Sayfadaki görseller
PDF
ePub

HISTORIQUE

ET

LITTÉRAIRE.

TOME XXII.

LIÉGE,

CHEZ P. KERSTEN.

1835.

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

253 me Livr.

22me année.

1er Mai 1855.

HISTOIRE ET LITTÉRATURE.

sont pas

JOURNAL HISTORIQUE

DU MOIS DE MARS 1855. 2. Mort de l'empereur de Rus- polonais Jedlinski), et n'hésite pas sie , Nicolas ler. Son fils ainé, à se jeter surles quatre escadrons né le vingt-neuf avril 18!8 et russes qu'il a devant lui. Une mepar conséquent agé d'environ 37 lée furieuse s'engage, pendant ans , lui succède, sous le nom laquelle des troupes de cosaques d'Alexandre II. Voici dans l'ordre et de lanciers accourus au sede leur naissance, les cinq autres cours de leurs camarades prenenfants du Czar défunt: la grande nent les turcs en flanc. Iskinderduchesse Marie, veuve de Maxi- Bey, grièvement blessé à cinq re. milien, duc de Leuchtenberg ; la prises, rallie ses hommes et grande duchesse Olga, mariée au regagne la ville. D'après les rapprince royal de Wurtemberg; le ports russes, il auroit eu une cin. grand duc Constantin ; le grand- quantaine de tués. duc Nicolas et le grand-duc Mi- 9. Les cortès espagnoles adorchel. Ces deux derniers ne

tent la base constitulionnelle mariés. L'empereur relative à la division du corps léAlexandre, la grande - duchesse gislatif en deux chambres. Marie et le grand-duc Constantin 10, Don Carlos , infant d'Esont des enfants; la grande duchesse pagne, meurt à Trieste, agé de 67 Olga , princesse royale de Wur. ans. On connoit les événements temberg, n'en a point.

qui le privèrent de la couronne Le prince Mentschikoff remet à la mort de son frère Ferdinand au général baron d'Osten-Saeken VII, et la guerre civile qui s'en. le commandement des troupes suivit et qui désola longtemps russes en Crimée. Il est douteux l'Espagne ; ils sont contenus dans si cette retraite est volontaire, les premiers volumes de ce jour

D'autre part, le général fran- nal. Don Carlos, alors en France, çais Forey, commandant de la céda, en 1845, ses droits à la coudivision de siége devant Sébasto- ronne, à son fils ainé, l'infant pol, est envoyé à la division d'Oran Charles-Louis - Marie-Ferdinand en Algérie. Il est remplacé par le qui prit le titre de comte de général Pélissier.

Moniémolin. 5. Un corps de cavalerie turque, 12. Conseil de guerre chez le fort de 400 hommes , lanciers et général Canrobert au camp franbachi-bouzougs (cavaliers irrégu- cais devant Sébastopol. Omer-Paliers), tente en plein jour une cha y assiste avec lord Raglan et sortie d'Eupatoria , sous la con- les amiraux Lyons et Bruat. duite du brave Iskinder-Bey (le 15 et 16. Combats très - Vifs en

[ocr errors]

Ire les français et les russes au gage et dure plusieurs heures; on sujet des embuscades de ces der- se bat à coups de fusil, de baionniers devant la tour Malakoff. Ces nettes, etc. Trois fois l'ennemi embuscades sont tour-à-tour est repoussé, sans qu'il se retire. prises et reprises, sans résultat ofin il se porte à droite vers la décisif.

parallèle anglaise, qu'il occupe 18. Traité entre l'Autriche et et qu'il dépasse , et d'où il prend le gouvernement du canton suisse les français à revers. Chassés de du Tessin. Celui-ci, pour indem- là également, les russes se retirent niser les capucins expulsés, leur définitivement, laissant le terrain patra une fois la somme de 115,000 couvert de leurs morts. Leur francs suisses, monnaie d'ar- perte est estimée de 6 à 700 tués gent. Le gouvernement autrichien, et de 1,200 à 1,500 blessés. De leur à celle condition, fera cesser les côté, les français comptent envimesures de représailles, et les ron 200 hommes lués, 373 blessés habitants du Tessin pourront de et 56 hommes disparus. Parmi les nouveau s'établir dans les Etats premiers, se trouve le chef de baimpériaux et y exercer leur in- iaillon du génie Dumas. Les Andustrie comme auparavant. glais ont une soixantaine de lués

20. Appel du Très-Saint-Sy- ou blessés. node siégeant à St.-Pétersbourg, 29. Le Folksling danois vote au peuple russe. On y exhorle les en deuxième et dernière lecture, parents à mener eux-mêmes leurs par 94 voix contre 1, l'acte d'acenfants sur le champ de bataille , cusation dirigé contre les anciens pour la défense de la religion et ministres. de la patrie , et on engage les M. Drouyn-de-Lhuys, ministre .pasteurs à inspirer à leurs trou- des affaires étrangères en France, peaux la conviction que la guerre arrive à Londres pour avoir une actuelle est une gnerre ancienne entrevue avec les membres du du prince des ténèbres, qui rée gouvernement anglais, avant de siste au règne du Christ et qui se rendre aux conférences de agit aujourd'hui dans les en. Vienne, où l'empereur l'a envoyé. fants rebelles (Eph. 22).

