Sayfadaki görseller
PDF
ePub

touchè le cœur de Sa Majesté. Elle a donc acquiescé avec plaisir au veu manifesté dans votre adresse du 20. de ce mois; et des ordres viennent d'être donnés pour que l'objet de votre mission, et les intérêts du troupeau confié à vos soins, soient efficacement recommandés à toutes les administrations des églises protestantes de ce royaume.

Le roi se flatte que cette mesure augmentera encore les bonnes dispositions des habitants de ce pays envers vos compatriotes, et dont vous devriez, Monsieur, avoir déjà éprouvé les effets.

Mais, en attendant que d'heureux résultats viennent se joindre à ceux que vous avez déjà obtenus, Sa Majesté n'a pas voulu différer de donner une marque de l'intérêt que la situation de vos églises lui inspire, et d'offrir un don sur l'autel de la charité. Elle m'a chargé, Monsieur, de vous transmettre ici en son nom, et en celui de Sa Majesté la Reine, une somme de mille florins, et d'y joindre l'assurance que Leurs Majestés, se trouvent heureuses de l'occasion de montrer aux Vaudois qu'Elles n'ont pas oublié leur ancien attachement pour leur Maison, et combien Elles ont été touchées de la part unanime qu'ils ont prise aux derniers désastres qui ont desolé ce royaume.

En m’acquittant des ordres du Roi, je vous

prie d'agréer l'expression de la considération distinguée, &c.

H. de Mey de STRUFKIRK.

[ocr errors]

ܪܐ

In other states of Europe,-in France, Würtemberg, Darmstadt, Saxony, Hanover, Baden, Switzerland, and Frankfort,—which were visited by another Vaudois deputy, M. P. Appia,-collections authorized by the respective governments have been made; whilst liberal contributions towards the same object have been made in England, where several prelates and noblemen appear on the list of subscribers,

-amongst others, the Earls of Liverpool and Clarendon; the Archbishops of Canterbury, York, and Dublin; the Bishop of London, who has been their strenuous advocate ; the late venerable Bishop of Durham, who bequeathed £500 for the relief of the Vaudois, and many other distinguished individuals.

(3.) Students for the ministry are usually educated at Geneva or Lausanne, and at the latter university four students were allowed 600 francs by the Swiss cantons. The Vaudois having been visited by Gorges Lowther, Esq. in 1820, that gentleman published a pamphlet, en

“ Brief Observations,” &c. and formed a fund for the maintenance of Vaudois students; of which fund the following gentlemen,

titled,

John Scandrett Harford, Esq., Gorges Lowther, Esq., the Rev. Walter Trevelyan, and William Wilberforce, Esq.-became trustees.

(4.) Besides the grammar-school at La Tour, there are fifteen parish-schools in the valleys, and during the winter months smaller schools in the hamlets, which have been long supported by contributions from Holland. It was one of the principal objects of the editor, in visiting Piedmont for the second time in 1823, in company with his friends Wm. Plenderleath, Esq., and Durbin Brice, Esq. to ascertain, by minute investigation, the actual wants of the Vaudois with respect to education. The result of his inquiries throughout the whole of the Vaudois territory was, that the following were desiderata :

1. An addition of fifty francs to the salary of each master in the fifteen schools, and a gift of twenty francs to fifteen boys as ushers;

2. An extension of the term of education in ninety-one winter schools in the hamlets, from three, four, or five, to four, five, 'or six months, according to the exigency of the case in each hamlet ; and the formation of twelve additional winter schools;

3. The establishment of schools for girls, under the care of schoolmistresses, where sewing, knitting, reading, &c. might be taught ;

ܪ

the expense being estimated at about £10 per annum for each village, and £3 for each hamlet or winter school ;

4. Two institutions for the purpose of training schoolmasters and schoolmistresses, and in which some useful branches of industrymanufactures, &c. might be taught.

The proposed improvements met with the concurrence of the Vaudois pastors at the time. Still more recently, the editor has had the satisfaction to find, that on the 17th of July, 1826, the “ Officers of the Table” formed a series of resolutions, which nearly coincide with his views; their statement being as follows:-“ La Table

ayant égard à la délégation, datée 1. Mai de l'année courante, dont elle a chargé M. Pierre Appia, dans le but special et unique de procurer aux Vaudois les moyens de perfectionner l'instruction publique, et principalement sous le rapport de la religion et de la morale, regarde comme une mesure préable et indispensable de le munir de l'instruction suivante. D'abord de mettre sous les yeux des généreux bieufaiteurs des églises Vaudoises la situation dans laquelle se trouve actuellement l'instruction publique dans ces vallées. Il y existe 15 écoles annuelles d'instruction élémentaire dont les régens n'ont que

de 150 à 400 francs d'appointement; 76 écoles de quartier fréquentées seulement pen

dant 3, 4, ou 5 mois de l'année, dont les régens n'ont que 8 à 10 francs par mois d'appointement; une seule école Latine, et aucun établissement pour l'éducation des filles. Or, les régens des écoles élémentaires et de quartier, étant trop mal payés pour qu'on puisse espérer de trouver à ce prix des sujets capables et instruits; l'école Latine n'étant pas suffisante pour la population entière; et l'éducation des filles étant entièrement negligée ; l'ensemble de ce tableau ne peut que profondément affliger toutes les personnes qui s'intéressent au bien-être de ces églises; et il n'y aurait que des secours extraordinaires qui pourraient y apporter remède, eu égard à notre position locale. Voici les principaux objets auxquels il serait desirable de pouvoir affecter les dits secours :

1. A l'établissement d'une école de filles pour chaque église, et si cela était possible aussi à l'organisation d'écoles de filles pour les divers quartiers.

2. A une augmentation d'appointement pour les régens des écoles élémentaires, de sorte qu'on puisse les éléver à la somme annuelle de 600 francs.

3. A l'augmentation des écoles de quartier et · des appointemens de leurs régens.

4. A donner une telle étendue et direction à l'école Latine, qu'elle puisse servir en même tems à la formation des régens et maîtres d'école,

« ÖncekiDevam »