fut depuis annullé pour incompétence et vice de forme. Il fut absous par le juri sur l'accusation de s'être emparé, par violence, le 20 mars 1815, du cheval et des armes d'un militaire de la maison du Roi. Mais il a été traduit devant la police correctionnelle pour le second chef d'accusation relatif au vol et au pillage de la caisse du régiment des grenadiers royaux, qui eurent lieu à Béthune le 25 mars. Les débats ont fait connoiure que Thierry, profitant du trouble et de la consternation qui régnoient alors, fil le partage de la caisse entre les soldats, el s'en appropria une partie. Il a été déclaré coupable de vol; mais en considération de sa longue détention, il n'a été condamné qu'à quinze mois d'emprisonnem211.

Dans l'affaire du sieur Bernard, dont n'avons donné

que le résultat dan's notre dernier numéro, M. Corflans, avocal de l'accusé, a cherché à l'excuser. d'après lrs craintes qui affectoient alors beaucoup de personnes, et a voulu prouver que Wolf avoit lui-même exagéré ces craintes.

[ocr errors]
« ÖncekiDevam »