Sayfadaki görseller
PDF
ePub
[ocr errors]

cial et industriel des Pays-Bas autrichiens et d'y maintenir strictement ses droits souverains vis à vis de la République, ce même traité de la Barrière n'avait sa raison d'être que dans la méfiance contre la France. Les Pays-Bas autrichiens et le traité de la Barrière faisaient ,la principale connexion" entre l'Autriche et les Puissances Maritimes, mais précisément parce qu'on avait un intérêt commun de les maintenir contre la France.

Toutefois, lorsque les résultats peu satisfaisants de l'ambassade de Kaunitz à Paris avaient prouvé clairement qu'on ne réussirait pas à détacher la France de la Prusse et que les tentatives de rapprochement n'aboutiraient pas, le besoin d'une entente intime avec les Puissances Maritimes s'accrut de nouveau et l'arrangement des difficultés relatives au traité de la Barrière devint un sujet du premier intérêt. Ce n'est pas seulement Bentinck qui y attribue une importance capitale, les ministres anglais le regardent de la même manière, et déjà en mars 1752 Kaunitz, faisant la critique des mesures proposées par Bartenstein, écrit dans une lettre, qui a un grand intérêt pour l'appréciation de sa politique:

De toutes les matières d'Etat, dont il peut être question, il n'y a point de plus digne de l'attention la plus sérieuse de L.L. M.M. que celle de la Barrière" '). De 1752 à 1755, au moment où ces négociations furent absorbées par celles sur l'assis

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

91 JO

1) Schlitter, Correspondance secrète entre le comte A. W. Kaunitz-Rietberg et le baron Ignaz de Koch (1899); p. 196.

ces.

tance à donner à l'Angleterre contre la France, on s'est efforcé sérieusement de part et d'autre de s'entendre, et on sait qu'au bout du compte ce fut à cause des Pays-Bas autrichiens, que se rompirent les pourparlers entre l'Angleterre et la Cour de Vienne, de sorte que la non-réussite des négociations sur le traité de la Barrière a une part considérable au renversement des allianCes négociations sont assez

inconnues; M. Gachard, dans l'ouvrage nommé ci-dessus, et M. Hubert, dans l'étude intéressante intitulée; Les garnisons de la Barrière dans les Pays-Bas autrichiens, ne parlent que des conférences de Bruxelles, qui pourtant n'ont que très peu d'intérêt, parce que les négociations sérieuses se poursuivirent secrètement de Cour à Cour. On trouve beaucoup de pièces y relatives dans ce tome, dont j'ai cherché à faciliter l'étude par l'indication des documents déjà publiés, de sorte qu'en les consultant on peut suivre tout le cours de cette affaire importante.

On verra combien l'avortement de ces négociations fut fatal à la République et décisif par rapport à sa conduite en 1755. J'appelle l'attention sur les documents de ce tome, relatifs aux délibérations de la Gouvernante et de ses conseillers et aux discussions des Etats de Hollande pendant cette année; grâce aux notes, prises par W. Bentinck, on peut assister à ces discussions, qui, à vrai dire, décidèrent du rôle que devait jouer la République dans le grand conflit qui allait éclater.

[ocr errors]

Ce sont toujours les matériaux, recueillis par M. Groen van Prinsterer, qui forment la base de cette publication; toutefois, de même que dans le tome I, et plus souvent, j'ai remplacé dans ce tome II des pièces du recueil de M. Groen van Prinsterer, qu'on peut déjà lire ailleurs ou qui manquent d'intérêt, par d'autres que j'ai puisées dans les archives de la Gouvernante et dans celles de W. Bentinck.

T:. B.

[ocr errors]

Page. CCXXXVIII. 10 Octobre. Wartensleben au Prince

d'Orange. Les Princes de l'Empire et
les Puissances Maritimes.

18. OOXXXIX. 13 Octobre. Larrey au Prince d'Orange. Nouvelles de la Cour de France.

23. COXL. 3 Octobre (s. v.) Newcastle à W. Bentinck.

Froideur de la Cour de Vienne. Mau-
vaises influences à La Haye.

23. CCXLI. 14 Octobre. Charles Bentinck au Prince

d'Orange. Copie d'une lettre de Newcastle
à Holdernesse relative aux affaires de
Cologne.

25. CCXLII. 17 Octobre. Le greffier Fagel au Prince d'Orange. Affaires de Cologne.

27. OOXLIII. 18 Octobre. W. Bentinck au greffier Fagel.

Méfiance contre W. van Haren, envoyé
à Bruxelles. Affaires de Vienne.

27. OCXLIV. 30 Octobre. Larrey à W. Bentinck (?). Négociations sur le commerce.

29. CCXLV. 30 Octobre. W. Bentinck au Prince

d'Orange. Négociations à Vienne. 30. COXLVI. 30 Octobre. W. Bentinck

Prince d'Orange. Difficultés de sa négociation. 37. COXLVII. Sans date. Memorandum de Mylord Hol

dernesse touchant les deux réponses,
qui lui ont été données par le Prince
en Septembre 1749.

38. OCXLVIII. 5 Novembre. W. Bentinck à Charles Bentinck (Extrait). Cologne. Russie. Saxe.

40. CCXLIX. 10 Novembre. Le Prince d'Orange à W.

Bentinck (Extrait). Le Prince Louis de
Brunsvic.

41. COL. 11 Novembre. Le Prince d'Orange à W. Ben

tinck. Même sujet; conditions pécuniaires. 43. CCLI. 10 Novembre. Le Prince d'Orange à l'Impératrice. Même sujet.

44. CCLII. 11 Novembre. Le Prince d'Orange au

Prince Louis de Brunsvic. Service de
la République.

45. CCLIII. 3 Novembre (8. v.). Newcastle à Holdernesse. La Barrière.

46. COLIV. 3 Novembre (s. v.). Newcastle à Keith. Même sujet.

48.

au

« ÖncekiDevam »