Sayfadaki görseller
PDF
ePub

para, pour relourner dans son diocèse, étoit descendu à l'auberge. S. A. R. l'archiduchesse Marie-Béatrix en étant instruire, fit inviter S. Em. à loger dans le palais ducal. Le cardinal eyl un long entretien avec la prin, cesse, qui le retint à dîner, et lui fit l'accueil le plus distingué.

M. Ranghiasci, nouvel évêque de Saint-Severino, a été sacré, à Sainte-Marie Majeure, par le cardinal Gallerati-Scotti, assisté de MM. Guerrieri et Zen. M. Michel-Ange Calnjet , précédemment éla évêque de Pulati, et nommé dans le dernier consistoire à l'évêché de Ripatransone, a été sacré, dans le college de la Propagande, par le cardinal Litia. Ce prélal est un élève de ce college, et s'est élevé par son mérite à l'épiscopat. Son exemple sera sans doute un motif d'émulation pour ceux qui sont aujourd'hui dans ce précieux établissement.

La fête de saint Pierre-aux-Liens a été célébrée , le zer. août, dans l'église de ce nom, qui a été visitée à cette occasion par plusieurs cardinaux el prélats. Le soir, le souverain Pontife s'y est rendu, a reçu la bénédiction du Saint-Sacrement, a vişiié l'aulet des chaines des apôtres, et les a baisées avec dévotion. Le cardinal Arezzo, titulaire de cette église, en fit les honneurs au saint Père.

Le Pape vient d'établir dans ses Etats, par un Motu proprio, daié du 6 juillet , une nouvelle forme d'adminis. tration. Le bat de cette loi est non-seulement l'uniformité des principes pour l’adıninistration de toutes les contrées qui composent l'Etat romain, mais encore une diminution notable dans les charges qui pèsent sur les sujets, et la suppression de toutes les impositions, exemptions, gratifications, et, en général et sans exception, de tous les priviléges pécuniaires d'origine féodale. L'Etat romai est divisé en sept délégations , qui seront administrées chacune par un délégué de S. S.., assisté d'une congrégation composée de quatre personnes, et qui sera

renouvelée tous les cinq ans. Les juridictions des baTons sont supprimées. La majorité est fixée à 21 ans. Les fidéi-comnis sont abolis pour l'avenir. Dans chaque commune, il y aura un conseil de quarante-huit, trenlesix, vingt-quatre ou dix-huit membres, selon la population. Dans chaque commune, il devra y avoir des députés du clergé, qui siégeront au-dessus des laïques. Il est accordé aux propriétaires de fonds territoriaux une diminution de 400,000 écus par an, laquelle sera répartie entre les provinces dans les proportions données par le cadastre. Il sera formé au plus tôt un nouveau cadastre dans tous les Etats pontificaux. Le 31 juillet, le gouvernement provisoire (qui existoit depuis uu an) cessera ses functions. Il sera fait des réglemens particuliers sur la police et sur la force exécutrice. Il sera établi une caisse d'amortissement de la delle publique. Les lois et les réglemens sur l'université des études et sur l'éducation publique , seront faits le plus tôt possible, el en même temps on prendra de nouvelles mesures pour favoriser et encourager, spécialement à Roine, les arts libéraux, et pour exciter l'industrie nationale dans toutes les branches de l'agriculture, des manufactures et du commerce. En même temps que le-susdit Motu proprio, ont été publiés des réglemens sur le systeme hypothécaire, sur l'enregistrement, le papier timbré et le cadastre.

Paris. Il est question d'établir dans les paroisses de la capitale l'adoration perpétuelle du Saint-Sacremeni. Chaque paroisse auroit son tour pour cet acte de piété. On publiera les téglemens de l'association, qui se for mera pour cet objet, et qui a pour but d'honorer JésusChrist" dans le plus auguste de nos mystères, et d'implorer, par des prières continues, sa protection et sa iniséricorde.

M. l'abbé de Bouillé, ancien aumônier de la Reine, vient d'être nommé aumônier de MADANË, en remplacement de M. l'abbé de Grimaldi.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

- On mande des Etals-Unis que S. S. a nominé à l'évêché de Philadelphie, vacant par la mort de Michel Egan, M. Maréchal, directeur du séminaire de-Ballimore. Cet ecclésiastiqne est François, et né dans le diocèse d'Orléans. Attaché depuis long-lernps à une congrégation respeclable, son mérite seul, dans l'éloignement où il se trouve, a attiré sur lui le choix du saint Siege, et ses bulles lui ont été déjà expédiées; mais on dit

que ce modeste et verluens prêtre a écrit à Rome pour prier qu'on fit un autre choix. D'autant plus digne de l'épiscopat qu'il apprécie mieux l'importance de si hautes fonctions, il demande instamment à rester dans un établissement où son zèle et ses lumières le rendent en effet fort utile. On ne sait ce que le saint Siege prononcera sur sa requêle.

BAYEUX. M. l'évêque de celle ville a, par un Man. dement du 12 août, établi dans tout soň diocèse la fêle de saint Louis. Elle sera célébrée sous le rit solennelmajeur. A l'issue de l'office, on chantera le Te Deum, et on donnera la bénédiction du saint Sacrement. Les autorités seront invitées. Le prélat, dans son Mandement, excite ses diocésains à révérer les verlus du saint Roi, à le prier et pour la France et pour ses descendans, et à redoubler d'attachemenl et de respect pour cette race. augusle, si précieuse à la religion, si chère à nos pères, si nécessaire à votre repos.

