Sayfadaki görseller
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors]

PRÉFACE DE LA DEUXIÈME ÉDITION.

Lorsque l'HISTOIRE PARLEMENTAIRE, dont nous présentons au public une seconde édition, fut commencée, il y a environ douze ans, il n'existait aucun ouvrage du même genre; on ne possédait donc aucun moyen de déterminer à l'avance l'étendue de l'entreprise. La librairie nous offrait, il est vrai, deux publications ayant trait à ce qui s'était passé dans les assemblées révolutionnaires ; mais l'une, celle de Lallemant, qui contenait seulement les plus remarquables discours des orateurs de cette époque, ne disait pas un mot des débats, tandis que l'autre, qui avait pour titre Débats de la Convention, ne comprenait, au contraire, que l'exposé des séances les plus orageuses de cette assemblée célèbre. Dans l'une et dans l'autre, il n'était aucunement question des événements extérieurs au parlement, ni des mouvements de la place publique, ni de ceux de l'opinion, ni de ceux de la presse ; en sorte que le lecteur n'y voyait rien des faits qui eurent une si souveraine influence sur la marche de nos assemblées nationales. Ces publications, incomplètes sous tant de rapports, ne pouvaient donner aucune indication sur l'étendue du travail que j'entreprenais, et, précisément parce qu'elles répondaient parfaitement à la fin que les auteurs s'y étaient proposée, elles ne m'apportaient aucune lumière sur le but que je poursuivais moi-même.

La lecture du Moniteur ne fournissait également que des renseignements insuffisants. Ce journal forme, certainement, le monument le plus considérable de l'histoire moderne; c'est l'ouvrage que l'on doit consulter de préférence : néanmoins il offre de nombreuses inexactitudes et même d'importantes lacunes. Par cela même qu'il fut le journal officiel, ou qu'il eut toujours la prétention de l'ètre, la rédaction en est constamment favorable au pouvoir qui domine ; il résulte de là que

TOME I. .

А

beaucoup de faits, même parmi les plus graves, sont par lui passés sous silence; ainsi, pour n'en citer qu'un seul exemple, c'est en six ou sept lignes qu'il rend compte des massacres de septembre. D'ailleurs, il ne donne pas même une idée de la marche de l'opinion, ni du travail, alors si actif, des sociétés populaires et de la presse. Les agitations de la place publique sont, ou tout à fait omises, ou présentées comme il convient au parti qui triomphe. Les moments de lutte, où les forces opposées sont en présence, et où rien ne dit encore quel sera le côté qui l'emportera; ces moments, où notre juste curiosité recherche avec le plus de soin à connaître les causes des événements, les arguments des partis et leurs projets, sont précisément ceux où le Moniteur se tait et garde le plus prudent, mais aussi le plus obstiné silence. Pour tout dire, en un mot, le Moniteur, aussi bien que la collection de Lallemant, aussi bien que les débats de la Convention, offre de telles lacunes, et des lacunes si évidentes, que ce fut la lecture même de ces documents qui fit naître en moi l'idée de l'Histoire parlementaire et du plan que j'y ai suivi. Comme j'avais éprouvé pour moi-même le désir de trouver un ouvrage qui fit connaitre les motifs déterminants des actes de nos assemblées nationales, en même temps que l'histoire des actes eux-mêmes, je conçus le projet d'un ouvrage destiné à satisfaire le même désir chez les autres. Une autre raison m'inspirait encore. Ce que j'avais lu m'avait appris que presque toutes les histoires de la révolution (un très-petit nombre excepté) avaient été écrites en haine de ce grand acte de réformation sociale; de telle sorte que les préjugés les plus étranges, et souvent les plus faux, avaient cours dans le public aussi bien sur les choses que sur les hommes. Il me paraissait juste et en même temps utile d'affirmer, d'une manière incontestable, le véritable caractère d'un mouvement qui honore la nation française, et, dans ce but, je ne vis pas de meilleur moyen que de mettre le public en position de juger les historiens euxmèmes, en plaçant sous ses yeux les pièces du procès.