Omer-Pacha , dont l'armée à L'escadre anglaise , formant Eupatoria compte maintenant enl'avant-garde de la flotte de la viron 40,000 hommes avec 150 Baltique, met à la voile de Spithead. canons, ayant su par les prisonElle compte 9 navires.

niers

que

l'infanterie russe , 21. L'amiral russe Istomine ployée à la dernière attaque est lué d'un coup de canon dans s'étoit retirée à Simphéropol, a les environs de la tour Malakoff. jugé le moment opportun pour Il commandoit, de ce côté, la étendre sa position. Après avoir flolle de la place.

garni Eupatoria de fortifications 23. A 2 heures du matin , sor- solides, dont un ouvrage avancé tie considérable des russes de sur l'extrême gauche balaye Sébastopol contre les ouvrages maintenant avec ses gros canons français devant la tour Malakoff. tout le champ d'attaque, pousse Deux fortes colonnes, faisant en- ses troupes en avant à environ semble une disaine de mille 2000 mètres, en faisant occuper hommes, attaquent la parallèle et deux villages et en ordonnant que la sapent. Une lutte acharnée s'en

ce vaste camp soit retranché.

em

30. Formation d'un nouveau travaux publics. A l'exception de ministère belge.

MM. Notomb et Greindl, les autres Sont nommés : M. P. De Dec- ministres sont membres de la ker, ministre de l'intérieur; Chambre des Représentants , et M. Ch. vicomte Vilain XIII, mi- par conséquent soumis à une nistre des affaires étrangères; réélection, M. Mercier, ministre des finances; S. A. I. l'archiduchesse MarieM. Alphonse Nothomb , substituí Dorothée, mère de la duchesse de du procureur général près la Cour Brabant, meurt à Pesth, agée de d'Appel de Bruxelles, ministre de 57 ans. Fille du duc de Wurlemla justice; M. le lieutenant-géné- berg, elle étoit veuve depuis le 13 ral Greindl, ministre de la guerre; janvier 1847, de l'archiduc Joseph, M. Aug. Dumon, ministre des Palatin (vice-roi) de Hongrie.

DE LA CONNAISSANCE DE DIEU,

PAR A. GRATRY.

Prêtre de l'Oratoire de l'Immaculée Conception. (Ouvrage couronné par

l'Académie Française), 2me édition. Paris 1854, 2 vol. in-12.

LOGIQUE,

Par le même. Paris 1855, 2 vol. in 8°.

Ce que j'admire le plus dans cette intelligence si riche et si harmonieusement développée , c'est le sens pratique porté dans les plus hautes spéculations. La parole du P. Gratry est toujours pleine et vivante; il trace la voie et il y conduit; il réalise le précepte en même temps qu'il l'indique. Nous le verrons plus tard, dans une étude lumineuse sur la cause de nos erreurs, montrer que la philosophie s'égare quand elle veut être purement spéculative. La vraie méthode, selon lui, est à la fois théorique et pratique ; l'étude de l'ame ne peut être l'étude abstraite de facultés vides, mais la contemplation d'une force vive et agissante. En dehors de la vie morale et religieuse, la philosophie n'a d'autre objet qu'un cadavre ; elle ne saisit que des mots : la grande école socralique fut avant tout une école de morale ; et le grand siècle fut préparé par un mouvement religieux tout positif. Après les saints, les savants, dit le P. Gratry, saint Philippe de Néri, saint Jean de la Croix, sainte Térèse , saint François de Sales, l'école de Condron et d'Olier précédèrent Descartes, Leibnitz, Mallebranche, Bossuet et Fénélon. Ce sont ces vrais mystiques qui ont ramené l'expérience dans les hautes regions de l'âme, qui ont éloigné les esprits des voies orgueilleuses de la science abstraite et stérile; et qui par un chemin tout pratique ont trouvé directement les idées divines, les notions de l'infini qu'ils ont transmises aux hommes de génie qui les ont fécondées. Le P. Gratry lui aussi n'a que du dégoût pour ce que Bossuet appeloit le philosophique pur, la lumière sèche,

« ÖncekiDevam »