Sayfadaki görseller
PDF
ePub
[merged small][merged small][subsumed][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]

AVIS DES ÉDITEURS

[ocr errors]

Le volume que nous offrons au public renferme la collection complète, en latin et en français, des documents pontificaux auxquels se réfère l'Encyclique du 8 décembre 1864, avec son annexe le Syllabus.

Reproduire les textes dans toute leur pureté, était notre premier.devoir; pour l'accomplir, nous avons eu recours aux sources les plus authentiques. A l'exactitude du texte latin joindre la fidélité de la traduction, n'était pas une obligation moins impérieuse ; nous n'avons rien négligé pour donner une version française digne de l'original. La rapidité d'exécution de ce volume, commandée par les circonstances, ne permettant pas d'entreprendre une traduction nouvelle , nous avons choisi de préférence les traductions contemporaines de la publication des originaux; ces traductions, dues à des hommes compétents, nous ont paru avoir reçu du temps une réelle autorité. Quelques pièces, cependant, et ce ne sont pas les moins importantes, n'avaient pas

été traduites ou ne l'avaient été qu'en partie ; nous avons eu recours à l'obligeance de traducteurs initiés à la théologie et au droit canon, ainsi qu'aux secrets de la littérature latine propre à l'Eglise. L'Encyclique, en particulier, et le Syllabus pouvaient se ressentir, dans quelques parties, de l'empressement bien légitime apporté à leur publication ; la traduction en a été révisée avec une scrupuleuse attention.

Pour compléter cette publication nous l'avons fait suivre d'un appendice renfermant diverses pièces, qui dans les circonstances actuelles nous ont paru devoir intéresser particulièrement les lecteurs. Nous citerons parmi ces pièces, l'adresse des Évêques à Pie IX après l'Allocution du 9 juin 1862, le Concordat de 1801, les articles organiques, le mémoire adressé au ministre de France Talleyrand par le cardinal Caprara, au sujet de ces articles, la protestation de Pie VII, enfin les soixante-une propositions déférées aux Siege Apostolique et communiquées en 1862 aux Évêques présents à Rome.

En publiant ce recueil nous avons voulu donner un gage de notre dévouement à une cause qui est celle de tous les chrétiens consciencieux et dociles, et nous serions abondamment récompensés des soins et des frais que ce volume a pu nous coûter, si notre travail contribuait à faire succéder la lumière aux ténèbres amassées par la mauvaise foi ou la précipitation des jugements. Quel ne serait pas notre bonheur d'avoir pu concourir, selon l'étendue de nos forces , au triomphe de la vérité et de l'Eglise qui la défend.

Puisse notre entreprise avoir sa part, si faible qu'elle soit, dans un si grand résultat! Nous aurons du moins accompli le væu le plus cher à notre cæur, celui de donner au SaintSiége, qui depuis plus de soixante ans honore notre nom du iitre de son imprimeur, un nouveau témoignage de notre sincère et Glial dévouement.

DE SON ÉM. LE CARDINAL ANTONELLI

ACCOMPAGNANT
L'ENVOI OFFICIEL DE L'ENCYCLIQUE ET DU SYLLABUS

DU 8 DÉCEMBRE 1864 (1).

« EXCELLENCE RÉVÉRENDISSIME,

« Notre très-saint seigneur Pie IX, Souverain Pontife, profondément préoccupé du salut des âmes et de la saine doctrine, n'a jamais cessé, dès le commencement de son Pontificat, de proscrire et de condamner les principales erreurs et les fausses doctrines surtout de notre très-malheureuse époque, par ses Encycliques, et par ses Allocutions prononcées en consistoire, et par les autres Lettres apostoliques qui ont été publiées. Mais comme il peut arriver que tous les actes pontificaux ne parviennent pas à chacun des Ordinaires, le même Souverain-Pontife a voulu que l'on rédigeât un Syllabus de ces mêmes erreurs destiné à être envoyé à tous les Évêques du monde catholique, afin que ces mêmes Evêques eussent sous les yeux toutes les erreurs et les doctrines pernicieuses qui ont été réprouvées et condamnées par lui.

« Il m'a ensuite ordonné de veiller à ce que ce Syllabus imprimé fût envoyé à Votre Excellence Révérendissime, dans cette occasion et dans ce temps où le méme Souverain Pontife, par suite de sa grande sollicitude pour le salut et le bien de l'Église catholique et de tout le troupeau qui lui a été divinement confié par le Seigneur, a jugé à propos d'écrire une autre Lettre encyclique à tous les Évêques catholiques. Ainsi, exécutant, comme c'est mon devoir, avec tout le zèle et respect qui conviennent, les commandements du même Pontife, je m'empresse d'envoyer à Votre Excellence ce Syllabus avec ces lettres.

« Je saisis avec beaucoup de plaisir cette occasion de vous exprimer les sentiments de mon respect et de mon dévouement pour Votre Excellence, et de me dire de nouveau, tout en vous baisant très-humblement les mains,

« De Votre Excellence Révérendissime, le très - humble et très-dévoué serviteur,

« G., Cardinal ANTONELLI. Rome, le 8 décembre 1864.

a

[ocr errors]

(1) La Lettre de Son Ém. le Secrétaire d'État démontre une fois de plu: que le Syllabus ne peut être séparé de l'Encyclique, comme l'ont avancé certains journaux, et que la volonté du Souverain Pontife est que l'on y adhère avec le même esprit d'obéissance et de soumission.

« ÖncekiDevam »