Sayfadaki görseller
PDF
ePub

.کر

YORUS

TRAITÉ

DU MINISTÈRE

DES PASTEURS.

FÉNÉLON. II.

DU MINISTÈRE

DES PASTEURS.

CHAPITRE PREMIER.

De l'état et de l'importance de cette question.

>

[ocr errors]

Les docteurs protestans affectent de mépriser, commé une pure chicane, ce que nous disons

pour

montrer qu'ils n'ont aucun ministère légitime parmi eux. «Le

peuple de l'église Romaine, dit du Moulin (1), est

appris à insister sur les formes de l'envoi, et sur la » succession, comme sur la chose la plus nécessaire » de toutes. » Faut-il s'en étonner? c'est ce qui frappe le plus tous les hommes. C'est à ce signe éclatant, et proportionné aux yeux les plus grossiers, que Dieu a voulu attacher la vérité de la doctrine, afin que les simples pussent la reconnoître sans discussion. Supposé, comme nous le prétendons, et comme l'expérience en convaincra toujours les esprits humbles, que les simples ne puissent pas décider parenx-mêmes sur le détail des dogmes, la sagesse divine pouvoit-elle mettre devant leurs yeux rien de plus sûr pour les préserver de tout égarement, qu'une autorité extérieure, qui, tirant son origine des apôtres et de Jésus

(1) De la vocation des Pasteurs, liy.

lo

ch. III.

Christ même, montrât une suite de pasteurs sans interruption? Que les Protestans s'efforcent donc tant qu'il leur plaira de décrier cette question, en l'appelant une question de petits missionnaires (1); qu'ils en évitent même l'examen, comme du Moulin l'a évité dans tout le livre qui paroît destiné à l'éclaircir ; elle touchera toujours les ames droites et attentives. Il faut avouer que toute la réforme du siècle passé est un attentat, si ceux qui l'ont commencée et soutenue ont pris la qualité de pasteurs de Jésus-Christ sans aucune mission véritable.

Ils sont divisés entre eux sur la manière de justifier cette mission. Le synode de Gap a défendu d'alléguer la mission successive et ordinaire des premiers pasteurs. Vous voyez que ce synode n'osoit recourir à une fable qui eût parn alors trop absurde. Les ministres qui ont suivi son esprit soutiennent que le peuple fidèle a usé de son droit naturel, pour former, selon les besoins, de nouveaux ministres. D'autres, s'éloignant de cette maxime, allèguent la mission successive et ordinaire des anciens pasteurs. « Dieu s'est » servi, dit du Moulin, de deux sortes de pasteurs. » Quelques-uns sont venus des vallées de Dauphiné » et de Piémont, et des montagnes de Provence ,..... » et ont dressé des églises, et fait des ordinations de » pasteurs, dont d'autres sont descendus jusqu'à no» tre temps. Les autres sont sortis de l'église Romaine. » De ceux-là la vocation ne peut être contestée, puis-. » qu'ils étoient pasteurs des anciennes églises de ce w royaume (2). » Vous voyez qu'il s'efforce de justifier

(1) Claude, Réponse aux Préjugés.
() De la vocation des Pasteurs, liv. II, 1 traité, ch. 1.

« ÖncekiDevam »