Sayfadaki görseller
PDF
ePub

connus. En effet, par ces articles, nonseulement ou anéantit dans l'exercice de la religion catholique, dans les points les plus graves et les plus importants, la liberté qui avait été assurée verbalement, convenue, et solemaellement promise dans le préambule mème de la convention, comme en étant la base et le fondement; mais encore dans quelques uns de ces articles la doctrine même de l'évangile se trouve attaquée de près. Le résultat de la convention que nous fimes avec le gouvernement de la république Italienne, fut å-peu-près semblable: ces mêmes articles que nous avions pris tant de soins de garantir de toute interprétation arbitraire et équivoque, ayant été précisément interprétés d'une manière absolument arbitraire et la plus ouvertement frauduleuse.

Après avoir vu ainsi violer et dénaturer les conditions de l'une et de l'autre de ces conventions, qui avaient été stipulées en faveur de l'église, et la puissance spirituelle ayant été ainsi soumise à la volonté de la puissance laïque, bien loin quels effets salutaires que nous nous étions promis de ces conventions, eussent été obtenus, nous eûmes au contraire la dou. leur de voir les malheurs et les désastres de l'église de Jésus , Christ s'accroître et s'étendre chaque jour.

Nous ne nous arrêtons pas ici à rappeler et à énumérer, l'un après l'autre, ces maux et ces désastres, ils sont assez publiquement connus et déplorés de tous les gens de bien; nous les avons d'ailleurs suffisament exposés dans deux allocutions consistoriales que nous fimes, l'une le 16 de mars de la même année 1808, et que nous avons cherché à faire connaître pu. bliquement, autant que l'a permis l'état de contrainte dans lequel nous sommes placés. Par ce moyen, le monde saura, et la postérité verra, quels ont été nos sentimens au sujet de ces si nombreux et si grands attentats du gouvernement français sur les objets relatifs à l'Eglise: on reconnaîlra quelle patience et quelle longanimilé il nous a fallu pour nous taire si longtemps ; parce qu'ayant la paix à coeur, et ayant conçu le ferme espoir d'apporter un remède et de mettre une fin à tant de maus, nous avons de jour en jour différé d'élever la voix en public. On verra quelles ont été nos peines et nos sollicilu. des, et combien par nos actions, nos prières, nos vives solli

nous

citations et nos gémissemens, nous nous sommes efforcés, sans relâche de guérir les plaies faites à l'Eglise, et d'empêcher qu'il ne lui fût porté de nouvelles atteintes. Mais c'est en vain que

avons épuisé toutes les ressources de l'humilité, de la modération, et de la douceur avec lesquelles nous nous sommes étudié jusqu'à présent à défendre les droils et les intérêts de l'Eglise, auprès de celui qui s'était associé aux conseils des impies pour la détruire de fond en comble; de celui qui, à ce dessein, avait feint de lui ètre attaché, alin de la trabir plus aisément; et qui avait semblé lui accorder protection, afin de l'opprimer plus sûrement.

On nous avait souvent et long-temps fait concevoir de grandes espérances, surtout lorsque notre voyage en France fut désiré el sollicité. Bientôt on commença à éluder nos demandes et nos prières, par des tergiversations astucieuses, par des 'faux - fuyans et par des réponses ou dilatoires ou perfides; en un mot, il n'en fut tenu aucun compte, parce que le temps approchait de mettre en oeuvre les trames contre ce Saint-Siège et contre l'Eglise de Jésus - Christ; et l'on commença à nous attaquer et à nous accabler de demandes toujours' nouvelles ou exorbitantes, ou captieuses, et dont la nature indiquait suffisamment et abondamment qu'on avait en vue deux objets également funestes et désastreux pour le Saint-Siège et pour l'Eglise; c'est-à-dire, de nous faire trahir hunteusement notre ministère si nous y consentions; ou, si nous nous y refusions, de faire de notre refus un motif pour nous déclarer une guerre ouverle,

