Mémoires historiques sur les missions des ordres religieux et spécialement sur les questions du clergé indigène et des rites malabares

Ön Kapak
P. Brunet, 1862 - 467 sayfa
 

Kullanýcýlar ne diyor? - Eleþtiri yazýn

Her zamanki yerlerde hiçbir eleþtiri bulamadýk.

Diðer baskýlar - Tümünü görüntüle

Sýk kullanýlan terimler ve kelime öbekleri

Popüler pasajlar

Sayfa 139 - Mais il n'est pas toujours donné aux forces humaines d'arriver à ce point, surtout quand l'ouvrier n'a pas eu le temps de mettre la dernière main à son ouvrage.
Sayfa 177 - On a parlé de l'excessive sévérité de ces religieux envers les indigènes ; s'il en eût été ainsi, les Indiens encore aujourd'hui ne s'en souviendraient plus avec tant d'amour. Il n'est pas un vieillard qui ne s'incline à leur nom seul, qui ne rappelle avec une vive émotion ces temps heureux toujours présents à sa pensée, dont la mémoire s'est reproduite de père en fils dans les familles.
Sayfa 392 - Sclavinica lingua canere sive sacrum evangelium vel lectiones divinas novi et veteris testamenti bene translatas et interpretatas legere aut alia horarum officia omnia psallere, quoniam, qui fecit tres linguas principales, Hebream scilicet Grecam et Latinam, ipse creavit et alias omnes ad laudem et gloriam suam.
Sayfa 224 - Néanmoins dans les commencements ces conditions étaient compensées par de précieux avantages, que le Portugal pouvait seul offrir, et sans lesquels la propagation de la foi était alors impossible; elles présentaient d'ailleurs, considérées en elles-mêmes, un principe d'équité et des garanties nécessaires; car le roi...
Sayfa 259 - ... Portugais, c'est d'accepter et de s'approprier eux-mêmes le nom de prangui, — dont les désignaient les Hindous, — et d'avoir même appelé le christianisme la religion des pranguis, comme on le voit dans leur catéchisme : il y est dit que pratiquer la religion chrétienne c'est vivre en prangui. De là est venu dans ce pays le préjugé que le christianisme était exclusivement la religion des pranguis, que le crucifix était leur signe propre. De telles imprudences rendaient à jamais...
Sayfa 77 - France, écrit-il lui-même, étant le plus pieux royaume du monde, me fournirait plusieurs soldats qui aillent à la conquête de tout l'Orient pour l'assujettir à Jésus-Christ, et particulièrement que j'y trouverais des évêques qui fussent nos Pères et nos Maîtres en ces églises.
Sayfa 224 - Portugal. Par conséquent toutes les. missions de l'Inde étaient des missions portugaises; il est vrai qu'on y admettait des sujets des autres nations; mais ces sujets devaient par là même perdre pour ainsi dire leur nationalité, et l'on comprend facilement combien cette circonstance devait diminuer chez les autres peuples le nombre des vocations. Quant aux secours temporels si . nécessaires pour le développement des œuvres apostoliques, il fallait se résoudre à les attendre. presque uniquement...
Sayfa 392 - Nee sanae fidei vel doctrinae aliquid obstat sive missas in eadem Sclavinica lingua canere sive sacrum evangelium vel lectiones divinas novi et veteris testamenti bene translatas et interpretatas legere aut alia horarum officia omnia psallere...
Sayfa 103 - ... apathiques, à petites idées, et conséquemment fort mauvais administrateurs. Ils révoltent quelquefois leurs chrétientés par leurs maladresses. Pendant les dix ans que j'ai passés dans l'Inde, je ne crois pas qu'il se soit écoulé trois mois consécutifs sans voir arriver à Pondichéry des députations de chrétiens, tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, pour engager Mgr d'Halicarnasse, supérieur de notre mission, à se charger d'eux, et à leur envoyer de ses missionnaires.
Sayfa 88 - Nations ensevelies dans l'ombre de la mort, quelle lumière sur vos têtes ! A qui doit-on, mes frères, cette gloire et cette bénédiction de nos jours? A la Compagnie de Jésus, qui, dès sa naissance, ouvrit, par le secours des Portugais, un nouveau chemin à l'évangile dans les Indes.

Kaynakça bilgileri