Sayfadaki görseller
PDF
ePub

Il a allegué aussi que les bruits semés par Bernard n'avoient pas eu de publicité. Après la réponse de M. Valimesnil, avocat du Roi, le tribunal a prononcé que les lettres de Bernard et les nouvelles qu'il répandoit étoient de nature à alarmer les citoyens et à ébranler leur fidélité. Cependant il a regardé comme des circonstances atténuantes que Bernard n'a point correspondu avec Wolf depuis le 9 mars dernier; que depuis celte époque il paroit avoir cessé de répandre de fausses nouvelles. Il a eu égard aussi à la détention de quatre mois déjà subis par l'accusé. En conséquence, est intervenu le jugement tel que nous l'avons rapporté.

= Le 19 octobre, le premier conseil de guerre a instruit le procès du lieutenant-général de Grouchy. Mme. de Gronchy, ses deux fils et Mme. de Condorcet, sa soeur, assistoient à Vaudience, M. de Pons, un des membres du conseil, a déclaré qu'étant allié de la famille, il avoit demandé à être dispensé de siéger au conseil; mais que, comme il n'éloit point parent au degré prohibé, il avoit reçu l'ordre de siéger. M. Delon, rapporteur; a fait lecture des pièces, qui consistent en lettres, proclamations et interrogatoires relatifs ir la conduite de l'accusé dans le midi contre M8r. le duc d'Angoulême. Une déposition de M. de Damas, aide-decamp du Prince, porte que le général Grouchy auroit fait fusiller le Prince s'il en avoit recu l'ordre; mais qu'il ne se dissimuloit pas à lui-même ce que sa conduite avoit d'odieux, et qu'il étoit en proie aux remords. La lecture des pièces fioie, le colonel de Grouchy, fils de l'accusé, a demandé à parler, et présenté un moyen de récusation fondé sur ce que son père étoit colonel-général des chasseurs et grandofficier de l'empire, et par conséquent justiciable de la cour des Pairs, qui a remplacé la haute cour impériale. Il a retracé sommairement les faits d'armes de son père, et l'a présenté comme protecteur des émigrés, et ayant obienu la radiation de plusieurs. Sa conduite, dans le midi, l'année dernière, n'a eu d'autre but, dit-il, que d'empêcher la guerre civile. On a la ensuite une consuliation de quatre avocats; qui estiment qu'un conseil de guerre est incompétent dans cette cause. Le conseil, après avoir délibéré, a prononcé son incompétence.

- D'après des informations parvenues au ministère de l'intérieur, l'étal de la récolle de 1816 présente les résultats sui

vans : Dans 74 départemens, 46 ont fait une bonne récolte, et 27 une moyenne, Dans un seul les esperances ont été loulà-fait déçues. Les, récoltes de 20 de ces départemens sont reconnues supérieures à celles de 1814, qui ou été fort abon-, dantes; celles de 21 antres sont considérées comme égales. Malgré les contrariétés sans exemple de la saison, on peut assurer qu'en général on a recueilli en France plus de grains qu'en 1815, la consommation des nouveaux grains cominençaat celle année beaucoup plus tard que les années ordinai

il

y aura, suivant loutes les apparences, un excédent dans les ressources qui esistent. Il est vrai qu'une partie des blés 'a été altérée par l'humidité; mais elle n'a pas perdu pour cela sa qualité nutritive, et moyennant des précautions qne l'intérêt particulier recommande, et que l'expérience indique; il n'est pas douleur que l'on en lire encore parti.

