Sayfadaki görseller
PDF
ePub

CHAPITRE II.

DU BAPTÊME.

ch. VI. 4:

LE Baptêine est la piscine du Seigneur, l'eau

Voyez le Rituel du d'expiation de toutes les iniquités, le premier 2.e Desetlets du bap sceau de la religion chrétienne et la porte du tème. p. 15, in.6.0 salut. C'est par le Baptême que nous sommes Epit. aus Rom., ensevelis avec J.C., selon l'Apôtre, afin que

de

Conc. de Trente, la même manière qu'il est ressuscité, de même sess. V, du péché oranous vivions d'une vie nouvelle. Dans cette pis- şinel, can. 5. cine salutaire nous avons recu la guérison de

1.re Epitre de St

Pierre, II. 9. l'ancienne maladie que nous avoit communi

Conc. de Trente, quée notre premier père. Ce sceau de la reli- ve session, Décret gion chrétienne qui nous a été imprimé dans le touchant le péché ori

ginel Baptême, est la marque honorable des enfans de Dieu (1); c'est un caractère ineffaçable qui nous distingue de ceux qui n'appartiennent pas à J. C. Nous entrons par cette porte (2) du salut dans l'héritage qu'il nous a acquis par son sang, et nous passons des ténèbres à la véritable lumière qui nous vient du soleil de justice.

(1) « In renatis nihil odit Deus; innoxii ac Deo dilecti effecti sunt, hæredes quidem Dei, cohæredes autem Christi, ità ut nihil prorsus eos ab ingressu cæli remoretur. » Conc. Trid. Decret. de peccat. orig.

(2) «Sacrum baptisma Christianæ religionis et æternæ vitæ Januam , quòd inter alia novæ legis sacramenta a Christo instituta primum tenet locum , cunctis ad salutem necessarium esse ipsa veritas testatur. » Rit. Rom. de sacr. Bapt.

1. Obligation de porter les enfans à l'église

paroissiale pour les baptiser.
Voy. Mgr. Camille
de Neuville, tit. 1.er,

Comme l'église paroissiale possède les fonts part. ire, du baptême. baptismaux dans lesquels nous prenons la nou

Statuts de Mgr. velle naissance en J. C., nous ordonnons que d'Epinac, et du card. de Tournon, ch. 3. tous les enfans y soient portés pour y être bapti

Les statuts de Mgr. sés (1). Défendons à toute sorte de personnes de de St-George, portent la peine d'excom les garder plus de deux jours après lenr naismunication ipso fuc sance sans les présenter au saint Baptême dans de Mgr. de Tencin, l'église paroissiale. comminatoire seule

(1) «In oratorio privato quod domiest, nullatenus bap-
Rituel du diocèse, tismus peragatur; sed qui dignè habebuntur hujus puris-
du lieu où l'on doit
administrer, p. 50, simi luminis ad catholicas ecclesias accedant. » Con. in

trullo, can. 59.
Ordonnance « Ne quis de cætero in aulis vel cameris aut aliis pri-
Mgr. de Tencin vatis domibus, sed duntaxat in ecclesiis in quibus sunt
1756.

ad hoc fontes specialiter deputati aliquos audeat bapti-
zare. » Clementina unica de baptismo in con. gener. Vienn.
an. 1311.

[ocr errors]

ment.

colonnes i et 55.

de

[ocr errors]
[ocr errors]

II. Défense d'ondoyer sans nécessité ; et

ordre d'instruire les fidèles sur la ma

nière de baptiser.
Rituel du diocèse , Les cérémonies prescrites par l'Eglise pour
ibid col. 2.e, et Mgr.
de Tencin , Ordon- l'administration du sacrement de Baptême, sont
nance de 1756. In-
jonction aux curés de si anciennes et si saintement instituées que nous
au prône la présente croyons qu'il n'est pas permis d’en omettre au-

cune ou d'en changer l'ordre sans nécessité.
Voy. les statuts de
Mgr. de St-George: C'est pourquoi nous défendons d'ondoyer dans
ils portent la peine les maisons les enfans qui peuvent être portés
ipso facto, chap. 2, à l'église sans danger de mort(1); et quand on

ordonnance.

P. 26.

suppléera les cérémonies du Baptême, on aura Statuts de Mgr.

d'Epinac, ch. 3, du soin de ne pas supprimer les exorcismes. Nous baptême. enjoignons aux Curés d'apprendre à leurs pa- Stat. synod. card. roissiens la manière de conférer ce Sacrement,

à Turn. cap. III. afin

Rit. du diocèse. Du que

dans les pressans besoins ils puissent Ministre du baptême, baptiser validement (2).

p. 39. Point d'affinité

pour les pères et mères (1) Les statuts de Mgr. de St-George ajoutent ce qui

en cas de nécessité. suit : « Lorsque les enfans ne pourront être portés à l'église à cause du danger de mort, on en avertira au plus tôt le Curé, afin qu'il vienne les baptiser , ce qu'il fera si le danger est certain. Que si le temps presse et qu'on ne puisse pas avoir recours au Curé, on baptisera les enfans.