Mais, comme notre conscience ne nous permettait pas d'accéder à ces demandes, on fit aussitôt de notre refus un motif de détacher d'une manière hostile des troupes contre cette ville sacrée ; on s'empara du château Saint-Ange; on posa des détachemens dans les rues et dans les places; et même le palais quirinal que nous habitous, fut entouré avec menaces par de nombreuses troupes d'infanterie et de cavalerię et avec du ca

Mais avec l'aide de Dieu, par qui nous pouvons tout, et forts de l'importance de nos devoirs, nous ne nous sommes point laissé intimider, ni ébranler dans notre résolution par cette terreur subite, ni par cet appareil de guerre. Nous avons, paisiblement et avec calme, ainsi que nous le devions, célébré

[ocr errors]

non,

- nous

les cérémonies sacrées et les mystères divins qui convenaient à la solennité de cette très - sainte journée, et nous n'avous omis ni par crainte, ni par oubli, ni par négligence, rien de ce que notre devoir exigeait de nous dans ces conjonclures critiques.

Nous nous rappelions avec Saint-Ambroise (de Basilic, tradend. n. 17) que le saint homme Naboth, propriétaire de sa vigne, sommé de la donner au Roi, parce que celui-ci voulait y faire planter des légumes, avait répondu: Dieu me garde de céder ainsi l'héritage de mes pères. Bien moins ' avons jugé qu'il nous fût permis de céder à autrui un héritage aussi ancien et aussi sacré (nous voulons dire la souveraineté temporelle de ce saint-siége, possédée depuis une si longue suite de siècles par les pontifes Romains nos prédécesseurs, d'après l'ordre évident de la divine Providence), ou de consentir tacitement à ce que qui que ce soit se nåt en possession de cette capitale du monde chrélien; dans laquelle, après avoir renversé et détruit la très-sainte forme de gouvernement, qui a été laissée par Jésus-Christ à sa sainte église, et réglée par les canons sacrés établis par l'esprit divin, on substituerait à sa place un code contraire non-seulement aux canons sacrés, mais même incompatible avec les préceptes de l'Evangile; et qui introduirait, ainsi qu'il a déjà fait, un nouvel ordre de choses, qui tend manifestement à associer et à. confondre toutes les sectes et toutes les superstitions avec l'église catholique.

Naboth défendit sa vigne au prix de son sang (St.- Ambr. ib.). Pouvions-nous, quelque chose qui dût en arriver, ne pas défendre les droits et les possessions de la sainte église romaine que nous nous sommes obligés, sous serment, et ne pas revendiquer la liberté du siége apostolique, qui est tellement liée avec la liberté et les immunités de l'église universelle? Eh! de quelle importance, en effet, n'est pas cette principauté temporelle, et de quelle nécessité n'est - elle pas pour assurer au chef suprême de l'Eglise le libre exercice de la puissance spirituelle que Dieu lui a accordée sur le monde entier ? Si l'on manquait de preuves pour le démontrer, ce qui se passe maintenant ne le prouverait que trop clairement. Quoique nous ne nous soyons jamais complus ni dans les lonneurs, ni dans les

ni dans la puissance de cette principauté souveraine,

revenus,

dont le désir est bien éloigné et de notre caractère et du très saint institut que nous avons embrassé et toujours chéri dès nus plus jeunes ans, nous avons néanmoins senti qu'il était de notre devoir indispensable, à dater dudit jour, 2 février 1808, quelque critique que fût la position où nous nous trouvions, de faire par le canal du Cardinal, notre secrétaire d'Etat, une protestation soleminelle à l'effet de rendre publiques les causes 'de. tribulations auxquelles nous sommes livrés, et notre intention de maintenir dans leur intégrité les droits du saint - siége.

