Sayfadaki görseller
PDF
ePub

au pied da grand escalier, par les députations des deux change bres, présidées, l'une par M. le chancelier, et l'autre par M. Anglès, père, doyen d'âge. Le Roi, précédé de ces députations et des Princes, tous en habits de pairs, s'est rendu dans une salle particulière, où il s'est arrêté quelques instans, et où il a reçu les hommages des membres des députations. De là, il a passé dans la salle des séances, précédé comme ci-dessus, ei suivi des oliciers de sa maison. Son entrée a excité de nombreux applaudissemens. S. M. ayant pris place sur son trône, 'les Princes ont occupé des plans à droite et à gauche. Les ministres, les grands-officiers de la couronne 'et une députation du conseil d'Etat étoient sar des banquettes au-dessous du trône. Toute l'assemblée étant debout, S. M. a dit : MM. 'les pairs, asseyez-vous. M. le chancelier, après avoir pris les ordres du Roi, a diu: Le Roi permet à MM. de * la chambre des députés de s'asseoir. Un profond silence a - régné dans l'assemblée. Le Roi, assis et couvert , a ôté son chapeau; la remis, et a parlé en ces iermes :

« Messieurs, en ouvrant cette nouvelle session, il m'esi bien doux d'avoir à me féliciler avec vous des bienfaits que la divine Providence a daigné accorder à mon peuple et à moi.

» La tranquillité règne dans le royaume; les dispositions amicales des souverains étrangers, et l'exacte observation des traités, nous garantissent la paix à l'extérieur; et si une entreprise insensée a pu causer un instant d'alarme sur notre calme intérieur, elle n'a servi qu'à mieux faire éclater lattachement de la nation, et la fidélité de mon arınée. .); : Mon bonheur personnel s'est accru par l'union d'un de : mes enfans (car , vous le savez, ceux de mes frères sont les

miens), avec une jeune princesse dont les qualités aimables, · secondant les soins du reste de ma famille, me promettent que ma vieillesse sera heureuse, et qui, je l'espere, donnera à la France de nouveaux

gages de prospérité, en affermissant l'ordre légitime de succession, première base de celle monarchie, et sans laquelle aucun Etat ne peut être stable.

» A ces biens se joignent, il est vrai, des peines, trop : réelles; l'intempérie des saisons a retardé les moissons, mon peuple en souffie, et j'en sonffre plus que lui; mais j'ai la consolation de pouvoir vous dire que ce mal n'est que passager,' et que les récoltes suffiront à la consommation.

» De grandes charges sont malheureusement encore néces. saires ; je ferai mettre sous vos yeux le tableau fidèle des dépenses indispensables, et celui des moyens d'y subvenir. Le premier de tous est l'économie ; j'en ai déjà opéré dans loutes les parties de l'administration, el je travaille sans relâche à en faire de nouvelles. Toujours unis d'intention et de sentimens, ma famille et moi, nous ferons les îmêmes sacrifices que l'année dernière; e pour le reste , je me repose sur votre attachement et sur votre zèle pour le bien de l'Etat et l'honneur du nom françois.

» Je continue plus activement que jamais mes négociations avec le saint Siege, et j'ai la confiance que bientôt leur beur l'euse fin rendra une paix entière à l'église de France. Mais ce n'est pas tout encore, et vous penserez sans doute, ainsi que moi, qu'il faut, non pas rendre au culte divin cette splendeur qne la piété de nos pères lui avoit donnée, cela seroit malheureusement impossible, mais assurer aux ministres de notre sainte religion une aisance indépendante qui les melle en état de marcher sur les traces de celui dont il est dit qu'il fit du bien partout il passa,

» Attachés par notre conduite, comme nous le sommes de coeur aux divins préceptes de la religion, soyons-le aussi à celle Charle, qui, sans toucher au dogme, assure à la foi

de nos peres la prééminence qui lui est dae, et qui, dairs l'ordre civil, garantit à tons une sage liberté, et à chacun Ja' paisible jouissance de ses droits, de son état', de ses biens; je ne souffrirai jamais qu'il soit porté alteinte à cette loi fondamentale; inon ordonnance du 5 septembre le dit assez.

» Enfin, Messieurs, que les haines cessent; que les enfans d'une même patrie, j'ose ajouter d'un même père, soient vraiment un peuple de frères, et que de nos maux passés il ne nons resļe qu'un souvenir ,douloureux, inais ulile. Tel est mon but, et, pour y parvenir, je compte sur votre coopération, niais surtout sur cette franche et cordiale confiance, seule base solide de l'union si nécessaire entre les trois branches de la législature. Comptez aussi de ma part sur les mêmes dispositions, et que mon peuple soit bien assuré de mon inébraulable fermelé pour réprimer les attentats de la malveillance, et pour contenir les écar!s d'un zèle trop ardent».

Ce discours a été suivi des cris de Vive le Roi! MM. les députés ont été ensuite appelés au serment qu'ils ont tous prété individuellement. La formule en est ainsi conçue: Je jure d'être fidèle au Roi, d'obéir à la Charle constitutionnelle et aus lois du royaume, et de me conduire en tout comme il appartient à un loyal député des départemens. MM. les pairs avoient prêté ce serment l'année dernière, et ne l'ont pas répété. N. le chancelier a déclaré la session ouverle, et S. M. esi sortie au milieu des acclamations. On a remarqué que, vers le milieu de son discours, elle avoit semblé hésiter un instant; mais après avoir souri avec grâce, et s'être un peu recueillie, elle a repris son discours avec la même assurauce.

