Sayfadaki görseller
PDF
ePub
[ocr errors]

Pazes.
CHAPITRE II. - Second Article de la Déclaration de 1682, sur l'Au-

torité des Conciles Généraux.

1, Décrets du Concile de Constance, Sessions IV et V,

II. Méthode sommaire qu’emploie M. Plowden pour se soustraire à l'au-

torité de ce Concile,

179

III. Objections frivoles contre son OEcuménicité,

180

IV. Elle est formellement reconnue par le Saint-Siége,

18

V. Evasion de l'Anonyme. -Sens du mot Conciliariter,

Ibid

VI. Difficulté de M. Plowden et de l'Anonyme, fondée sur ce que la

Supériorité des Conciles Généraux n'est pas un Article de Foi , 183

VII.

Motifs qui ont porté l'Eglise Gallicane à s'abstenir de prononcer des

Censures,

185

VIII. Elle a justement improuvé les subterfuges qu’on oppose aux Décrets

du Concile de Constance. - Témérité de ses Adversaires ,

IX. Objections prises de l'autorité des Conciles d'Ephèse et de Calcédoine, 187.

Discussion sur le Concile d'Ephèse.

X. Notice de quelques Editions des Actes du Concile d'Ephese, 188

XI.
Argumens de l'Anonyme,

(189

XII. Observations générales ,

190

XIII, Quels furent les Présidens du Concile?

192

XIV. Variantes de la Lettre du Pape S. Célestin au Concile.- Raisons de
préférer le texte de Théodore Pettan,

Ibid

XV. L'Eglise Gallicane reconnoît dans le S. Siége toutes les prérogatives

que lui attribue le Prêtre Philippe , Légat de Saint Célestin,

XVI. Examen plus approfondi du Concile d'Ephèse. - Saint Cyrille chargé

d'exécuter le Jugement du Concile tenu à Rome l'an 430,

XVII. Le Décret de S. Célestin a tous les caractères d'un Jugement rendu

ex Cathedrá

XVIII. Son exécution est suspendue par la seule convocation du Concile

d'Ephèse. - Conséquences qui résultent de ce fait,

XIX. Examen judiciaire des deux Lettres de S. Cyrille et de Nestorius,

l'une formellement approuvée , l'autre condamnée par le Pape, 199

XX. Sommations Canoniques faites à Nestorius. – Nouvel examen de

sa Doctrine. - Jngement du Concile.

XXI.

On ne peut inférer du texte de la condamnation , que les Pères du

Concile fussent simplement exécuteurs de la Sentence du Pape, 203

XXII. Preuves ultérieures d'une délibération judiciaire.- Distinction frap-

pante du Jugement du Pape et de celui du Concile ,

204

Pages.

XXIII. Confirmation des Articles II et IV de la Déclaration de 1682 , par ce

qui s'est passé à Ephèse durant la première Session,

205

XXIV. Seconde et troisième Sessions présidées par S. Cyrille, en présence
des Légats du Pape,

296

XXV. Confirmation des Actes de la première Session par les Légats,

Confirmation judiciaire des Décrets du Pape par le Concile, 207

XXVI.

Sanction donnée aux principes fondamentaux de la Déclaration

de 1682, par la conduite subsequente et les Ecrits de S. Célestin, 208

Discussion sur le Concile de Calcédoine.

XXVII. Argumens de l'Anonyme,

XXVIII. Observations,

XXIX.

Les Légats président au Concile de Calcédoine. — Causes de cette
innovation,

Ibid

XXX. Méprises de l'Anonyme. Discours de Paschasin et de Lucence.

Réponse des Officiers de l'Empereur,

214

XXXI.