res,

Quelques journaux ont inséré, ces jours derniers, sur la mort de la Reine Marie-Antoinelle d'Autriche, des détails. qu'on donnoit comme nouveaux et inconnus, et qui cependant n'apprennent pas grand'chose. On savoit déjà que celle Princesse étoit morte avec un courage qu'elle puisoit dans son caractère, et cncore plus dans les sentimens de religion qui l'animoient. On savoit aussi que ses barbares ennemis avoient pris plaisir à l'accabler, à ses derniers mqmeas, de toutes les humiliations et de lous les outrages. Une seule circonstance nous a paru devoir être citée ici. L'article dit qu’un curé de Paris obtint de pénélrer dans la prison pour offrir son ministère à la Reine, qu'elle en parut surprise, et qu'elle répondit poliment à cet ecclésiastique qu'elle avoit coutume de s'adresser à un prêtre qui avoit depuis long-temps sa confiance. Le curé l'ayani néannoins suppliée de permettre qu'il l'accompagnât, elle y consentit. Mais ou pe voit point qu'il lui ait même adressé quelque exhortation; ce qui se rapporle très-bien avec le passage de la dernière lettre de la Princesse,

où elle déclare formellement qu'elle ne veut avoir rien de commun avec le prêtre qu'elle prévoyoit qu'on lui eorerroit. Ces circonstances n'ont pas besoin d'explication pour la majorité des lecteurs. On sait bien que ce n'est point par indif. érence que la Reine refusoit le secouis de cet ecclésiastique. Sa lettre alieste sa foi et sa résignation. Il est clair que son refus venoit de ce que ce prêtre étoil on constitutionuel, el il y alien de croire

que

c'est le mêine qui a fait insérer le dernier article dans les journaux, quoique le rôle qu'il y joue ne soit pas très-flatteur. On savoit d'ailleurs que, dans la charret e falale, la Reine paroissoit ne vouloir pas écouter ses discours, el détournoit la tèle. Nous croyons qu'il eut élé à propos, dans plusieurs endroits, que les curés, en faisant lecture en chaire de la lettre de la Princesse, expliquassent à leurs paroissiens les motifs de celle couduite. Il seroit possible que, surtout dans les campagnes, beaucoup de gens l'interprétassent mal, et ne susseni pas que la Reine avoit été confessée plusieurs fois dans sa prison, 'et que c'étoit par un motif de religion qu'elle ne voulat pas user du ministère d'un prêtre attaché à la constitution civile du clergé. Une demoiselle pieuse, Mh. Fouché, étoit parvenue à pénétrer dans sa prison, ei y introduisit M. l'abbé Maignen, qui confessa et communia la Reine. L'un et l'autre vivent encore, rendu témoignage des sentimens de foi et de piété de l'infortunee Princesse.

et ont

Notice sur le collége de Juilly; par Jean-Félicissime Adry,

de l'Oratoire, ancien élève de cette académie. Nouvelle édition (1).

La congrégation de l'Oratoire, une des plus utiles institutions qu'aient vu naitre l'église de France dans le 17e siècle, se recommanda long-temps par les services qu'elle rendit à la religion et aux lettres. Etablie par le cardinal de Bérulle, dirigée, après lui, par de digoes héritiers de ses talens et de sa piété, elle compla dans son sein un grand nombre d'écrivains distingués dans tous les genres, fit éclore des ouvrages utiles, et donna au clergé d'escellens évèques, à la chaire des orateurs célèbres, à la jeunesse des mais tres babiles et zélés. C'est surtout sous ce dernier rapport que l'Oratoire inérite d'être cité. Oo y dirigeoit plusieurs maisons d'éducation, où la discipline et l'enseignement éloient également soignés, et où, en instruisant les jeunes gens, on s'allachoit surtout à leur inculquer les principes de reli

(1) Brochure in-80.; prix, 1 fr. 50 cent. et franc de port, 1 fr. 8o cent. A Paris, chez Delalain, stau Bureau du Journal.

