Sayfadaki görseller
PDF
ePub

L'archevêché de Lyon et ses suffragants, Mende, Grenoble, Valence et Chambéry;

L'archevêché de Rouen et ses suffragants, Evreux, Séez, Bayeux et Coutauces;

L'archevêché de Tours et s's suffragants, le Mans, Angers, Rennes, Nantes, Quimper, Vannes et Saint-Brienc;

L'archevêché de Bordeaux et ses suffragants, Angoulême, Poitiers et La Rochelle;

L'archevêché de Toulouse et ses suffra gants, Cahors, Agen, Carcassonne, Montpellier et Bayonne;

L'archevêché d'Aix et ses suffragants, Avignon, Digne et Ajaccio;

L'archevêché de Besançon et ses suffragants, Autun, Strasbourg, Dijon, Nancy et Metz:

L'archevêché de Malines et ses suffragants, Tournai, Gand, Namur, Liére, Aix-la-Chapelle, Trèves et Mayence;

Ezlises auxquelles le premier consul de la même République nommera des personnes ecclésiastiques diznes et capables, qui seront approuvées et instituées par nous, et, après nous, par les pontifes romains, nos succes. seurs, suivant les formes depuis longtemps établies, ainsi qu'il est dit dans la convention approuvée en dernier lieu par de semblables lettres apostoliques, scellées en plomb; attendu que les circonstances où nous nous trouvons exigent impérieusement que toutes les églises métropolita nes et épiscopales soient respectivement pourvues, sans aucun délai quelconque, de pasteurs capables de les gouverner utilement; et que d'ailleurs nous ne pouvons pas être instruit assez promptement des nominations que doit faire le premier consul, ni remplir à Rome toutes les for: malités qu'on a coutume d'observer en semblable cas : mû par.de si justes et de si puissants motifs, voulant écarter tous les dangers et faire disparaitre tous les obstacles qui pourraient frustrer et faire évanouir les espérances que nous avons concues d'un aussi grand bien, sans néan. moins déroger en rien pour l'avenir à l'observation de la convention mentionnée, de notre propre mouvement, science certaine et mûre délibération, et par la plénitude de notre puissance apostolique, nous donnons , pour cette fois seulement, à notre cher fils Jean-Baptiste Caprara, prêtrecardinal de la S. E. R., notre lézat á lalrre, et celui du Saini-siége aposto!ique auprès de notre fils Napoléon Bonaparte, premier consul de la Répubique française, et près du peuple français, l'autorité et le pouvoir de recevoir lui-même ces nominations que doit faire le même prenier consul pour lesdites é-lises archiópiscopales et épiscopales actuellement vacantes depuis leur création, et aussi la faculté et le pouvoir de préposer respectivement en notre nom, auxdites églises archiepiscopales et épiscopales, et d'instituer pour les gouverner des personnes ecclésiastiques, même n'ayant pas le titre de docteur, après qu'il se sera assuré, par un diizent examen, et par le procés d'information que l'on abrocra, suivant les cikonstan. ces, de l'intezrité de la foi, de la doctrine et des maurs, du zèle pour la relixion, de la soumission aux jugements du Siège aposto:ique, et de la véritable capacité de chaque personne airsi nonimée, le tout conformément à nos instructions. Plein de contiance en la prudence, la doctrine et l'intégrité dudit Jean-Baptiste cardinal-légat, nous nous tenons assuré que

jamais il n'elevera à aucune dignité archiépiscopale ou épiscopale aucune personne qui n'aurait pas toutes les qualités requises.

Nous accordons de plus au même cardinal-légat toute l'autcrilé et tous les pouvoirs nécessaires pour qu'il puisse librement et licitement, ou par lui-même ou par tout autre évêque en communion avec le Saint-Siège, et par lui spécialement délégué, donner la consécration à chacun des archevêques et évêques qui vont être instituís, comme il vient d'être dit, apres que chacun d'eux aura fait sa profession de soi et prêté le serment de fidélité, se faisant accompagner et assister dans les cérémonies de ceux autres évèques, ou de deux abbi's dignitaires, ou chanoines, ou même, à leur dé'aut, de deux simples prêtres.