Déposition de Dioscore. — Autorité judiciaire exercée par les Pères

du Concile,

216

XXXII. Confusion du récit de l’Anonyme. — Rapprochemens artificieux.-

Les Légats de proclament l'irréformabilité du Jugement Dogma-

tique de S. Léon qu'après l'acceptation du Concile,

218

XXXIII. Sens des paroles : Qui contradicunt, Romam ambulent,

XXXIV. Théodoret déposé par le Conciliabule d'Ephèse, et rétabli par Saint

Léon , ne rentre dans son Siége qu'après avoir subi le Jugement

du Concile de Calcédoine,

XXXV. Lettre Dogmatique de S. Léon à Flavien.- Examen qu'en fait le Con-

cile.- Doutes des Evêques d'Illyrie, de Palestine, etc.—Conduite

des Légats du Pape. — Approbation judiciaire du Concile , 225

XXXVI. Résistance des Evêques d'Egypte. — Les Légats eux-mêmes ne cher-

chent à la vaincre qu'en alléguant l'autorité suprême du Concile, 228

XXXVII. Réflexions sur la dépendance abusive des Evêques d'Egypte par rap-

port à leur Patriarche,

230

XXXVIII. Réponse du Concile et de Marcien à Barsumas et aux Moines Schis-

matiques,

231

XXXIX. Nouvelle preuve de l'examen préalable et judiciaire de la Lettre de

Saint Léon. – Actes du second Concile OEcuménique de Cons-

tantinople,

232

XL: Contradictions de Bellarmin, de Baronius et des autres Uliramon-

233

tains,

Pages.

XLI. Nécessité du consentement de l'Eglise , formellement reconnue par

S. Léon lui-inême,

234

XLII. Conciles des Gaules et de Milan, en 451,

237

XLIII. Objection fondée sur quelques expressions de S. Léon. – Réponse, Ibid

XLIV. La Doctrine de l'Eglise Gallicane s'accorde avec le respect et la

soumission dus au S. Siége à raison de sa Primauté... Conclusion, 239

CHAPITRE III. Troisième Article de la Déclaration de 1682 , sur

l'Autorité des Canons de l'Eglise , etc.
I.

Les éloges donnés par l'Assemblée de 1682 à Innocent XI, ne sont
pas en contradiction avec le troisième Article,

Rii

II. Passage de Saint Bernard. - Exemple des Saints,

242

III. Soumission de l'Eglise Gallicane envers le S. Siége. – Pragmatique

de S. Louis. - Passage de Bossuet,

244

IV.

Circonstances qui justifient la dérogation aux Règles et Coutumes

anciennes. - Le Pape et les Evêques en sont juges,

247

CHAPITRE IV, - Quatrième Article de la Déclaration de 1682, sur

l'Autorité des Jugemens en Matière Doctrinale.

1.

Le quatrième Article et l'ensemble de la Déclaration établissent

clairement la Primauté du Saint-Siege et le principe de l'obéis-

sance qui lui est due par tous les Chrétiens.- Doctrine du Concile

de Trente.- Profession de Foi prescrite par la Bulle de Pie IV, 249

II. L'infaillibilité du Pape n'est pas une conséquence de celle de

Saint Pierre après la descente du Saint-Esprit ,

252

III.

Examen du texte de Saint Mathieu : Tu es Petrus, et super hanc

petram , etc. La promesse de l'infaillibilité ne s'adresse qu'à

l'Eglise,

253

IV. La métaphore de l'édifice et de son fondement ne peut pas raison-

nablement être prise à la rigueur ,

255

V. Textes de S. Jean : Pasce Agnos meos.... Pasce Oves meas, 257

VI.

Textes de S. Luc: Ego rogavi pro te..., Confirma Fratres tuos...

Téinoignages de S. Bonaventure et du Pape Innocent III, Ibid

VII. Autre passage d'Innocent III.- Le Pape Symmaque-Ennodius , 261

VIII. Distinctiou frivole du Pape enseignant comme Docteur particulier

ou comme Pape. - Fait d'Honorius,

262

IX. Evasions du Cardinal Bellarmin,

266

X. Solution fauisse et dangereuse du Cardinal Turrecremata , approuvée

par Bellarmin,

267.

Pages.