NANCY. Le 22 mai dernier, mourut ici un homine bien respectable, Pierre Doré, Jésuile, âgé de 83 ans. Il étoit né, en 1735, à Longwe, près. Vouzier, au diocèse de Reims, et jouissoit de l'estime générale qu'il s'étoit conciliée par sa piété et sa douceur. Il éloit entré chez les Jésuiles à l'âge de vingt ans, et professoit la rhétorique à Pont-à-Mousson lors de la suppression. Il.guilla la Lorraine lors de la mort de Stanislas, et se retira er Sicile où il prononça ses derniers voeux. A son retour en France, il exerça les fonctions de directeur des religieuses de la congrégation de Notre-Dame à Saint

Nicolas-de-Port. La révolution vint l'arracher à ce modeste asile, et il fut mis en prison à Nancy où il s'étoit l'etiré. Après la terreur, il se livra de nouveau au ministère. Il dirigeoit la maison mère de la Doctrine Chrétienne de Nancy, qui fournil des maîtresses d’école dans les campagnes. Sa douceur le faisoit aimer, en même temps que la sagesse de ses conseils le rendoit précieux à consulter. On lui doit la traduction des Visites au saint Sacrement, de M. de Liguori,.et du Mois de Marie. Mais il ne parloit jamais de son travail, et ses amis mêmes ignoroient qu'il fut l'aulent de ces traductions. On ne l'a su qu'après sa mort en 'tionvant dans ses papiers la lettre de félicitation que lui écrivit M. de Liguori. Son convoi a été honoré de la présence d'un grand nonıbre de personnes, qui ont voulu lémoiguer par-là leur respect pour la mémoire d'un saint prêts

sistans.

NOUVELLES POLITIQUES. Paris. Le 20 août, S. A. R. MONSIEUR s'est rendu , à une heure, au chantier de Bercy, ou il a assisté au lancement d'un nouveau bâtiment à vapeur. Cette opération s'est faite sans aucun accident. Le curé et le maire du lieu ont reçu le Prince, qui s'est entretenu avec eux et plusieurs des as

- S. M. a accordé 60,000 fr. pour être répartis, dans le département de la Meurthe , entre les habitans qui ont le plus souffert du dernier orage qui a ravagé une partie de l'arrondissement de Château-Salins.

- Mgrs, les ducs d'Angoulêine et de Berry sont partis, le 20, pour Compiègne, d'où ils ne reviendront que samedi.

Pendant le dernier voyage de Ms. le duc d'Angoulême, un des chevaux de sa voiture s'abattit à Matongues, prés Châlons , et le postillon tomba sous le cheval. Le Prince descendit précipitamment, et prit, pendant trois quarts d'heure, les plus grands soins de ce pauvre homme. Il lui a fait reinettre une somme , lui a promis de ne point l'oublier, et ne l'a quitté que quand il l'a vu' monté sur une voiture commode, qui l'a transporté à Châlons. On tient le fait du postillon même, qui est à l'Hôtel-Dieu. Cette bonté et cette attention touchante du - Prince ont rappelé qu'il y a six ou sept ans, un accident pareil arriva a la voiture de Buonaparte passant par. Châlons. Il demanda, d'un ton de voix fort altéré, pourquoi on s'arrêtoit, et quand on lui dit qu'un postillon étoit tombé; qu'on le relève, dit cet homme sensible, et qu'on en mette un autre à sa place. Il repartit en ellet tout de suite, sans daigner s'arrêter un instant.

- Une ordonnance du Roi, remarquable par sa date, le 10 août, porte que tous l'es anciens officiers du régiment des gardes suisses qui servoient au 10 août 1792, et qui n'au. roient pu être placés dans les deux nouveaux réginens, obtiendront le grade au-dessus de celui qu'ils avoient. Leur

solde de retraite sera réglée suivant leur âge, et ceux qui i n'avoient pas la croix de saint Louis la recevront.

- Les plaintes en calomnie sont à la mode. M. Fiquet, ex-conventionnel, est désigné dans le Moniteur comme ayant voté la mort de Louis XVI, quoiqu'il eut opiné pour le bannissement, l'appel au peuple et le sursis. Plusieurs ouvrages ont répété cette erreur, qui se retrouve entr'autres dans la première édition de la Biographie moderne, d'Eymery et de Poulet. Ils l'ont rectifiée dans leur seconde édition; mais M. Fiquet ne les a pas moins attaqués en calomnie, et ils ont été condamnés à 100 fr. d'ainende.

Dominique Lallemand, jeune, ex-maréchal de camp, a été jugé par contumace au second conseil de truction du proces a prouvé qu'il étoit coupable de rebellion et d'attentat à main armée contre le gouvernement, et qu'il avoit essayé d'ébranler la fidélité des troupes à la Fere. Il a été condamné à mort. Son frère aîné, a été aussi mis en jugement, reconnu coupable du même crime, et condamné à la mêine peine.

Le duc de Wellington est arrivé à Paris, et a eu une audience du Roi.

- On a changé la formule du serntent de la Légion d'honneur. L'ancienne contenoit des clauses qui répugnoient à plusieurs personnes; la nouvelle n'offre rien qui puisse blesser les consciences les plus délicates.

- La cour prevôtale de Douai a condamné à la déportation un mendiant, nommé Flament, qui avoit crié dans les rues de Valenciennes : Vive la république.

querre. L'insa

« ÖncekiDevam »