gion, les bonnes mours, et l'amour des devoirs de leur état. Parmi ces maisons, on distinguoit celle de Juilly, ancieune abbaye, située dans le diocèse de Meaux, à peu de distance de la capitale. Le choix des maîtres et le nombre des élèves en faisoient un des établissemens les plus imporlans de l’Oratoire, et on y envoyoit avec confiance, des provinces les plus éloignées, les enfans de toutes les classes. C'est en l'honneur de cette maison que M. Adry a rédigé la notice que nous annonçons. Elève lui-même de cette ancienne instiiution, et plein d'attachemeni pour l'Oratoire, il se plait à louer à la fois l'une et l'autre. Disciple reconnoissant, il se rappelle avec intérêt les maîtres qui formèrent sa jeunesse , et les liens témoins de ses premiers jeux et de ses premiers travaux. On reconnoit, dans son écrit, le vieillard instruit, dont la mémoire est fournie d'anecdotes, l'amaleur curieux des moindres faits, le bibliophile qui sait, à point nommé, tout ce que les auteurs ont dit sur tel ou tel sujet. Mais on y reconpoit principalement sa tendre affection pour le corps dont il étoit membre, et dont l'histoire lui paroît être très-familière. Uo el sentiment est trop louable pour que nous en blâmions l'expression, et la congrégation de l'Oratoire a eu d'ailleurs trop de droits à l'estime des gens de bien pour que nous soyons teviés d'alténuer le souvenir de ses services. Il est permis de parler avec quelque complaisance d'une société qui a compté dans son sein les Morin, les Lecointe, les Lelong, les Thoinassin, les Lami, les Mallebranche, les Massillon, les Houbigant. Ses premiers temps ont été plus brillans que les derniers. Mais c'est le sort de beaucoup d'autres institutions, et quelques nuages qui succèdent à un jour serein ne doivent poiut en faire oublier l'éclat.

AVIS. Ceux de nos souscripteurs dont l'abonnement expirera au 12 novembre prochain , sont priés de le renouveler sans délai, afin de ne point éprouver de retard dans l'envoi du Journal.

Les abonnemens ne peuvent étre reçus que des 12 aout, 12 novembre, 12 février et 12 mai,

Le prix de l'abonnement est de 28 fr. pour l'année, 15 fr. pour sis mois, ti 8 fr. pour trois mois.

On est prié de joindre à toutes les réclamations, changement d'adresse et réabonnemens, la dernière adresse iniprinée que l'on reçoit avec le Journal. Cela évite des recherches et cnipêche des erreurs.

Las lettres non affranchies restent au rebut.

[merged small][ocr errors]

La sainte Bible, vengée des attaques de l'incrédulité,

et justifiée de tout reproche de contradiction avec la raison, avec les monumens de l'histoire, des sciences et des arts; par M. l'abbé Duclot, ancien archiprêtre, et curé du diocèse de Genève (1).

SECOND ARTICLE.

De tous les écrivains qui se sont permis de censurer et de combattre vos livres saints, aucun n'a montré plus d'ardeur et de malignité que Voltaire, qui a consacré à cet objet la plus grande partie de ses écrits appelés philosophiques, et qui a consumé sa vieillesse en critiques, en objections, en facéries dirigées persévéramment contre la Bible et contre les faits qu'elle rapporte. Il faudroit assurément une grande bonté d'ame pour se persuader que l'amour de la vérité avoit dirigé la plume de l'auteur dans cette intarissable fém condité. Un philosophe qui eût voulu discuter de bonne foi, n'eût pas proposé ses difficultés avec le lon amner de la satire, ou n'eût pas cherché à faire rire ses lecteurs par des plaisanteries, par des quolibets, par les touroures les plus ridicules. Ainsi, pour nous borner à quelques exemples, Voltaire, dans sa Bible expliquée, débute aiosi : Du commencement les dieux fit le ciel et la terre; or, la terre étoit Tohu Bohu; et plus bas : Or, la terre n'avoit qu'une lèvre. A chaque

(1) 2 vol. in-80.; prix, 10 fr. A Lyon, chez Bettend. Tone IX. L'Ami de la Retigion et du Ror.

Y

« ÖncekiDevam »