XI. Supposition chimérique des Actes du sixième Concile, imaginée par

Bellarmin et soutenue par Honorius,

269

XII. Objection des Ultramontains, prise de l'indéfectibilité du Siege

Apostolique,

270

XIII. Les Ultramontains ne sont pas moins obligés que l'Eglise Gallicane à

résoudre cette objection,

272

XIV. L'indéfectibilité dans la Foi appartient à la Chaire de Pierre, à l'en-

semble de la succession des Papes, et non à chaque Pape pris in-
dividuellement,

2714

XV. Preuve générale tirée de la pratique des Conciles OEcuméniques, Ibid

XVI. Exemple du Pape Vigile,

275

XVII. Réception tardive du cinquième Concile OEcuménique dans l'Oc-

cident et surtout dans les Gaules. — Profession de Foi du Pape

Pélage,

277

XVIII. Saint Colomban, témoin de la Doctrine de l'Eglise d'Occident pen-

dant le sixièine et le septième Siècle,

279

XIX. Les préjugés de S. Colomban sur le cinquième Coucile ne diminuent

pas la force de son témoignage sur la faillibilité des Papes,

282

XX. Concile de Tolède au septième Siècle ,

283

XXI. Obstacles à la réception du septième Concile OEcuménique, quoique

approuvé par les Papes. - Livres Carolins. - Concile de Franc-

fort,

284

XXII. Les monumens du huitième et du neuvièine Siècle prouvent la Pri-

mauté du Pape , et attestent l'opinion qu'on avait de sa failli-

bilité,

285

XXIII. L'histoire des Hérésies offre les mêmes résultats. - Saint Polycrate

d'Ephèse. Le Pape Melchiade. - Témoignage de Saint

Augustin,

287

XXIV. Nestorianisme au sixième Siècle. - Lettre du Pape Hormisdas. –

Jugement du Pape Jean II,

288

XXV. Monothélisme au septième Siècle. - Condamnation d'Elipaud et de

Félix d'Urgel au huitième,

290

XXVI. Condamnation du Pélagianisme. - Doctrine de S. Augustin.- Eva-

sion des Ultramontains,

292

XXVII. Primauté du Saint Siege et faillibilité personnelle des Papes , re-

connue par les Saints Peres,

XXVIII. Controverse de la Rébaptisation. -- Etat de la Question,

XXIX. Objections du Cardinal Bellarmin. - - Répouses,

Pages.

XXX. Conséquences générales et particulières qui naissent de cette contro-

verse,

XXXI. L'exemple de S. Cyprien n'autorise pas chaque Evêque à se rendre

le Juge des Jugemens du Saint-Siège,

303

XXXII. Force résultante du concours de tant de grands et saints personnages

qui ont contredit l'infaillibilité du Pape. — Censure déplacée que

font les Adversaires des plus renommés d'entre eux par leur sainteté, 307

XXXIII. Le langage et la conduite de l'Antiquité sont inexplicables dans le
système des Ultramontains,

309 9

XXXIV. C'est à tort qu'ils disent que l'indéfectibilité du Saint-Siege suppose

nécessairement l'infaillibilité personnelle des Papes,

310

CHAPITRE V. - Objections particulières des Dissertateurs contre le

quatrième Article de la Déclaration de 1682.

1. Critique de l'Anonyme fondée sur une Traduction infidèle du qua-

trième Article, et sur de pures équivoques.- Anecdotcs insigni-

fiantes rapportées par l'Anonyme,

314

II. Réticence frauduleuse dans le récit qu'il fait de l'expulsion du Père
Malagula,

515
III. Réponse à l'argument qu'il tire de l'autorité du Concile de Quedlim-
bourg,

517

IV. Futilité du reproche d'innovation que l'Anonyme fait à l'Assem-

blée de 1682, en s'appuyant sur l'autorité du Docteur Duval, 318

y. Le Clergé de France s'est coustamment opposé à la réception de la

Bulle in Cuena Domini. - Fausse imputation de l'Anonyme.

- Concile de Tours en 1510. - Assemblée de Chartres en 15131. 319

VI, L'Article IV de la Déclaration de 1682 n'est pas en contradiction
avec l'Avis Doctrinal du Clergé de France de 1626,

522

VII. Parallèle de la Doctrine de ces deux Assemblées,

324

VIII.

La prérogative de tracer des Règles certaines dans ce qui intéresse
le salut est commune à tous les Pasteurs,

525
IX.

L'indéfectibilité de la Chaire de Pierre , dont parle l'Assemblée

de 1626, d'exclut pas la failiibilité des Papes pris individuellement, 527

x.

Réflexions de l'Anonyme sur la forme de l'acceptation de la Bulle

Cum occasione, en 1653.- Cing propositions de Jansenius dé-

férées à Innocent X. Trente Evêques assemblés au Louvre

chez le Cardinal Mazarin. Relation publiée par l'Assemblée

de 1655. - Témoignage de Saint Vincent de Paule,

« ÖncekiDevam »