Voyant cependant que les menaces ne leur servaient de rien, les usurpateurs résolurent d'adopter envers nous un autre système: ils tentèrent par un certain genre de persécution plus lent, mais qui n'en était que plus sàcheux et plus cruel, d'é. branler peu-à-peu notre constance qu'ils s'apercevaient n'avoir pu abattre par une ter reur subite. C'est pourquoi depuis le 2 février, dans ce palais où nous avons été détenus comme prisonnier, il s'est à peine écoulé un jour qui n'ait été marqué par quelque insulte au saint - siége, ou par quelque tribulation qui nous ait été infligée.

Tous les soldats qui nous servaient au maintien de l'ordre et de la discipline civile, nous ont été enlevés, et incorporés aux troupes françaises; nos gardes-du-corps, tous hommes choisis et de l'ordre de la noblesse, ont été envoyés à la citadelle de Rome; ils y ont été détenus plusieurs jours, et enfin licenciés et dispersés ; on a mis des gardes aux portes et aux principaux endroits de la ville; on s'est emparé militairement de la poste aux lettres, de toutes les imprimeries, surtout de celle de notre chambre apostolique et de la propagande; on nous a encore enlevé la faculté de faire imprimer l'expression de nos volontés et celle de proclamer nos ordres.

L'admini. stration et la justice publique ont été troublées et arrêtées. Sollicités

par
la fraude, par

la

ruse, par toutes sortes d'artifices à former ce qu'on appelle des gardes nationales, nos sujets sont devenus rebelles envers leur légitime souverain. Les plus audacieux et les plus corrompus d'entre eux, portant la cocarde tricolore française et italienne, et protégés par ce signe de la révolte comme par un bouclier, se sont répandus de tous côtés, tantôt en troupes, tantôt seuls, et se sont portés à tous

les excès contre les ministres de l'église, contre le gouvernes ment, contre tous les gens de bien, soit qu'ils en éusserit Pordre ou la permission tacite. On a cominencé, malgré nos réclamations, à imprimer dans Rome, et à répandre dans le public et dans l'étranger, des journaux, ou comme on dit, des feuilles périodiques, pleines d'injures, de sarcasines, même de calomnies contre la puissance et la dignité pontificale; quelques déclarations de notre part ou signées de notre main ou par notre ministre, et affichées par notre ordre aux lieux accoutumés, en ont été arrachées par les plus vils satellites, mises en pièces et foulées aux pieds, malgré l'indignation et les gémissemens de tous les hommes de bien. Des jeunes gens imprudens et d'autres citoyens ont été invités, élus et inscrits dans des conventicules suspects, proliibés avec la plus grande sévérité par les lois civiles et ecclésiastiques, même sous peine d'excommunication par nos prédécesseurs Clément XII. et Benoit XIV.; plusieurs de nos ministres et officiers, tant de Rome que des provinces, hommes de la plus grande intégrité et fidélité, ont été ou vexés ou jelés en prison, on exilés au loin. On a fait à main armée des recherches de papiers, ainsi que d’écrits de tout genre dans les bureaux des magistrats de l'Etat pontifical, sans. exception, et jusque dans le cabinet de notre premier ministre: trois fois nous -avons remplacé notre premier ministre secrétaire d'Etat; trois fois il a été enlevé de notre propre palais avec violence; enfin la plupart des cardinaux de la sainte - église romaine qui restaient près de nous, comme nos coopérateurs, ont été à main armée, arrachés de notre sein et déportés au loin. ·

Toutes ces choses, et d'autres attentats non moins indignes et audacieux, exécutés au mépris de tout droit divin et humain, sont si connus du public, qu'il est inutile de les retracer et de les énumérer. Et nous n'avons pas négligé, conformément aux devoirs de notre place, de faire de vives représentations sur chacun de ces actes, afin de ne jamais paraître y avoir connivé ou donné notre assentiment. Ainsi déjà dépouillés de presque tout l'éclat de 'notre dignité, et des soutiens de notre autorité, et privés de tous les secours nécessaires pour remplir les fonctions de notre ministère, et surtout partager notre sollicitude entre toutes les églises et, enfin accablés,

« ÖncekiDevam »