Nonobstant les constitutions, règlements apostoliques, et toutes autres choses à ce contraires, même celles qui auraient besoin d'une mention expresse et individuelle.

Donné à Rome, à Sainte-Marie-Majeure, sous l'anneau du Pêcheur, le 29 novembre 1801, la seconde année de notre pontificat,

Signé : Pius, P. P. VII.

TABLE DES MATIÈRES.

PERIODE MODERNE.

LIVRE ONZIÈME.

1. Déclaration du roi en 1730. — Troubles à ce sujet au Parlement et à la Faculté

de théologie. - Docteurs opposants exclus, et la bulle l'nigenitus de nouveau

acceptée par la Faculté. Consultation de quarante avocats contre la décla-

ration de 1730. - Assemblée du clergé. --Affaire de la légende de s. Grégoire VII.

– Nouvelle demande de poursuites contre Colbert, de Montpellier.- Nouvelle

acceptation des quatre articles de 1682. — Discussions touchant le Gallicanisme.

Mandement de Vintimille contre les miracles du diacre Francois Pâris.

Notice sur cet ecclésiastique. – Appreciation des miracles qui lui sont at.

tribués. - Les convulsions. - Opposition de plusieurs théologiens de l'école de

Port-Royal aux convulsions. — Injustice des Jésuites à leur égard.— Recrudes-

cence de persécutions contre les appelants.- Les refus de sacrements et de sépul-

ture. – Compétence des Parlements pour en juger. Affaire des Nouvelles

Ecclésiastiques condamnées par Vintimille. - Opposition du Parlement à cette

condamnation. Lutte du Parlement et de la Cour. – Émigration des appe-

lants en Hollande. – Quelques mots sur cette Église. – Jean-Charles de Ségur,

évèque de Saint-Papoul, révoque son acceptation de la bulle et se démet de

son evéche. - Polémique à propos de cet événement.- Discussions sur la bulle

de canonisation de saint Vincent de Paul. – Caractère de cette querelle. – Ré-

forme des livres liturgiques des Églises de France. La liturgie parisienne.-.

Discussion entre Bossuet, évéque de Troyes, et Languet, archevêque de Sens,

à propos du Missel de Troyes. – Bossuet, de Troyes, public les Élévations sur

les Mystères et les Méditations sur l'Evangile de Bossuet, evèque de Meaux,

son oncle. Les Jésuites attaquent l'authenticité de ces ouvrages.

Ils sont

confondus devant le Parlement. Ils trouvent du jansenisme dans les Éléva-

tions et les Méditations. Conséquence qu'il faut en tirer.

ils dénoncent

cent propositions des Essais de Norale.- Bossuet, de Troyes, quitte son siège.

Mort de Soanen, évèque de Senez, et de Colbert, évêque de Montpellier. . 1

II. Erreurs du P. Le Courrayer.- Réfutation de ces erreurs par Colbert, évêque

de Montpellier. — Le mème évèque attaque les livres du P. Berruyer. Ce
Jésuite est condamné à Rome avec le P. Hardoin, son confrère. Les Jésui.
tes soutiennent Berruyer malgré sa condamnation. Ils agissent de mêmei
l'égard du P. Pichon. Erreurs de ce Ji-suite. - Sa condamnation. Les

Jésuites propagent son livre. - Erreurs de ces religieux sur les rites chinois

condamnés par Benoît XIV. Inutilité de cette condamnation. - Bulle de

Benoit XIV contre la franc-maconnerie, Alliance de la franc-maconnerie

et du philosophisme contre l'Église. – Tableau du philosophisme, ses origi-

nes, ses ouvres, ses adeptes, ses tendances. – Rapport entre la doctrine des

Jésuites et le philosophisme. - Opposition constante de l'école de Port-Royal

au philosophisme. – Le clergé et le Parlement tentent de s'opposer au phi-

losophisme. – Lutte contre le philosopluisme au sein de l'Église. — Les savants.

- Les prédicateurs. – Les théologiens. – Les philosophes. Les apologistes

Les poètes religieux. - fin du pontificat de Benoit XIV.

XII.

