Sayfadaki görseller
PDF
ePub

LA

FRANCE ET ROME

ÉTUDE HISTORIQUE

XVIIe, XVIIIC ET XIXC SIÈCLES

ROME ET LE CLERGÉ DE FRANCE AU XVIIE SIÈCLE
CONFLITS ENTRE LA FRANCE ET ROME, 1682 ET 1801
L'EUROPE, ROME ET LE CLERGÉ DE FRANCE EN 1874

LES SOLUTIONS

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

28, QUAI DU LOUVRE, 28

1874
Tous droits réservés

[blocks in formation]

MON CHER ABOUT,

A qui mieux qu'à l'auteur de la Question romaine puis-je faire hommage de cette étude historique? N'est-ce pas vous, d'ailleurs, qui m'avez initié à ces jouissances infinies de la pensée et donné ces conseils, grâce auxquels j'ai pu comprendre la nécessité d'un travail incessant? N'est-ce pas sur cette terre regrettée d'Alsace, à Saverne, au Hautbarr, à deux pas de votre chère Schlittenbach, que, pour la première fois, j'ai abordé ces problèmes dont je pressentais la poignante actualité ?

Puissent donc ces pages être assez intéressantes, assez persuasives même, pour ouvrir les yeux à quelques-uns de mes concitoyens et aider à l'heureux dénouement d'une situation devenue plus que delicale !

Votre tout dévoué.

T. JUNG.

Paris, 11 mars 1874.

AVANT-PROPOS

Je respecte infiniment toutes les opinions quelles qu'elles soient, politiques, religieuses ou autres. Formées en effet à ce foyer toujours in-. candescent qu'on appelle le cerveau humain, aussi varié comme structure que les milieux dans lesquels il se développe, elles prennent un caractère de diversité nécessaire et régulière, que nul n'a le droit de renier, puisque ce caractère même est la garantie du libre sentiment qui se traduit chez chacun d'entre nous. Si donc je me permets ici de prendre à partie une de ces opinions, celle de l'ultramontanisme, c'est-à-dire celle de la politique appliquée aux choses de la religion, ce n'est pas que je sois l'adversaire né

« ÖncekiDevam »