Versailles, 31 octobre 1816. J'ai lu, Monsieur, dans votre Journal, numéro 232, une liste des évêques de France, où je suis porté comme évêque constitutionnel de la Seine-Inférieure, en 1791, et comme ayant donné ma démission l'année suivante. Celte dernière circonstance n'est point exacle. Je donnai ma démission la même année 1791, aussitôt après la session de l'assemblée constituante, et par conséquent bien avant les derniers décreis du saint Siege sur les affaires ecclésiastiques de France. Je n'ai pas résidé à Rouen la valeur de trois semaines. Je désirerois que vous pussiez faire mention dans votre Journal de ces observations qui ne sont pas sans iinportance pour moi, Recevez, Monsieur, l'assurance de tous mes sentimens,

+ Louis, évêque de Versailles.

AVIS. Ceux de nos souscripteurs dont l'abonnement expirera au 12 no'vembre prochain , sont pries de le renouveler sans délai , afin de ne point éprouver de relard dans l'envoi du Journal.

Les abonnemens ne peuvent être reçus que des 12 aoút, 12 novembre, 12 février et 12 mai. Le prix de l'abonnement est de 28 fr. pour l'année, 15 fr. pour sis

pour trois mois. On est prié de joindre à toutes les réclamations, changement d'adresse et réabonnemens, la dernière adresse imprimée que l'on reçoit avec le Journal. Cela évite des recherches et empêche des erreurs. Les beibtres non affranchies restent au rebut.

mois,

et 8 fr.

(Sumcdi 9 novembre 1816.)

(No. 235.)

Oraison Funèbre de Marie-Antoinette-Josephe-Jeanne

de Lorraine, archiduchesse d'Autriche, reine de France; par M. l'abbé de Villefort, ancien vicaire général de Châlons-sur-Marne (1).

Si on a dit avec raison que l'Oraison funèbre la plus éloqnente de la Reine éloil la lettre précieuse qu'on a découverte récemment, et qui nous a révélé les derniers sentimens de cette ame forte, religieuse et sensible, on n'a pas interdit aux écrivains le juste hommage que réclament son caractère et ses malheurs. L'historien la suivra tristement days la plus épouvantable catastrophe; le poète la peindra dans les hore reurs de sa prison; l'orateur sacré retracera dans des pages éloquentes son courage, sa résignation, sa verlu supérieure aux revers. Quels événemens furent jamais plus capables d'éveiller le talent ou de

provoquer

les larmes? C'étoit pour de moindres infortunes que le génie de Bossuet s'avimoit autrefois. La Reine, dont il célébroit la mémoire, avoit vu aussi son époux immolé, son trône détruit, son royaume déchiré; mais le reste de sa famille avoit du moins été épargné, et elle-même avoit échappé aux fureurs de ses fanatiques et barbares ennemis.

Ici, ani contraire, la mesure est comblée. Deux Rois et deux Princesses onl été successivement vic

(1) Brochure in-8°.; prix, 1 fr. 25 c. et i fr. 50 c. franc de port. A Paris, au bureau du Journal.

Tune IX. L'Ami de la lleligion et du Ror. Co

times; el ni le rang et la bonté de l'un, ni l'enfance de l'autre, ni le caractère imposant de celle-ci, ni la piété de celle-là, vi l'innocence et les vertus de ious ne purent les soustraire à nne fiu alroce. Ils

passent du trône à la prison, et de la prison à l'échafaud, et dans cette chule affreuse leur grandeur et leur fermelé éclatent encore davantage. La pureté de leurs sentimens accroît l'horreur que cause leur sort, et l'imagination confondue ne peut songer sans effroi à cet abime de malheurs où tombe tont à coup la famille la plus augaste, el entourée naguère de tant de respects. Quel terrible sujet de méditations! Quelle sanglante preuve de l'instabilité des choses humaines !

Tel est le lugubre tableau que M. l'abbé de Villefort a entrepris de dérouler devant vous. Déjà auteur d'une Oraison fupèbre de Louis XVI, il a voulu aussi payer un tribut d'hommage à une Reine non moins malhenreuse. Il ne s'est pas borné à rappeler ses doulenrs, il a cherché à tirer de ces affreux événemens des teçons frappantes pour tous les hommes, et à faire sentir quelle étoit la source de tant de désordres. Son discours, entremêlé de réflexions et de faits, suit la · Reine dans les différentes époques de sa vie, et re"Trače même quelquefois des détails qui lui sont étrav

gers. Ainsi, l'auteur revient fréquemment sur Marie-Thérèse, mère de la Reine, et ces digressions, à rotre avis, refroidissent l'altention et peut-être même l'intérêt. Du reste, le récit de la révolution et de ses progrès, les moyens et les succès des factieux, les vaivs efforts qu'on leur opposa , les différens degrés d'infortune par où passèrent successivement la Reine et la famille royale, les sentimens généreux qui animoient ces angustes victimes, tout cela se retrouve

« ÖncekiDevam »