(2) «Curare debet parochus ut fideles, præsertim obstetrices rectum baptizandi ritum probè teneant et servent. Rit. Rom. p. 15. de ministro.

III. Age et qualités des parrains et

marraines.

Les parrains et marraines étant les cautions Voyez stat. syn.

card. à Turn., cap. des enfans qu'ils présentent au Baptême, doi- de baptismo. vent être d'un âge compétent pour pouvoir ré- Statut et ordonpondre en leur nom (1). Il faut encore qu'ils nance de Mgr. d'Epi

Bac, chap. 3. aient une connoissance suffisante des mystères

Règl. et ord. de de notre religion, afin de suppléer en cas de be- Mgr. Camille de Neu

ville, tit. 1.er, parag. soin, et ainsi qu'ils y sont obligés, à la négli- 2.2 p. 8. gence des parens par rapport à l'instruction

Ordonn. de Mgr.

de Tencin , chrétienne des enfans. C'est pourquoi les Curés

1756. n'admettront point de parrains qui n'aient at

Rituel du diocèse, teint l'âge de quatorze ans, et de marraines des parr. et des marr., au dessous de douze (2). Ils exigeront de plus qu'ils aient fait leur première communion.

année

p. 47 et 48.

Les Ecclésiastiques, les Religienx et les Religieuses ne doivent pas accepter la fonction de parrains et de marraines sans la permission de l'ordinaire (3).

(1) «Hos patrinos, saltem in ætate pubertatis , ac sa cramento confirmationis consignatos esse maximè convenit. » Rit. Rom. p. 19.

(2) « Pueros natu minores quatuordecim annis.... et clericos sacris initiatos ad infantem de baptismo suscipiendum adhiberi non sinet parochus. » Acta Eccl. Mediol. in appendice de Inst, bapt.

(3) «Ne Monachi compatres, nec Monachæ commatres fiant. » Con. de Londres. an. 1102.

Stat, syn. ,

Stat. et ord. de

IV. Personnes exclues de la fonction de

parrains et de marraines. card. à Nous défendons très-expressément aux Curés Turn., p. 13.

de recevoir pour parrains et marraines ceux Mgr. d'Epinac, ch. 3. que les saints Canons en déclarent indignes (1), Rituel du dioc., 47. savoir : 1.° les infidèles, les hérétiques, les

schismatiques, les excommuniés dénoncés, ceux qui sont interdits publiquement de l'entrée de l'Eglise et des Sacremens; 2.° ceux qui exercent la profession de comédien, de farceur, et autres gens infâmes par état ; 3.° tous les pécheurs publics et scandaleux, c'est-à-dire tous ceux dont le crime est si évident qu'on ne peut le céler par aucune tergiversation, ni le couvrir par aucun prétexte de droit (2).

Nota 1. Lorsque les Curés pourront prévoir qu'on doit leur présenter pour parrains et marraines des personnes inadmissibles, ils ne négligeront rien pour détourner les pères et mères de cette intention.

Nota 2.° La difficulté de tracer ici une ligne tranchante entre la notoriété véritable et les bruits publics, d'une part; de l'autre, les suites fâcheuses qui pourroient résulter de l'imprudence et de la précipitation en cette matière délicate ; doivent porter les pasteurs des ames à n'agir en ce cas-là qu'avec beaucoup de réflexion et de maturité, et même à nous consulter lorsqu'ils en auront le temps.

(1) « Sciant parochi ad hoc (patrinorum) munus non esse admittendos infideles aut hæreticos, non publicè excommunicatos aut interdictos, non publicè criminosos, aut infames, nec prætereà qui sanâ mente non sunt, nec qui ignorant rudimenta fidei. » Rit. Rom. de sacr. Bapt. p. 19.

(2) « Adeò notoriè constiterit incidisse, quod factum non possit ullâ tergiversatione celari, nec aliquo suffragio excusari. » Mart. V. Bulla ad vitanda scandala.

ch.

V. Défense de coucher les enfans avec

leurs parens avant l'âge fixé. Pour empêcher la suffocation ou oppression Mgr. de St-George des enfans, nous défendons aux parens ou au- yjoint la peine d'ex: tres personnes de coucher les enfans avec eux courue par le seul fait,

11 des stat. p. 28, dans un même lit jusqu'à l'âge d'im an accom- et enjoint de faire lec

ture aux fidèles de la pli. Enjoignons aux Curés d'en avertir souvent présente ordonnance leurs paroissiens (1).

Le Rit. du diocèse (1) Monendi sunt et protestandi parentes ne tam tenel- recule l'époque juslos secum in uno lecto collocent, ne negligentiâ quâlibet plis; et ne statue au

qu'à deux ans accomproveniente suffocentur vel opprimantur, undè ipsi ho- cune peine. Il. part., micidii rei inveniantur. Decretum part. II. causâ unde- p. 4. cimi. Quæst. 6. canon XX. consuluisti de infantibus.... Stephanus V. Humberto Mogunt. an. 888.

tous les ans.

« ÖncekiDevam »