Sayfadaki görseller
PDF
ePub

tugal. — Ses intérêts opposés à ceux de l'Epagne. – Intervention de l'Angleterre dans les affaires du Portugal. -- Traité de 1703, conclu par Methuen. - Ses conséquences. – Réflexions sur la dépendance des États du second ordre. – Ministère du marquis de Pombal. – Mariage d'une infante d'Espagne avec le prince-régent de Portugal. Guerre simulée de 1801.

NOTE QUATRIÈME. Sur les ordres de Bonaparte comme général et

comme premier Consul.

Pages 355 à 361. Fort intérieur des hommes d'état. Travail personnel de Bonaparte. - Méthode qu'il s'était faite. Force de l'unité de commandement. - Son mépris des obstacles. - Sa vigilance. - Sa mémoire. - Son infatigable application. Multiplicité des ordres qu'il dictait. – Variété des rapports qu'il exigeait

. Surveillance des agens inférieurs. — Missions extraor dinaires.

NOTE CINQUIÈME.
Sur le développement des forces navales britan-

niques.

Pages 362 à 567. Forces des marines de France et d'Angleterre en 1801. - Énorme disproportion. Système de blocus

1

adopté par les Anglais. — Son insuffisance. - Sécurité du commerce britannique troublée par

les armemens partiels. - Inconvéniens des blocus maritimes. - Atteintes portées à la libre navigation des neutres.

Sommes immenses employées par l'Angleterre à l'entretien de sa marine. — Évaluation des dépenses de la France pour le même objet. – Avantages qu'elle peut retirer d'un système défensif,

NOTE SIXIÈME.

Sur la navigation et le commerce des Français

dans la Méditerranée.

durable

Pages 367 à 379. Prospérité des nations commerçantes.

Moins que

celle des peuples agricoles. — Pays septentrionaux de l'Europe. - Importance de leurs pro- , duits. - Fertilité des contrées méridionales. - Navigation de la Méditerranée. - Marche progressive de l'industrie d'orient en occident. — Prééminence maritime échue à l'Angleterre. - Circonstances qui l'ont favorisée. - Efforts de cette puissance pour,

étendre sa domination dans la Méditerranée. Ruine du commerce français dans le Levant. - Expédition du général Bonaparte en Égypte. — Elle éveille la jalousie des Anglais. — Accroissement de leurs établissemens dans la Méditerranée. -- Développement du

commerce des Russes dans ces parages.

Consé quences probables de la destruction de l'empire otto

man.

NOTE SEPTIÈME.

Sur la différence des chunces de la guerre de terre et

de la guerre de mer, et sur l'évaluation comparative des forces navales de la France de 1778 à 1814.

Pages 379 à 391. Résultats décisifs des combats sur mer. - Difficulté des retraites. — Forces du vainqueur accrues par

les pertes du vaincu. — Exemples. - Comparaison des suites d'une bataille sur terre avec celles d'une action navale. Importance des premiers succès dans la guerre maritime. — De la célérité des armemens. Organisation des équipages en temps de paix. - Système anglais tout opposé. - Différence de la nature des ressources dans les deux

pays. évaluer et comparer plusieurs forces navales entre elles. — État de la marine de France en 1778, 1787,

– en 1801, 1814. Rapprochemens et réflexions.

Méthode pour

en

en 1791,

en

NOTE HUITIÈME.

Sur l'époque du dénoúment de la révolution

française.

Pages 391 à 401. Fin de la révolution en 1800. Définition du mot révolution.- Événement politique de 1789.- Fausse opinion sur son origine. Premiers fondemens du gouvernement représentatif. Ses principes étouffés par les excès des factions. - Crimes désavoués par la nation. - Voeu de la majorité. — Tendance générale au retour à l'ordre. Gouvernement consulaire. Fin de l'anarchie. — Conduite politique de Bonaparte. - Son opposition constante au développement de la liberté constitutionnelle.

NOTE NEUVIÈME.

Sur les préliminaires de la paix d'Amiens, consi

dérés par rapport à l'Angleterre.

Pages 401 à 407. Dépenses énormes de la Grande-Bretagne pour soutenir la guerre contre la France. Faibles dédommagemens obtenus par les traités. — Acquisitions de territoire à diverses époques. – Traités d'Utrecht et d'Aix-la-Chapelle.

- Paix de 1763 et de 1783.

Préliminaires de Londres en 1801. - Opinion sur la prospérité de l'Angleterre, et la véritable source de ses richesses. — Sa situation critique au milieu de ses plus brillans succès. — Sage résolution des ministres qui conclurent la paix de 1801. - Conduite habile de M. Pitt dans cette circonstance.

FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES DES NOTES,

« ÖncekiDevam »