Sayfadaki görseller
PDF
ePub

ET

RECUEIL DES BULLES ET BREFS

DE N. S. P. LE PAPE PIE VII,

SUR LES AFFAIRES ACTUELLES DE L'EGLISE

DE FRANCE.

DÉCaBT pour la nouvelle. Circonscription des Arche-

vêchés et Évêchés, Publication du Jubilé, Réduction
des Fêtes.

A PARIS,

CHEZ LENORMANT, IMPRIMEUR-LIBRAIRI,

rue des Prêtres-Saint-Germain-l'Auxerrois.

1

ANX - 1802.

[blocks in formation]

Saxcritas Sua summus Pontifex Pius VII atque primus Consul Gallicæ Reipublicae , in suos respective plenipotentiarios nominarunt,

Sanctitas Sua, Eminentissimum Dominum Her. culem Consalvi ; S. R. E. Cardinalem Diaconum S. Agathæ ad Suburram , suum à Secretis Statûs ; Josephum Spina , Archiepiscopum Corinthi, s. s. Prælatum domesticum ac Pontificio solio assistentem ; et Patrem Caselli, Theologum consultorem S. S., Pariter munitos facultatibus in bonâ et debitâ formâ ;

Primus Consul, cives Josephum Bonaparte, Consiliarium Statûs , Cretet, Consiliarium pariter Statûs , ac Bernier, Doctorem in S. Theologiâ, Parochum S. Laudi Andegavensis , plenis facultatibus manitos

Qui , post sibi mutud tradita respectivæ plenipotentiæ instrumenta , de iis quæ sequuntur convenerunt:

Gubernium Reipublicæ recognoscit Religionem catholicam , apostolicam, romanam , eam esse Religionem, quam longè maxima pars civium Gal. Hicanæ Reipublicæ profitetur.

T

ENTRE

SA SAINTÉTÉ PIE VII,

ET

LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS

Le PREMIER CONSUl de la République Françaises et SA SAINTETÉ le souverain Pontife Pie VII ont nommé pour leurs plénipotentiaires respectifs,

Sa Sainteté, son Eminence monseigneur Hercule CONSALVI, cardinal de la sainte Eglise romaine, diacre de Sainte-Agathe ad Suburram , son secrétaire d'état; Joseph Spina, archevêque de Corinthe, prélat domestique de sa Sainteté, assistant du trône pontifical, et le père Caselli, théologien consultant de sa Sainteté, pareillement munis de pleins pouvoirs en bonne et due forme ;

Le premier Cousul , les citoyens JOSEPH BONAPARTE, conseiller d'état, CRETET, conseiller d'état, et BERNIER, docteur en théologie , curé de SaintLaud d'Angers, munis de pleins pouvoirs ;

Lesquels, après l'échange des pleins - pouvoirs respectifs, ont arrêté la convention suivante:

Le Gouvernement de la République reconnoît que la religion catholique, apostolique et romaine, est la religion de la grande majorité des citoyeus français.

Summus Pontifex pari modo recognoscit eamdem Religionem, niaximam utilitatem , maximumque decus percepisse

et hoc quoque tempore præstolari ex Catholico cultu in Galliâ constituto, nec. non et peculiari ejus professione, quam faciunt Reipublicæ Consules.

Hæc cùm ita sint atque utrinque recognita , ad Religionis bonum internæque tranquillitatis conservationem , ea quæ sequuntur inter ipsos con:

venta sunt :

[ocr errors]
[ocr errors]

ART. I. Relligio catholica, apostolica, romana, liberè in Galliâ exercebitur. Cultus publicus erit, habitâ tamen ratione ordinationum quoad poli. C tiam , quas

, quas Gubernium pro publicâ tranquillitate necessarias existimabit.

II. Ab Apostolica Sede , collatis cum Gallico Gubernio consiliis, novis finibus Galliarum Diceceses circumscribentur.

III. Summus Pontifex titularibus Gallicarum Ecclesiarum Episcopis significabit se ab iis , pro bono pacis et unitatis , omnia sacrificia firmâ fiduciâ expectare, eo non excepto quod ipsas suas episcopales sedes resignent.

Hâc hortatione præmissâ si huic sacrificio quod Ecclesiæ bonum exigit, renuere ipsi vellent ( fieri id autem posse summus Pontifex suo non reputat animo), gubernationibus Gallicarum Ecclesiarum novæ circumscriptionis de novis titularibus providebitur, eo qui sequitur modo.

IV. Consul Primus Gallicanæ Reipublicæ intrà tres menses qui promulgationem Constitutionis Apostolicæ consequentur, Archiepiscopos et Episcopos novæ circumscriptionis Dioecesibus

a ij

Sa Sainteté reconnoit également que-eette même religion a retiré, et attend encore en ce moment, le plus grand bien et le plus grand éclat de l'éta-, blissement du culte catholique en Franke , et de la profession particulière qu'en font les Consulsi de la République.

En conséquence, d'après cette recomoissance mutuelle, tant pour le bien de la religion que pour le maintien de la tranquillité intérieure, ils sont convenus de ce qui suit :

A'RT. I La religion catholique, apostolique et romaine, sera librement exercée en France. Son culte sera public, en se conformant aux réglemens de police que le Gouvernement jugera nécessaires. pour la tranquillité publique.

II, Il sera fait par le Saint-Siège, de concert avec. le Gouvernement, une nouvelle circonscription des diocèses français.

111! MiVTO'O ** III. Sa Sainteté déclarera aux titulaires des évêchés français qu'elle attend d'eux, avec une ferme confiance, pour le bien de la paix et de Pubife, Fonte espèce de sacrifices, même celui de leurs sièges.

D'après cette exhortation só se refusoient à ce sacrifice commandé par le bied de PÉglise "refas néanmoins auquel sa Sainteté ne s'attend pas ), il sera pourva, par de nouveaux titulaires, au gou vernement des évêchés de la circonscription nouvelle, de la manière suivante.

IV. Le premier Consnl de la République dommera, dans les trois mois qui suivront la publication de la bulle de sa Sainteté;aux archevêchés et évêchés de la circonscriptign nouvelle: Sa Sainteté conférera:

« ÖncekiDevam »