Lettres de M. de Saint-Martin évêque de Caradre, vicaire apostolique du Su-Tchuein [1773-1781], à ses père et mère et à son frère, religieux bénédictin: précédées d'une notice biographique et suivies de notes par l'abbé Labouderie

Ön Kapak
T. Leclerc, 1822 - 393 sayfa
 

Kullanýcýlar ne diyor? - Eleþtiri yazýn

Her zamanki yerlerde hiçbir eleþtiri bulamadýk.

Seçilmiþ sayfalar

Diðer baskýlar - Tümünü görüntüle

Sýk kullanýlan terimler ve kelime öbekleri

Popüler pasajlar

Sayfa 258 - Recherches sur les temps antérieurs à ceux dont parle le Chou-king et sur la Mythologie chinoise par le père Prémare.
Sayfa 343 - PLUSIEURS choses gouvernent les hommes; le climat , la religion , les lois , les maximes du gouvernement, les exemples des choses passées, les mœurs , les manières ; d'où il se forme un esprit général qui en résulte.
Sayfa 321 - Qu'il luy en restoit cela, que, quand il visitoit les villages qui despendoient de luy, on luy dressoit des sentiers au travers des hayes de leurs bois, par où il peust passer bien à l'ayse. » Tout cela ne va pas trop mal : mais quoy ! ils ne portent point de hault de chausses.
Sayfa 321 - ... secondement (ils ont une façon de leur langage telle, qu'ils nomment les hommes moitié les uns des autres) qu'ils avoyent aperçeu qu'il y avoit parmy nous des hommes pleins et gorgez de toutes sortes de commoditez, et que leurs moitiez estoient...
Sayfa 199 - Je vous dis, en vérité, que personne ne quittera , pour moi et pour l'évangile, sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, 30.
Sayfa 51 - Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi , n'est pas digne de moi; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi, n'est pas digne de moi.
Sayfa 344 - Il ne faut pas être fanatique du mérite chinois : la constitution de leur empire est à la vérité la meilleure qui soit au monde ; la seule qui soit toute fondée sur le pouvoir paternel ; la seule dans laquelle un gouverneur de province soit puni quand, en sortant de charge, il n'a pas eu les acclamations du peuple...
Sayfa xl - Tchin-tou, environ dix jours après ma prise. Je fus conduit chez le lieutenant criminel ; il me fit renfermer dans la prison destinée aux mandarins. Le lendemain, je parus devant lui : presque tous les mandarins de la ville étoient assemblés; il me demanda si j'avois quelque degré relatif aux études en mon pays.
Sayfa xxxix - On venait de tous côtés pour me voir: partout on m'interrogeait ; et je prêchais la religion sans que les mandarins conducteurs s'en missent en peine , excepté une fois qu'on me conduisit dans une pagode (ou temple d'idoles), pour reposer. Le peuple accourut en foule , il y vint même un honze de la pagode ; je l'entrepris devant tout le monde.
Sayfa 210 - Pour moi. je me mets fort peu en peine d'être jugé par vous, ou par quelque homme que ce soit ; je n'ose pas même me juger moi-même.

Kaynakça bilgileri