28

-

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

III. Situation des affaires à la mort du cardinal de Fleury.- Boyar et Christophe de Beaumont. Continuation des troubles religieus. leurs tristes resultats. - Entreprise sur les biens errlésiastiques. Negociations du cardinal de La Rochefoucauld – Edit de 1756.

Opposition faite par le clergé à cet edit. - Bref Er omnibus de Benoit XIV. Déclaration du roi de 1756 Opposition des assemblées du clergé. Artes de l'assemblée de 1767. Mort de Benoil XIV. – Clément XII, pape. - Affaire de l'abolition des Jésuites en France.

Causes de la haine universelle dont les Jésuites étaient l'objet. - Accusations élevées contre eux. Procès du P: La Valette -- Conduite de Clément til å l'égard des Jésuites. - Sa mort. Élection de Cléinent XIV. - Tableau de son pontificat et de sa vie privée. Sa conduite ilgarii des Jésuites. – Bref di: suppression de la Compagnie, - Opposition des Jésuites à ce bref. Mort de Clément XIV. - Pie Vi soul successeur. Mort de Louis X....

78

LIVRE DOUZIÈME.

[ocr errors]

( Idée générale du nouveau règne. Déclamations des en-Jésuites. Nouvel

edit contre eux. Ils font grand bruit de la Buite à Perrette. Proces all sujet de cette caisse. – Assemblée du clergé de 1789. Les mauvais livres. Questions des conciles provinciaux et des Protestants. - De l'edition bénédictipe des ouvres de Bossuet. Des pretres à port or congrur. Assomblées d. 1782 et de 1785. Allaire du collier. Le cardinal de Roban. – Edit en faveur des Protestanis. Première assemblee des notables. Derniere assemblée du clergé en 1788. Détails de cette assemblée. Deuxième assumblée des notables. – Convocation des États-Generaux......

120 11. Préliminaires des États-Généraux.-lls se transformen! on AS emblée Natio

nale. Conduite du clergé dans ces circonstances. Premiers troubles à J'aris. – Pillage de la maison de Saint-'azare par les émeutiers payés du duc dusloans.- Prise de la Bastille.- Caractère religieux de la Révolution à Paris. - Séance du 4 août.- Abolition des droits féodalis Opinio:is du clergé dans cette séance. Discussion sur les dimes. Emeute des 5 et 6 octobre. L'Assemblée Nationale à Paris.....

151 til. Discussion relative au < biens ecclésiastiques. Manilement de l'évèque de

Tréguier. – Troubles dans les provinces. – Reprise de la discussion sur les biens ecclésiastiques. Ils sont déclarés bienséde l'État. – Appreciation de la discussion. Mise à exécution du décret. Discussion à ce sujet. Le clergé salarié par l'Étal. .

183 IV. Première émigration.- Motion de Grégoire contre les emigrés.- Discours de

Pie VI sur l'état de l'Eglise de France. - Lettre du cardinal de La Rochefoucauld au pape.

Réponse du pape. Sentiments religieux de l'Assemblée nationale. Fete de la Fédération. – Travail du comité ecclésiastique sur la constitution civile du clergé. Discussion dans l'Assemblée à ce sujet. Adoption de la constitution civile. Elle est sanctionnée par le roi. – Lettre du pape demeurée secrèt : Le serment. - Décret du 27 novembre contre les prêtres insermentés. Hésitation du roi. - Il l'accepte. – Appréciations diver es. Organisation du cierge Constitutionnel. Anciens éréques qui conservent leurs sieges. Bref du pape à Lonienie de firienne, eveque de Sens. Réponse de cet évèque Principaux évègues Constitutionnels. Gregoire. Le Coz. Lamourette. Moïse. Pacarau. Autres eveques constitutionnels. - Oppositiou des anciens éveques. Bres que le pipe leur adresse. Leurs lettres pas orales. - Reponses des constitutionnels. gratio :s of empriso snements des insermentés. – L'Assemblre leur garantit la liberte, Troubles religieiti. Dernières séances de l'Assemblée nationale constituante. Amnistie..

217

[ocr errors]
[ocr errors]

Emi

« ÖncekiDevam »