Mais mon entreprise était nouvelle. Aussi me trouvai-je conduit sur un terrain complètement inconnu. La preuve m'en fut bientôt acquise. Le plus grand nombre des imprimés du temps, des journaux même, conservés dans les collections publiques, n'avaient pas été ouverts. Les pages n'étaient pas même coupées et les livres n'étaient pas encore marques du timbre des bibliothèques. On comprend sans peine que, placés en présence de cette multitude de pièces, nous fùmes dans l'impossibilité d'en calculer, tout de suite et avec certitude, l'importance relative, d'en déterminer très-exactement la place ainsi que l'usage, et de connaitre enfin combien de volumes seraient nécessaires pour recueillir la substance de tant de matériaux. Aussi l'étendue de la première édition dépassa-t-elle de beaucoup les prévisions les plus exagérées de l'auteur et de l'éditeur; et notre cuvre, qui se composait de quarante volumes, fut par son prix hors de la portée du plus grand nombre.

Néanmoins l'ouvrage s'épuisa rapidement, et l'on a pensé qu'il y avait lieu à en faire une seconde édition. Mais, cette fois, nous ne sommes plus placés vis-à-vis de l'inconnu. Tous les matériaux sont sous nos yeux. Nous pouvons, nous devons même en calculer avec exactitude la valeur, la position et la mesure. En faisant dans ce but, une révision attentive de l'ouvrage tout entier, nous nous sommes assurés de la possibilité de condenser notre euvre tout en la complétant, et d'en diminuer l'étendue en donnant à chaque partie les proportions convenables.

Les travaux des assemblées, dans la révolution, peuvent être divisés en deux parties: l'une composée de tout ce qui est relatif au mouvement politique et révolutionnaire; l'autre qui concerne toutes les questions de législation qui semblent n'avoir aucun rapport immédiat avec ce mouvement, quoique celui-ci en soit le principe. Dans notre première édition, ces deux espèces de travaux étaient mêlés et confondus, de telle sorte qu'il arrivait au lecteur d'être interrompu, au milieu d'une narration ou d'une discussion, par des débats tout à fait étrangers à l'une et à l'autre. Nous ferons disparaitre cet inconvénient en séparant, autant qu'ils peuvent l'ètre, les deux genres de narrations et de travaux.

En outre, dans la première édition, nous nous étions trop souvent bornés à laisser parler le Moniteur ; nous étions ou brefs ou prolixes comme ce journal. Au lieu de procéder aivsi, nous procéderons, comme le font aujourd'hui, dans nos journaux politiques, les rédacteurs des comptes rendus des séances de la Chambre. Nous analyserons ce qui nous paraitra mériter une analyse, en ayant soin cependant de n'altérer en rien ce qui constitue la tradition la plus respectable de nos assemblées, ainsi que la physionomie des

débats. Nous conserverons, avec une égale attention, tous les discours qui ont acquis une juste célébrité. La source où nous puiserons, pour l'histoire des assemblées, sera toujours le Moniteur. Ainsi, toutes les fois que nous ne donnerons point avis du journal où nous prendrons notre compte rendu, on saura que c'est au Moniteur que nous l'empruntons.

Cette deuxième édition, en conservant la valeur de vérité et d'authenticité qui fit le succès de la première, sera donc, je l'espère, supérieure, quant à l'intérêt dramatique, quant à la méthode, quant à la correction et même sous le rapport du nécessaire et du complet. Je ne crains point d'exprimer cette espérance, parce qu'elle ne repose pas seulement sur moi-même. Trois hommes qui, depuis longtemps, me sont unis dans la même amitié et dans les mêmes convictions, ont bien voulu accepter de coopérer avec moi à cette cuvre laborieuse.

M. Jules Bastide s'est chargé de revoir et de parfaire tout ce qui est relatif à l'histoire des cabinets étrangers et des chambres anglaises, pendant la révolution. En outre, il s'occupera de revoir, avec moi, l'histoire du Directoire et m'aidera de ses conseils pour tout le reste.

M. E. S. de Bois-le-Comte, officier supérieur d'état major, s'est chargé, également, de me donner des notes sur ce qui concerne la question militaire, et de plus, de relire toute l'histoire afin de me transmettre ses avis.

Enfin M. Ott et moi nous travaillerons à la révision, à la correction et au remaniement de l'ensemble. Une si honorable collaboration donnera, sans doute, au public comme à moi, l'assurance que le monument que nous allons essayer, pour la seconde fois, d'élever à l'histoire de la révolution, ne sera pas tout à fait indigne de ce grand sujet.

Buchez.

« ÖncekiDevam »